Blue Flower

GLOBALITY

d'Harold Sirkin, James Hemerling, Arindam Bhattacharya.

 

 

Une nouvelle ère économique pour le meilleur et pour le pire. Voilà ce qui menace les acteurs historiques de l'économie. Il ne s'agit pas de crise cette fois mais de l'ascension implacable des multinationales issues des pays qu'on qualifiait, hier encore, de "sous-développés". Les directeurs associés au cabinet de conseil en stratégie Boston Consulting Group, Harold Sirkin, James Hemerling et Arindam Bhattacharya, ont baptisé "globality" cette nouvelle donne. Ils en ont fait un livre du même nom, préfacé par la journaliste du Monde Annie Kahn. Ils décrivent et analysent de façon concrète et approfondie l'ère économique caractérisée par une concurrence effrénée "avec tous, pour tout et partout". Les multinationales de demain ne seront pas Coca-Cola ou Ford, mais Embraer, Tata ou Cemex Forge, des firmes situées dans les économies en développement rapide (Chine, Inde, Brésil, Russie et Mexique). Les auteurs mettent en garde les compagnies occidentales : "Un jour, c'est peut-être votre entreprise que le groupe Tata voudra acheter, votre poste qui sera relocalisé à Mexico. Ce n'est qu'une question de temps." Mais pas de fatalisme. Les auteurs proposent une méthode pour s'adapter à cette nouvelle réalité mondiale. Une stratégie qui ne pourra, cependant, qu'intéresser les directeurs de compagnie ou les étudiants en école de commerce. De là, le risque de se sentir exclu par certains passages du livre. En revanche, le récit de la montée en puissance des challengeurs que les auteurs retracent est passionnant. On apprend, par exemple, comment l'entreprise chinoise BYD, partie de rien, est devenue le deuxième producteur mondial de batteries. L'entrepreneur Wang Chuanfu n'avait pas assez d'argent pour une chaîne robotisée. Il eut l'idée de remplacer les coûteux automates par une centaine d'employés. Dans ce pays où la main-d'oeuvre est bon marché, l'homme s'avéra plus efficace et plus rentable que la machine !

Le défi de la globality dépasse les seules entreprises. Les auteurs analysent aussi les retombées en termes d'emplois et de conditions de travail. Les délocalisations concernent désormais les postes qualifiés. Un ingénieur chinois ou indien est aussi compétent qu'un Européen, et bien moins cher. En revanche, les sociétés occidentales pourront tirer des enseignements du management des firmes des pays émergents. A l'image de Cilpa, fabricant indien de médicaments, qui refuse toute hiérarchie à l'intérieur de son groupe. Dans cette période d'instabilité, le chaos comme méthode d'organisation est un modèle séduisant.

Laurent Firdion, Le Monde, le 23 juin 2009


GLOBALITY d'Harold Sirkin, James Hemerling, Arindam Bhattacharya. Lignes de repères, 198 p., 25 €.