Blue Flower

J.BP. More

Indian Steamship Ventures, 1836-1910

Darmanathan Prouchandy of Pondicherry

First Steam Navigator from South India (1891-1900)

LPMS, 2013, Pondicherry

 

 

Dès avant le milieu du XIXe siècle, alors que les Occidentaux tenaient l’Inde et l’Asie du Sud-est sous leur administration, les Indiens ont su faire preuve d’esprit d’entreprise en adoptant les nouveautés de la technologie moderne d’alors et en développant des secteurs d’activité où ils rentraient en compétition avec les initiatives des citoyens des nations colonisatrices.

C’est le secteur de l’activité des transports maritimes à vapeur que fait revivre l’historien J.B.P. More dans ce livre paru en Inde à la fin de l’année 2012. L’auteur avait déjà évoqué pour les lecteurs du CIDIF la carrière du Pondichérien Darmanathan Prouchandy en Indochine française à la fin des années 1800[1]. Premier Pondichérien et tamoul à fonder une entreprise de navigation à vapeur en 1891, Prouchandy fut aussi le premier Indien à tenter de mettre en route un bateau à vapeur pour les passagers par voie maritime en 1895. Cette aventure reprise, dans cet ouvrage, n’était pas la seule du genre. De nombreux entrepreneurs se sont lancés dans la mise en place et l’exploitation de sociétés de navigation. C’est surtout dans le Bengale et l’Est de l’Inde que se développe ce type d’activité. On y rencontre des noms connus, comme celui de la famille Tagore, Tata et nombre de Chettiars dont les points d’attache étaient, à ce moment-là, birmans, les relations entre ce dernier pays et l’Est et le Sud-Est de la péninsule indienne étant alors intenses.

Parmi ces entreprises, une mention particulière doit être retenue pour la Swadeshi Steam Navigation Company qui assurait un service entre Tuticorin et Colombo dès 1907 et qui avait été créée par V.O. Chidamabaram. Ce dernier avait rencontré le poète nationaliste Baradiar à Madras et était imprégné d’un fort sentiment patriotique. Il œuvrait pour la formation d’entreprises purement indiennes.

Toutes ces entreprises ont rencontré des difficultés car la compétition avec les intérêts des capitalistes des nations coloniales n’ont pas permis à cette compétition d'être véritablement équitable. Il n’en demeure pas moins que les Indiens ont su saisir dès cette époque des opportunités d’activités modernes et ce livre de J.B.P. More, en faisant revivre leur mémoire, leur rend un hommage mérité.

 

Roland Bouchet, La Lettre du CIDIF, 14 février 2013.

 

 

[1] Lettre du Cidif n° 38 du 30 novembre 2008.

 

===================================

 

Ce livre est en vente chez:

 

Higginbothams, Pondichéry

Mary Martin Booksellers, Singapore - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Barathi Puthagalayam, Chennai - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Other Books, Calicut - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.