Blue Flower

(Lettre du CIDIF n° 37 page 110)
 
  

Mémoire, Senghor, 50 écrits en hommage aux 100 ans du poète-président

Collections Profils, Editions UNESCO

 

À l’occasion du centenaire du président Senghor, c’était en 2006, l’UNESCO  a fait paraître un recueil de textes à sa mémoire. Y ont contribué des personnalités aussi diverses que prestigieuses.

Koîchiro Matsuura souligne la stature de “ cet homme hors du commun, visionnaire et charismatique” .

 L’agrégé de grammaire a inspiré Hélène Carrère d’Encausse qui salue sa passion pour la langue française, limpide, rationnelle, “ la plus belle de toutes ”, avant tout un partage, “ le partage d’un patrimoine, d’un savoir, du bonheur de comprendre les mots et par eux de donner un sens à la vie ”. Elle en retient surtout le dialogue entre les cultures, leur métissage au bénéfice de l’universel….

Shenaz Patel, poète, romancière et journaliste de l’Ile Maurice, raconte comment elle est devenue nègre. En quête d’hypothétiques racines, elle a rencontré Senghor, “ au hasard de quelques pages feuilletées, un jour, dans une somnolente bibliothèque municipale ”, Senghor

“ qui conjugue à l’unisson ‘ pays de sel et pays de neige ‘, le volontaire métis culturel à l’humeur vagabonde, aux mots voyageurs, aux chants migrateurs, aux transhumances lentes et belles par-delà les frontières réinventées.

C’est ce jour-là que je suis devenue nègre du monde.

Je n’en ai, depuis, plus eu de cesse… ”

Dans “ Quatre apostilles pour cent ans de négritude ”, Dominique Renaux, diplomate français et essayiste, s’arrête sur quatre dates qui lui semblent capitales pour une approche de la personnalité multiple de Senghor. Les quelques bribes reproduites ici devraient conduire à lire l’ensemble des écrits réunis dans cet ouvrage, tous très émouvants et révélateurs.

1917

“ . Au commencement était la souffrance…de l’esclavage et de la servitude. ”. Quelle voie choisir ? “ Celle de l’assimilé, du notable respectueux, des ‘indigènes Vieille France’ ou celle du révolté, lutte des races et damnés de la Terre ? L’appel des ancêtres ou celui de la modernité ?… ”

Pour Senghor, la négritude “ est un modèle culturel qui ne revendique pas la supériorité mais l’égalité, un modèle d’humanisme ”.

“ Métis culturel, passeur entre deux continents, Senghor ‘symphoniste et modérateur’’ (E. Faure), a la passion et le génie de la synthèse, entre Europe et Afrique, entre raison discursive et raison intuitive. Génie que de mettre la langue de la puissance coloniale au service de l’affirmation de la culture négro-africaine, puis la francophonie au service de l’universel ”……

1973

“ De son appartenance à des cultures, des continents et des langues multiples, Senghor dénoue avec élégance les contradictions ordinaires et trouve d’instinct un passage entre les écueils, remontant l’Histoire à la recherche de l’unité de l’homme, des racines de la négritude ” 

“ Mêlant anthropologie et mythe, il retrouve dans la Lémurie de Malcom de Chazal…la version mauricienne de sa propre Nigritie, ancien continent dont subsistent l’Afrique et l’Inde actuelles…. ”

(Son intérêt pour l’Inde et surtout pour l’Inde du Sud était connu) .

2001

“ Plus que jamais pour harmoniser le monde, il y aura donc besoin de poètes et de diplomates, ces frères parfois siamois, besoin de visionnaires et de sages de Joal… ”

2003, 11 janvier

C’est la découverte de Kerma en Nubie soudanaise où se constitue au troisième millénaire le premier royaume africain dit ‘koushite’. … “ J’imagine Senghor, dont Jean Leclant, pionnier de l’archéologie nubienne, renseignait la curiosité sur cette civilisation koushite africaine ”

Dans “ De la part d’une enfant de la négritude ”, Sylvia  Serbin m’a fait revivre les moments magiques du premier Festival mondial des arts nègres, voulu par Senghor, qui s’est tenu à Dakar en 1966.

Mémoire Senghor, 50 écrits en hommage aux 100 ans du poète-président, mérite d’être lu entièrement ne serait-ce que pour rappeler le rôle joué par Senghor, le poète, dans la création de la Francophonie. Métissage culturel et civilisation de l’universel sont à retenir et à faire savoir en un début de siècle plus que jamais tourné vers les différences et le repli sur soi. Un espoir.