Blue Flower

(Lettre du CIDIF n° 37 -novembre 2007- page 135)
 
 POPULATION -

La Chine et l'Inde préfèrent les garçons aux filles

La Chine et l'Inde, qui comptent ensemble une population de plus de 2,4 milliards de personnes, sont confrontées à un « grave casse-tête » : leur préférence pour les garçons, écrit l'« Asahi Shimbun ». D'après le journal japonais du Soleil-Levant, le résultat de cette politique a créé un grave déséquilibre démographique dans ces deux pays. En Inde, il y avait en 2001 927 filles âgées de 6 ans ou moins pour 1.000 garçons avec des déséquilibres encore plus prononcés dans certains Etats comme le Haryana ou le Punjab. « L'aggravation de ce déséquilibre coïncide avec l'introduction et l'expansion depuis vingt ans de l'échographie », qui permet de déterminer le sexe d'un foetus. Ces tests prénataux ont souvent conduit à des avortements, selon le journal, qui a enquêté en Inde sur la série de fermetures de cliniques pratiquant des échographies clandestines dans le Haryana. Parmi les raisons avancées pour cette préférence en faveur des garçons, le journal cite la question des dots élevées notamment dans le Punjab ou encore le fait que les garçons doivent prendre en charge leurs parents lorsqu'ils sont âgés. Pour tenter de réduire le nombre d'avortements, New Delhi a annoncé récemment que le gouvernement prendrait en charges les enfants non désirés qui seront abandonnés dans des « lits de locaux publics ». « Cette mesure est similaire au système de «baby box» (boîte pour bébé) qui vient d'être introduit dans les hôpitaux au Japon », estime le journal, révélant ainsi la raison de son intérêt pour la méthode indienne.

En Chine également, ajoute le « Asahi Shimbun », le déséquilibre entre les filles et garçon est extrêmement important : 1,18 garçon pour 1 fille. « A ce rythme-là, le nombre d'hommes âgés de 20 à 45 ans dépassera de plus de 30 millions celui des femmes en 2020 », rappelle l'« Asahi ». La politique menée à partir de 1979 de l'enfant unique par foyer a réussi à réduire la progression de la population chinoise de 400 millions, comme le proclament les autorités chinoises. « Mais elle a également contribué au vieillissement de la population et à une très rapide distorsion du ratio homme-femme » en Chine, souligne le journal.

Source : Les Echos, 29 juin 2007