Blue Flower

(Lettre du CIDIF n° 37 -novembre 2007- page 138)
 
 
 La bourse aux diamants, un nouveau trésor pour Mumbai
 

Une bourse aux diamants doit ouvrir ses portes dans la capitale financière de l’Inde avant la fin de l’année 2007. La "Bharat diamond bourse" permettra de concentrer les échanges et d’aider les commerçants à vendre la pierre précieuse au meilleur prix. Les diamantaires indiens taillent en moyenne 11 diamants sur 12 vendus dans le monde.

Dix étages réservés au diamant, un rêve de cambrioleurs… La future bourse aux diamants de Mumbai (Bombay) réunira dans un même immeuble les vendeurs indiens et les acheteurs du monde entier qui s'affaireront autour de milliers de pierres précieuses.

La Bharat Diamond Bourse (BDB) doit ouvrir avant la fin de l'année 2007, au sein du complexe Bandra-Kurla de Mumbai, à quelques kilomètres de l'aéroport, avec l'ambition de devenir l'une des plus grandes bourses aux diamants d'Asie. Pour cela, les promoteurs n'ont pas lésiné sur la sécurité, la construction de la BDB a coûté 950 crore roupies (plus de 160 millions d'euros).

"L'espace accueillera 2 500 bureaux pour des petits et gros diamantaires. Il sera muni de chambres fortes et de consignes, selon les normes de sécurité en vigueur à Anvers. On y trouvera aussi un bureau pour faciliter les démarches de dédouanement, des banques nationales et internationales, des services de fret, et tout ce qu'il y a de plus moderne", explique Sanjay Kothari, à la tête du syndicat principal dans ce secteur, l'Office de promotion des pierres précieuses et des bijoux (Gems and Jewellery export promotion council). Il espère que 30 000 personnes feront affaire quotidiennement grâce à ce nouveau complexe boursier.

La Bharat diamond bourse viendra couronner un pays déjà roi en matière de diamants. L'Inde ne les produit plus mais les embellit. Le pays compte 6 500 diamantaires qui taillent et polissent en moyenne 11 diamants sur 12 vendus dans le monde. "L'industrie du diamant connaît une croissance de près de 15 % par an en Inde et emploie plus de 1 million de personnes. En 2006, 17 milliards de dollars (près de 12 milliards d'euros) de diamants taillés et de bijoux ont été exportés dans le monde", résume Sanjay Kothari.

Le représentant du diamant espère que la bourse de Mumbai fera monter cette somme à plus de 18,5 milliards de dollars (13 milliards d'euros). Le Bureau international du travail (BIT), un peu moins enthousiaste, rappelle que l'industrie indienne des pierres précieuses n'est assujettie à aucune législation du travail et compte une majorité de travailleur pauvres.

Iris Deroeux, Aujourd’hui l’Inde, le 16 octobre2007.