Blue Flower

(Lettre du CIDIF n° 37 -novembre 2007- page 159)

 

De jeunes créateurs indiens inspirés par la France

Le mardi 6 novembre 2007, l’alliance française de New Delhi était en effervescence. Elle clôturait les festivités organisées à l’occasion de son cinquantenaire. Souhaitant favoriser l'échange autour de la haute couture, l’alliance a permis à 14 jeunes designers indiens de présenter leurs créations lors d’un défilé de mode.

20 heures. L'auditorium M.L Bhartia de l'alliance française de New Delhi est complet. Le public attend. Soudain, la musique commence. Se succèdent alors les créations des 14 jeunes créateurs indiens invités pour la célébration du cinquantenaire de l'alliance française : mini robe de soirée en soie multicolore, longue robe noire à dos nu et frou-frou par Umesh Vashisht, robe de ville en patchwork vert, orange, rose et noir par Myank Masingh Kaul et les créations toutes en transparence de Vineet Bahl.

Les collections présentées ont surpris le public par leur touche occidentale : des jupes courtes, des décolletés, des vestes de tailleur... Umesh Vashisht, styliste, affirme : "Il n'y pas vraiment de mode indienne en dehors des saris. Nous nous inspirons largement de l'Occident." Bérénice Ellena, coordinatrice de l'événement ajoute que les Indiens s'inspirent bien souvent de la mode américaine. L'alliance française voulait donc, grâce à cet événement, "partager le savoir-faire français en matière de haute couture", explique Bérénice Ellena. "La projection du film Yves-Saint-Laurent, 5 avenue Marceau avant le début du défilé, avait pour vocation de présenter à ces jeunes designers et au public indien la haute couture française, considérée comme la plus réputée au monde.

Cependant beaucoup de ces jeunes stylistes n'ont pas attendu ce défilé pour s'inspirer de la culture française. Ekta Kaul a étudié la mode à Londres, mais elle raconte être inspirée par le travail de Le Corbusier. A travers ses créations très géométriques, elle rend hommage à l'architecte français. Myank Masingh Kaul, quant à lui, stimule sa créativité grâce à l'auteur française Colette. "J'ai découvert cette artiste à l'occasion de l'adaptation théâtrale d'une de ses œuvres en Inde. J'ai alors apprécié son énergie et sa fibre avant-gardiste, que j'essaie aujourd'hui de retranscrire à travers mon travail. Mes créations sont en fait une célébration des connexions culturelles qu'il peut y avoir entre la France et l'Inde."

Ce soir-là, les créations étaient en effet marquées par l'Occident, mais l'essence indienne s'exprimait aussi grâce à de magnifiques tissus multicolores, à la variété des matières utilisées et aux "strass et paillettes" digne d'un film de Bollywood.

 (Nina Casal, Aujourd’hui l’Inde, le 9/11/2007)