Blue Flower

(Lettre du CIDIF n° 34-35 -novembre 2006-  page 147) 

 

Action de l’ADEME à Pondichéry. Protection du patrimoine

et amélioration de l'environnement urbain

Texte rédigé par l’ADEME

 

Une coopération décentralisée entre les villes de Pondichéry (Inde), d’Urbino (Italie) et Villeneuve-sur-Lot (France) a permis de concrétiser des initiatives de protection du patrimoine et d’amélioration de l’environnement de la ville Indienne.

Contexte et enjeux

Au fil des années, Pondichéry s’est fortement urbanisé et aujourd’hui, plus des deux tiers de la population vivent en zone urbaine. L’augmentation de la population urbaine durant ces deux dernières décennies a mis à rude épreuve les services et l’infrastructure de la ville.

Cette évolution a provoqué une crise du logement, l’encombrement des rues, une mauvaise gestion des déchets (collecte et traitement), une détérioration des conditions socio-économiques, de l’environnement et de la qualité de la vie en général.

Pondichéry a la capacité pour accueillir davantage de touristes et augmenter ainsi ses revenus tout en créant des emplois pour les classes défavorisées. Mais cette évolution implique de mettre en place un plan d’amélioration de l’environnement urbain pour améliorer la santé publique et la qualité de vie de la population locale et rendre la ville plus attractive pour le tourisme.

Présentation de l'action

Un projet de démonstration cofinancé par le programme communautaire ASIA URBS avait pour but d’améliorer le développement économique et l’environnement urbain par des actions de protection du patrimoine. La municipalité de Pondichéry appuyé de l’association INTACH (Indian National Trust for Art and Cultural Heritage) a établi une double coopération décentralisée avec les villes d’Urbino en Italie et de Villeneuve-sur-Lot en France. Cette gestion décentralisée a permis un partage d’expérience sur la préservation de la qualité architecturale du patrimoine de Pondichéry et une meilleure gestion de son environnement urbain.

Les initiatives de préservation et de valorisation du patrimoine de Pondichéry

La ville d’Urbino reconnue ville faisant partie du patrimoine mondial par l’UNESCO, a fait de l’activité culturelle, de la protection du patrimoine et du tourisme les principaux facteurs de son développement. Elle était donc bien placée pour guider Pondichéry dans ce domaine dans les projets suivants :

Dans une rue du quartier tamoul ayant conservé son aspect traditionnel, le projet a permis de rénover une vingtaine de façades et de moderniser les infrastructures telles que l’électricité, les lignes téléphoniques, l’éclairage de la rue, le réseau d’assainissement.

Un dispositif de signalisation des sites historiques de la ville a été installé et une promenade guidée a été mise au point dans les secteurs intéressants de la ville. Elle permet de montrer aux touristes comme aux résidents le riche patrimoine de la ville.

Un fonds de soutien pour la protection du patrimoine a été créé



Les initiatives de gestion de l’environnement urbain

Villeneuve-sur-Lot est une ville historique fortifiée qui a fait des efforts constants dans la gestion de l’environnement urbain afin de combiner les aménagements modernes avec l’héritage du passé et de promouvoir les activités économiques liées au tourisme.

Il y a eu des échanges réguliers entre les équipes franco-indiennes d’élus et techniciens des deux villes sur des sujets d’intérêts communs comme l’éclairage des monuments, l’aménagement de la voirie ou le traitement des déchets en particulier dans la gestion du marché. Depuis le début du projet, l’ADEME a apporté un soutien technique et financier à cette coopération franco-indienne pour accompagner l’introduction de véhicules non polluants et  l’amélioration de la gestion des déchets.

Les 130 véhicules diesel à trois roues, appelés tempos, qui assurent le transport public dans la ville sont très polluants. La diffusion des trois-roues électriques est limitée à cause du manque d’infrastructure et de cohérence dans le programme de distribution. Il n’y a pas de stations de recharge de batteries à Pondichéry à l’inverse des stations d’essence et de diesel qui sont elles fournies par les compagnies pétrolières. Les conducteurs ne peuvent ni investir dans des stations de recharge de batteries de qualité, ni accéder à une alimentation électrique fiable. Pour surmonter cette difficulté, des fonds ont été mobilisé afin d’installer une station de recharge de batteries au cœur de la vieille ville. Deux véhicules non-polluants ont pu être achetés pour transporter les touristes qui souhaitent apprécier le riche patrimoine de la ville en peu de temps. La promenade guidée est mise au point par INTACH en collaboration avec l’Office du Tourisme.



L’amélioration de la gestion des déchets


Pour réduire l’amoncellement de 200 tonnes de déchets par jour à Pondichéry, une collecte sélective pour les matériaux recyclables et les matières organiques a été mise en place dans un quartier de la ville et sur le marché principal et une plateforme de compostage a été créée.

Le projet pilote de collecte sélective de la matière organique a été couplé à la création d’une unité de vermi-compostage. Les premières activités de cette unité ont permis de démontrer qu’il était possible, dans le cadre d’un partenariat public-privé, de traiter les déchets avec un impact positif sur la propreté et la création d’emplois au bénéfice de gens défavorisé.

L’unité de vermicompostage a été affectée par le tsunami (une partie du terrain a été inondée par le raz de marée et les vers n’ont pas supporté l’apport en sel). Comme le cycle de production dure 5 mois, les personnes qui assurent le vermi-compostage n’avaient pas suffisamment de revenu pour couvrir leurs salaires pendant cette période. L’ADEME est intervenue aux côtés de la Municipalité pour maintenir les salaires pendant la période de réhabilitation de la station.



Action post Tsunami pour préserver les acquis du projet 


Pour permettre de pérenniser l’ensemble des résultats obtenus avant le passage du Tsunami et de stabiliser les emplois créés, l’INTACH a coordonné les activités suivantes avec le soutien de l’ADEME :

- la réhabilitation de l’unité de vermi-compostage, et l’achat de vers pour réensemencement

- la rémunération des femmes affectées au vermi-compostage, jusqu’à la remise en exploitation de ce site,

- l’achat de petit matériel pour le développement de la collecte sélective incluant le ramassage de déchets non fermentescibles, et le tri manuel des fractions récupérables

- le développement d’actions d’accompagnement : communication, promotion du compost et des produits récupérés, en vue de leur recyclage. 

L’ensemble du projet et la gestion des impacts du Tsunami sur le projet ont finalement convaincu la municipalité de Pondichéry.

Le programme de la gestion de déchets a été étendu pour améliorer plus globalement l’environnement urbain de Pondichéry et créer des emplois.