Blue Flower

(Lettre du CIDIF n° 34-35 -novembre 2006-  page 163) 

 

L’Inde des Indiens. L’autre guide. de Catherine Clément et André Lewin,

Editions Liana Devi, 2006

 

 

Le titre indique : “ l’autre guide ” mais ce n’est pas un guide dans le sens où on l’entend habituellement. C’est vraiment le livre à consulter au premier chef pour qui ne sait rien de l’Inde. Il sera aussi très utile à tous ceux qui connaissent bien l’Inde, y ont fait de multiples voyages et y retournent encore et encore.

En un petit ouvrage pratique, très court et ramassé, dédié à Francis Wacziarg, ce Français connu dans toute l’Inde comme architecte et bâtisseur, devenu citoyen indien par amour de ce pays,  les auteurs ont fait le tour de tout ce qu’il faut  savoir ou se remémorer .

Chaque chapitre est rédigé autour d’un thème dans un pays grand 7 fois comme la France et devenu une nation qui non seulement tient la route malgré toute sa diversité mais se mêle de se hisser parmi les grandes nations. Qui se souvient de L’Inde devant l’orage d’un Tibor Mende qui, lors d’une conférence à Sciences Po en 1954, affirmait à ses étudiants que l’Inde ne s’en sortirait jamais, contrairement à la Chine, à cause de ses religions et de son système de castes ?

Et c’est cette diversité que les auteurs s’attachent à décrire en peu de mots qui, à tout moment, vous poussent à aller plus loin. Prenons par exemple, un peu au hasard, la page 90 qui ne peut que susciter l’attention du lecteur en cette décennie où les anciennes colonies européennes sont l’objet d’un grand intérêt, ne serait-ce que par la présence en Occident d’un nombre toujours plus grand de leurs ressortissants. Il se trouve immédiatement plongé dans la révolte des cipayes qui a marqué un tournant dans l’histoire de la colonisation. Tout est concentré en moins de trois pages et le lecteur est rapidement conduit vers Gandhi et sa lutte pour l’indépendance. Au hasard, encore, p. 134, nous apprenons qu’il y a en Inde autant de mosquées que de temples hindous. Je ne le savais pas tout en sachant que le nombre des musulmans en Inde était plus important que partout ailleurs. N’avons-nous pas l’habitude de considérer ce pays comme une infinité de peuples tous plus ou moins hindous ? Et puis, personne mieux que Catherine Clément ne peut parler de l’amour et du mariage arrangé. Pourquoi ? parce qu’elle en vient très vite aux réalités. En Inde, on ne se marie pas par amour. Le mariage est une institution. Et c’est toujours vrai. Qui n’a pas pris conscience de cet aspect commun à tout le sous-continent indien n’a rien compris de l’Inde.

N’allez pas chercher les hôtels et les restaurants. Ce n’est pas l’objectif du guide mais vous apprendrez tout sur les fêtes, les paysages, le cinéma, les livres, les journaux, les sites web, la politique, les dates, les chiffres, les mots… Les pages de repères sont extrêmement utiles… Dois-je aller plus loin ?

Je vais garder ce petit livre par devers moi pour toutes les questions que je me pose malgré tout ce que je sais déjà.