Blue Flower

Extrait chapitre 4 (pp. 309 à 317)
 
c) La révision des listes électorales et la question des interprètes : limites et carences du contrôle administratif.
 
Les parlementaires de l’Inde pouvaient estimer avoir sauvé l’essentiel. C’était compter sans la pugnacité des gouverneurs qui, dans ce combat pour la rénovation du suffrage en Inde, recevaient maintenant l’appui de parlementaires influents et d’un ministère pressé de réduire autant qu’il était possible « l’exception indienne ». Ainsi le gouverneur Girod prétexte-t-il du premier vœu du Conseil supérieur des Colonies pour charger une commission administrative de réviser les listes électorales, dont les tableaux suivants reprennent les résultats7. Les travaux de la commission aident à mieux comprendre par quels mécanismes et pour quelles raisons les maires trafiquent les listes : « l’affaire des fausses renonciations d’Oulgaret », (qui n’est pas traitée) s’en trouve relativisée ; tous les partis recourent aux mêmes artifices pour prendre l’avantage sur leurs concurrents. Rapporté à la population masculine âgée de plus de 14 ans recensée dans chaque commune, le nombre des inscrits atteint presque partout des proportions de beaucoup supérieures à ce qu’on devrait attendre, dépassant même 100% à Mahé.
 
Lors de la révision de 1897, se préparant aux élections législatives de 1898, les maires ont encore majoré le nombre des inscrits au point que c’est dans cinq communes sur dix que la proportion de 100% est dépassée. Les inscrits représentent encore 92% des habitants mâles de plus de 14 ans à Pondichéry (au lieu de seulement 75% en 1896) et 90% à Karikal (au lieu de 88% en 1896). A Nedouncadou, la progression du nombre d’inscrits d’une année sur l’autre est de 58% pour représenter 118% de la population mâle de plus de 14 ans. Ces seuls exemples illustrent à la fois le manque absolu de fiabilité des listes, l’intensification de la lutte politique et la faiblesse du contrôle administratif. Le gouverneur a bien donné les instructions les plus rigoureuses au directeur de l’Intérieur, mais celui-ci n’a pu les faire appliquer par ses fonctionnaires qui ne veulent pas se compromettre. Dans les Établissements, la carrière des personnels administratifs dépend moins de leur hiérarchie que du bon vouloir du parti majoritaire au Conseil général8.
 

Communes       pop. mâle de plus de 14 ans    Électeurs inscrits    %


Pondichéry             14836                                  11198             75%
Oulgaret                16867                                  16262             96%
Villenour                13359                                  10941             81%
Bahour                    8779                                    8261             94%
Karikal                     5206                                    4576             88%
Grand’Aldée             5573                                     4624             83%
Nedouncadou           6657                                     4651            70%
Chandernagor           8132                                    3769            46%
Mahé                       2306                                    2347           104%
Yanaon                    1411                                    1034            73%

 

Tableau n° 8-Rapport entre les chiffres de la population mâle de plus de 14 ans et le nombre d’inscrits dans les dix communes de l’Inde en 1896.

 


Communes    pop. mâle de plus de 14 ans    Électeurs inscrits    %


Pondichéry             14012                                 12915          92%
Oulgaret                 17266                                18427        107%
Villenour                 13022                                10890         83%
Bahour                     8443                                  9463       112%
Karikal                      5120                                  4609        90%
Grand’Aldée               4691                                  5301      113%
Nedouncadou            6585                                  7768       118%
Chandernagor           8909                                   3719        42%
Mahé                       2306                                    2401     104%
Yanaon                     1343                                   1108       82%

Tableau n° 9-Rapport entre les chiffres de la population mâle de plus de 14 ans et le nombre d’inscrits dans les dix communes de l’Inde en 1897.

 

Le travail de révision mené par la commission administrative, relayée par des sous-commissions locales vise à réduire autant que possible ces fausses inscriptions, mais aussi à inscrire ceux des électeurs dont les demandes n’étaient pas enregistrées par les maires. La commission exige des candidats à l’inscription qu’ils présentent un extrait de naissance et, à défaut, un acte de notoriété, ou bien encore qu’ils soient accompagnés de deux témoins dignes de foi qui attesteront leur identité9. Sur le seul établissement de Pondichéry, les travaux de la commission administrative se traduisent ainsi par la radiation de 13085 inscrits (sur un total de 51695 soit une réduction de 25% de leur nombre)10. A Pondichéry ville, le solde des inscriptions et des radiations est négatif de 3881 électeurs, soit une réduction de 30% par rapport à 1897.
 

Section    Inscrits le 31 mars 1897    Inscrits de la nouvelle liste    Solde en chiffre et en %


1ère                        429                                408                               21              (— 4,9%)
2ème                      972                                652                              320            (— 32,9%)
3ème                    1292                                978                              314             (— 24,3%)
4ème                    1772                              1275                              497                (— 28%)
5ème                    2028                              1223                              805             (— 39,7%)
6ème                      885                               390                              495              (— 55,9%)
7ème                    1506                              1201                              305              (— 20,3%)
8ème                      993                               651                               341             (— 34,3%)
9ème                    1806                             1313                               494              (— 27,4%)
10ème                   1232                              943                               289              (— 23,5%)
Total                    12915                            9034                              3881                (— 30%)

 

Tableau n° 10-Evolution du nombre des inscrits dans la commune de Pondichéry d’après les travaux de la commission électorale (1897)

.

Dans cette commune, seule la première section, dévolue aux électeurs « européens », présente une évolution du nombre des inscrits compatible avec une tenue régulière de la liste. Dans toutes les autres sections, la réduction du nombre des inscrits est consécutive à la radiation de faux électeurs. Encore le solde minore-t-il l’ampleur du renouvellement : d’après le gouverneur, la commission a procédé à l’inscription de 4620 électeurs jusque là tenus à l’écart (soit 51% de l’effectif total dénombré sur la nouvelle liste) mais à la radiation des deux tiers des inscrits figurant sur la liste de 1897. la seconde section, réservée aux électeurs renonçants, ne semble pas se distinguer en cela des sections dévolues aux non renonçants.

 

Les chiffres concernant la commune de Bahour appellent des commentaires semblables, à cette différence près que la 1ère section, où votent les renonçants, connaît d’une année sur l’autre un solde négatif sensiblement plus faible que toutes les autres sections et très inférieur à la moyenne (il est de 11,5% pour une moyenne de 32%). Les raisons de cette plus grande régularité des inscriptions chez les renonçants peut tenir à leur niveau d’instruction plus élevé, leur meilleure éducation politique et au fait que dans une commune acquise aux non renonçants, ce capital symbolique les aurait aidé à faire valoir leurs droits, mais c’est là une simple hypothèse.

Section    Inscrits le 31 mars 1897    Inscrits de la nouvelle liste    Solde en chiffre et en %


1ère                       52                                      46                             6         (— 11,5%)
2ème                  1958                                  1315                          643         (— 32,8%)
3ème                    492                                   397                            95         (— 19,1%)
4ème                  1917                                 1047                           870         (— 45,4%)
5ème                    969                                  719                           250          (— 25,8%)
6ème                  1457                                 1026                          431          (— 29,6%)
7ème                  1259                                   939                          320          (— 25,4%)
8ème                  1359                                   957                          402          (— 29,6%)
Total                   9463                                 6446                         3017            (— 32%)

 

Tableau n° 11-Evolution du nombre des inscrits dans la commune de Bahour d’après les travaux de la commission électorale (1897).
 
Villenour est la seule commune de tout l’établissement qui présente un profil d’ensemble assez régulier. A l’exception de la 3ème et de la 8ème sections, le solde des inscriptions et des radiations est partout inférieur à 10% : il est négatif de 6,2% dans la première section réservée aux électeurs renonçants, et seulement de 3,9% dans la 11ème ou encore de 2,2% dans la 6ème. Il est même positif de 6,4% dans la 5ème section. On ne peut imputer le faible niveau de radiation à la négligence de la sous-commission qui, de l’aveu du gouverneur, a mené un travail particulièrement complet11. La commission n’a eu ainsi à procéder qu’à 982 radiations et 65 inscriptions par rapport à la liste de 1897. Des quatre communes de l’établissement de Pondichéry, Villenour est la plus constamment fidèle à Chanemougam. Il est probable que son parti n’a jamais éprouvé le besoin d’accroître outre mesure le nombre des inscrits pour se mettre à l’abri des manœuvres du parti renonçant. Les communes de Pondichéry et d’Oulgaret concentrant une écrasante majorité des renonçants de tout l’établissement, il n’y avait pas non plus lieu d’accroître artificiellement leur nombre à Villenour : cela aurait été prendre un risque non négligeable pour ne rien changer aux résultats des scrutins locaux.
 

Section    Inscrits le 31 mars 1897    Inscrits de la nouvelle liste    Solde en chiffre et en %
1ère                   80                                        75                               5           (— 6,2%)
3ème              1696                                    1247                            449         (— 26,5%)
4ème                763                                      701                             62           (— 8,1%)
5ème                610                                      649                          + 39           (+ 6,4%)
6ème              1068                                    1044                              24          (— 2,2%)
7ème              1871                                    1765                            106          (— 5,7%)
8ème                415                                     357                              58           (— 14%)
9ème               1222                                   1149                             73             (— 6%)
10ème             1459                                   1342                            117          (— 8,2%)
11ème             1608                                   1546                              62          (— 3,9%)
Total              10792                                   9875                            917          (— 8,5%)

 

Tableau n° 12-Evolution du nombre des inscrits dans la commune de Villenour d’après les travaux de la commission électorale (1897).

 

Ce n’est pas le cas de la commune d’Oulgaret, la seule que le parti renonçant contrôle depuis qu’il a perdu Pondichéry. Il a notamment multiplié les fausses inscriptions dans la 2ème section (celle des renonçants précisément) ; elle présente un solde négatif de plus de 50% après révision12. Avec Pondichéry, c’est à Oulgaret que l’usage des nouvelles listes est le plus susceptible de faire basculer la municipalité. Les maires de ces deux villes ne s’y trompent d’ailleurs pas, qui vont déployer toute leur ingéniosité à défaire le travail de la commission administrative. Comme son nom l’indique, le statut légal de cette dernière leur facilite la tâche. Même si les maires étaient membres des sous-commissions, leurs travaux ne les engagent pas impérativement, et c’est aux commissions de révision proprement dites, composées des maires qui les président et de conseillers municipaux que revient le dernier mot.

 

Le gouverneur avait déjà averti le ministère que pour empêcher les maires de recourir aux anciennes listes il devait annuler ces dernières par décret13. Mais le maire de Pondichéry a déjà trouvé la parade à une éventuelle annulation. Alors que dans sa commune, le solde des inscriptions et des radiations opérées par la commission administrative aboutissait à une réduction du nombre des inscrits de 3881 électeurs, le maire fait établir et signer des tableaux d’addition et de retranchement qui se soldent par un accroissement de 1024 du nombre des inscrits (soit 3000 radiations et 4000 inscriptions). Avertie après l’expiration du délai légal d’appel, l’administration n’a plus le moyen d’annuler ces listes avant la prochaine révision annuelle13.


Section    Inscrits le 31 mars 1897    Inscrits de la nouvelle liste    Solde en chiffre et en %


1ère                      16                                  16                                        "
2ème                 1207                                598                                     609        (— 50,5%)
3ème                   385                                253                                     132        (— 34,3%)
4ème                 1966                                989                                     977         (— 49,7%)
5ème                 1491                              1015                                     476           (— 32%)
6ème                 2213                              1669                                     544         (— 24,6%)
7ème                 2106                              1666                                     440            (— 21%)
8ème                 2095                              1883                                     212         (— 10,1%)
9ème                 2428                              1660                                     768         (— 31,6%)
10ème               2168                              1338                                     830         (— 38,3%)
11ème               1501                              1272                                     229         (— 15,3%)
12ème                 450                               397                                       53         (— 11,6%)
Total                 18026                           12756                                   5270            (— 29%)

 

Tableau n° 13-Evolution du nombre des inscrits dans la commune d’Oulgaret d’après les travaux de la commission électorale (1897).

 

Dans le cas d’Oulgaret, c’est la commission administrative qui rejette le travail de la sous-commission, sans que l’on puisse en déterminer positivement la raison, mais très certainement pour préserver au parti renonçant ce fief de toujours, et le dernier qu’il contrôle. Des électeurs du parti chanemougamiste se pourvoient alors devant le juge de paix de l’établissement15. Sur les 2000 décisions déjà rendues, pour les 5000 cas dont il est saisi, le juge a conclu neuf fois sur dix à la radiation16. A Pondichéry des électeurs de ce même parti réclament au contraire le maintien des 3000 électeurs radiés. Le même magistrat étant commis aux deux affaires, il est obligé de s’occuper alternativement de l’une et de l’autre. Il s’est engagé auprès du gouverneur à en avoir fini avec elles avant le mois de mai17. Son intervention seule permet aux travaux de la commission administrative d’aboutir à Oulgaret et de limiter l’accroissement des électeurs à Pondichéry. Dans cette dernière commune, le gouverneur estime néanmoins que le rajeunissement des listes doit les avoir rapprochés de la réalité.

 

Sans être à rejeter, cette conclusion est excessivement optimiste. Elle intervient alors que le gouverneur Girod a cédé la place à Rodier à la tête de la colonie. Si la commission administrative avait tenté de sauver Oulgaret aux renonçants, Rodier insiste pour sa part sur le caractère frauduleux de leur dispositif électoral : grâce au millier d’inscrits figurant sur la seconde liste d’Oulgaret, dont beaucoup ne sont même pas des renonçants, Sadassivam, le maire, contrôle le second collège au niveau de tout l’établissement ; par là il s’assure un poids politique au conseil général hors de proportion avec sa représentativité réelle. Mais Rodier pourrait en dire autant des électeurs dits européens. S’il est vrai, comme il le remarque, que la fraude est structurellement nécessaire aux renonçants, qui n’existeraient pas politiquement sans elle, encore faut-il reconnaître que, loin de renvoyer à une détermination naturelle des conduites comme il voudrait le croire, elle est d’abord la conséquence d’un système représentatif discriminatoire dont les renonçants sont les victimes principales.

 

3B) Une instrumentation nouvelle de la capacité politique en Inde : le décret du 10 septembre 1899.

 

     a) Genèse immédiate du décret : la note Vinson, le rapport Rodier et la proposition des parlementaires de l’Inde.

 

Victor Quaintenne voudrait faire du gouverneur Rodier l’artisan mal intentionné de la suppression de la seconde liste18. Pour La Tribune des Colonies, dirigée par D. Penant, le ministre Decrais se serait laissé circonvenir par les parlementaires de l’Inde en échange de leur soutien, alors que l’affaire Dreyfus met le cabinet à rude épreuve19. Il est vrai que Rodier et Decrais ont donné l’impulsion décisive, mais les développements précédents ont montré que personne ou presque ne souhaitait le maintien en l’état de la législation politique indienne. A partir du moment où sa réforme paraît à tous nécessaire, il faut se demander s’il existe une alternative possible et acceptable à ce qui deviendra le décret du 10 septembre 1899. Depuis les débuts du mouvement de renonciation, aucun gouverneur, même le plus libéral, n’a sérieusement envisagé d’assimiler complètement les renonçants aux « Européens ». Au contraire, l’analyse des pratiques électorales a été l’occasion de leur contre-assimilation pratique aux « indigènes ». Quand le gouverneur Girod revient au modèle assimilateur, c’est sur un mode extrêmement restrictif : l’introduction d’un critère de compétence linguistique a pour effet de laisser le contrôle du premier collège entre les mains des « Européens d’origine », ce groupe étant même « épuré » des Topas ne parlant pas français, comme il est probable qu’il en existe. L’article 4 du décret du 10 septembre 1899 retrouve d’ailleurs l’esprit de la proposition Girod, mais aménagée dans un sens plus conforme à la jurisprudence électorale, qui refusait depuis toujours de lier le droit de vote à la connaissance de la langue française.

 

L’accumulation des projets, depuis ceux des gouverneurs Deloncle ou Girod jusqu’à celui des parlementaires de l’Inde, les importantes modifications apportées au projet Rodier lui-même, démontrent que le décret a d’abord été conçu pour satisfaire à des contraintes contradictoires. Entre le refus de donner le caractère de naturalisation à la renonciation et la nécessité de ne pas encourir les foudres de la Cour de cassation, il a demandé un long travail de création et d’ajustement qui aura duré jusqu’au dernier moment. Quelque soit leur esprit, les différents projets qui le précédent et qui ont contribué à sa formulation oscillent dans des limites étroites. Rodier a contribué à donner au décret une coloration plus conservatrice sans doute, mais il n’en a pas déterminé l’économie générale.

 

Annexe V

 

Décret du 10 septembre 1899 supprimant la troisième liste dans les Etablissements français de l’Inde.

 Tableaux divers.

 

Décret du 10 septembre 1899 modifiant celui du 26 février 1884 sur les conseils électifs dans les Etablissements français de l’Inde.
 
(Ministère des Colonies, — Direction des Affaires d’Asie, d’Amérique et d’Océanie ; — 2e Bureau : Inde et Indo-Chine.)

Monsieur le Président,

 Aux termes du décret du 26 février 1884, les élections au conseil général, aux conseils locaux et municipaux de nos Établissements de l’Inde sont faites sur trois listes d’électeurs : la première comprend les électeurs européens et descendants d’Européens ; la seconde, les Indiens ayant renoncé à leur statut personnel ; la troisième, les Indiens non renonçants. Chaque liste nomme un nombre égal de représentants, soit le tiers des membres de chacune des assemblées.

 

L’expérience qui a été faite de ce système paraît démonter qu’il n’a pas produit les résultats attendus.
 
D’une part, au lieu de tenir la balance égale entre les trois éléments constitutifs de la population, ce système a eu trop souvent pour effet de permettre à deux listes réunies, en se coalisant, de former une majorité telle que la minorité était forcément sacrifiée.

 

D’autre part, le privilège politique considérable afférent à la renonciation a complètement dénaturé le caractère de celle-ci ; d’après les chiffres de 1898, 2861 électeurs, sur une totalité de 60309, nomment la moitié des représentants des natifs ; leur renonciation au statut personnel a été presque toujours inspirée, dès lors, par des considérations uniquement électorales.

 

Sans toucher au principe d’une institution qui permet aux Indiens qui le désirent « d’être régis par les lois civiles et politiques applicables aux Français dans la colonie », il serait conforme au bien du pays de supprimer les abus politiques auxquels la renonciation donne lieu.

 

J’ai préparé dans ce but un projet de décret supprimant la liste des renonçants et déterminant les conditions dans lesquelles ceux-ci seront inscrits sur la première liste. Cette réorganisation ne doit d’ailleurs pas avoir pour effet d’enrayer le mouvement des renonciations sincères et sciemment consenties ; elle prévoit, dans ce but, qu’il sera créé une liste spéciale pour les renonçants, dans le cas où leur nombre atteindrait au moins la moitié de celui des non-renonçants.

 

Si vous appréciez favorablement ces modifications au régime électoral de 1884, j’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien revêtir de votre signature le projet de décret ci-annexé.

Je vous prie d’agréer etc.


Le Ministre des Colonies
Signé : Albert DECRAIS.

 ------------------------

Décret modifiant celui du 26 février 1884 sur les conseils électifs dans les Établissements français de l’Inde.
(10 septembre 1899)

Le Président de la République française,
Sur le rapport du Ministre des Colonies ;

Vu l’article 18 du senatus-consulte du 3 mai 1854
Vu etc.

Décrète

Art. 1er. — A partir de la promulgation du présent décret, les élections aux divers conseils locaux de l’Inde sont faites sur deux listes. La première comprend les électeurs européens, descendants d’Européens et assimilés ; la deuxième comprend les natifs.

 

Lorsque dans une commune ou un Etablissement, le nombre des natifs ayant renoncé au statut personnel deviendra égal ou supérieur à la moitié des natifs n’ayant pas renoncé, il sera formé une liste spéciale sur laquelle ils seront inscrits.

Un décret ultérieur fixera le nombre de leurs représentants.

Art. 2. — Dans les élections pour les divers conseils locaux, la première et la deuxième liste élisent chacune la moitié du nombre des membres attribués à l’assemblée par les décrets en vigueur, sauf les modifications suivantes :
 
Pour le conseil général, les Etablissements de Mahé et Yanaon élisent chacun deux représentants ; le conseil local de Karikal est composé de dix membres ; celui de Chandernagor est composé de huit membres. Le conseil municipal de Karikal est composé de quatorze membres.

Art. 3. — Lorsque, pour une élection dans un Etablissement ou une commune, la première liste comprendra moins de vingt électeurs inscrits, les membres du conseil à élire seront nommés par l’ensemble des électeurs des Etablissements ou de la commune, sans distinction de liste.

Art. 4. — Seront inscrits sur la première liste les natifs qui, ayant renoncé à leur statut personnel depuis quinze ans au moins, remplissent en outre l’une des conditions ci-après énumérées :

a) avoir obtenu un diplôme dans les Facultés de l’Etat ; b) avoir occupé pendant cinq ans au moins une fonction administrative ou judiciaire ;


b) avoir occupé pendant cinq ans au moins une fonction administrative ou judiciaire ;

c) avoir exercé un mandat électif pendant cinq ans au moins, ou obtenu soit une décoration française, soit une médaille d’honneur, et justifier dans l’un et l’autre cas de la connaissance de la langue française.

(…)

Fait à Paris, le 10 septembre 1899.
Signé : ÉMILE LOUBET.


Par le Président de la République :
Le Ministre des Colonies,
Signé : Albert DECRAIS.

 

Les trois tableaux qui suivent donnent quelques indications concernant la population des Etablissements. Le tableau E) recense le nombre d’habitants par établissement en 1884. Nous avons reproduit le tableau F) pour donner une idée du niveau de scolarisation relative atteint par les différentes communautés juridiques en 1917. Les renonçants sont plus fortement scolarisés que les Indiens. Il en va de même des parias catholiques par rapport aux parias hindouistes. Enfin le tableau G) permet de suivre l’évolution des effectifs électoraux après la suppression de la troisième liste en 1899.


Établissement    Habitants
Pondichéry               139 210
Karikal                       26 574
Chandernagor             93 066
Mahé                           8 166
Yanaon                         4 552
Total Inde fr.          271 568


Tableau 15-Population des Établissements français de l’Inde en 1884
Source : SOM, Aff. pol., 720 (5).


Origine et caste des élèves    Garçons         Total               Filles      Total Total général
                                      Public      Privé                Public    Privé        
Européens & descendants       96        96        182         147    107      254          436
Chrétiens natifs décastés (renonçants)    

                                          538       561     1 099         278    515      793       1 892

Chrétiens natifs parias           386         71       457         182     33        215         672
Hindous de caste               3 474     3 445    6 919      2 099    608     2 707      9 626
Hindous parias                     170          92       262          48      21         69         331
Musulmans                          521        428       949         198    159        357      1 306

Total                                   5 185  4 683  9 868      2 952  1 443   4 395   14 263

Tableau 16-Répartition par origine et par religion des garçons et filles scolarisés dans les écoles
primaires élémentaires des Etablissements français de l’Inde en 1917.
Source : SOM, Aff. pol., 727 (2), rapport sur la situation générale de l’Inde pour l’année 1917.

Commune    n° de liste    1896    1897    1898    1899    1900    1902    1904


Pondichéry           1ère      384    429       409      422      468     425      414
                           2ème    911    972       887      906        "         "          "
                           3ème  9900 11154    12536    12452  13312 13157   12371
                           Total  11198 12915   13832    13780  13780 13582    12785


Oulgaret              1ère       12       16          17        16        18       14           8
                          2ème     693   1207      1057    1017          "          "           "
                          3ème  16262 17204    12654  13370    14312  14692    15433
                          Total   16967 18427    13728  14403    14330  14706    15441


Villenour             2ème        89       80        74        71           2*       7           5
                         3ème   10852  10810   10039   10056    10125  10471   10621
                         Total    10941  10890   10113   10127    10127  10478   10626


Bahour               2ème       66        52       46        46         3       "           5  
                         3ème    8195    9411    6676    6718    6900    7106    7146
                         Total     8261    9463    6822    6764    6903    7106    7151


Karikal                1ère        33       38       38       38         54    53           61
                         2ème     225      223     202      215         "       "             "
                         3ème   4318    4348    2344    2340    2703    2775    2950
                         Total    4576    4609    2584    2593    2757    2828    3011


Grand’Aldée         2ème     28        65        70       75         3          3         3
                          3ème  4596    5236    3026    3237    3465    3414    3754
                          Total   4624    5301    3096    3312    3468    3417    3757


Nedouncadou      2ème       26      282     266      239         1         7          8
                         3ème    4625    7486    4812    4764    4870    5016    5238
                         Total     4651    7768    5078    5003    4871    5023    5246

Chandernagor     1ère        30         31       25       23        23       29        30
                         2ème      35         29       26        29         "         "          "
                         3ème   3704     3659    2574    2621    2602    3159    3922
                         Total    3769     3719    2625    2673    2625    3188    3952


Mahé                 1ère         47        45       25        42       28       48        43
                         2ème       83        82       26        69         "         "          "
                         3ème    2217    2274    2574    1525    1113    1657    1721
                         Total     2347    2401    2625    1636    1141    1705    1764


Yanaon             1ère           9         10        7        10        9         10          8
                       2ème          4        202    163      161       "             "         "
                       3ème     1025        896    648      646     803       858      899
                       Total      1038      1108    818      817      812      868      907


Ensemble des 10 communes  

                       1ère        515         569    609      551      609       596      585
                       2ème    2160        3194   2861   2828         "           "      "
                       3ème   66992      72478 56813  57729   60205   62305  64055
                       Total    69667      76241 60283  61108   60814   62901  64640


Tableau 17-Répartition des électeurs inscrits par liste et par commune d’enregistrement dans les EFI.

 

* Les chiffres en gras et italiques sont ceux des électeurs inscrits sur la première liste après la dissolution de la seconde liste. [Source : SOM, Aff. pol., 718 (6), dossier sur les élections en Inde conçu en 1905].

 

--------------------

7 SOM, Aff. pol., 719 (5), le rapport du gouverneur Girod au ministre des Colonies sur la situation des listes électorales en Inde pour les années 1896 et 1897, 13 juillet 1897.
8 Ibid. Girod se plaint ainsi au ministre de n’avoir pas encore obtenu de lui le déplacement de M. Dacosta, sous-chef de bureau à la direction de l’Intérieur et fortement impliqué dans l’accroissement des effectifs constatés sur les listes électorales.
9 SOM, Aff. pol., 719 (5), rapport du gouverneur Girod au ministre des Colonies, le 24 novembre 1897.
10 SOM, Aff. pol., 719 (5), rapport du gouverneur Rodier au ministre des Colonies, le 4 mars 1898. Dans ce rapport figure en annexe le procès-verbal des délibérations de la commission administrative réunie le 27 décembre 1897 pour étudier les travaux de révision des 4 sous-commissions chargées chacune d’une des communes de l’établissement.
11 Ibid.
12 On se rappelle que la commune avait connu une affaire de fausses renonciations en 1894.
13 SOM, Aff. pol., 719 (2), Lettre du gouverneur au ministre des Colonies, 13 octobre 1897.
14 SOM, Aff. pol., 719 (5), rapport du gouverneur Rodier au ministre des Colonies, classé « confidentiel », 27 février 1898. Le maire de Pondichéry semble avoir profité de la vacance entre le départ de Girod et l’arrivée de Rodier le 5 février. Le délai d’appel courait du 15 janvier au 4 février inclus.
15 Ibid., rapport du 4 mars 1898. C’est Reynaud qui présidait la sous-commission chargée de réviser les listes d’Oulgaret. Il ne nous a pas été possible de déterminer les fonctions ni les tendances des divers membres de la commission administrative composée de MM. Fruteau, Bayoud, Alibert, Prieur, Reynaud, Balakichenapoullé et Ribeiro, ainsi que de MM. Hecquet, Le Treïs et Pernon absents lors de la délibération du 27 décembre.
16 Ibid. Au cours de la seule séance du 18 février 1898, le juge a ainsi statué sur 338 cas, dont 27 étaient des mineurs parfois âgés de seulement 10 ans.
17 Ibid.
18 Victor QUAINTENNE, op. cit., pp. 27 et suiv. Victor Quaintenne, battu en 1894, avait depuis trouvé un poste de conseiller général, toujours sous les couleurs du parti libéral. Il accuse Rodier de parti-pris en faveur du parti indien.
 19 La tribune des Colonies, 29 septembre 1899, « L’électorat dans l’Inde », article n. s. « On dira que M. Decrais, mis en demeure, s’est résigné à acquitter une dette. Il fallait bien, diront les mauvaises langues, se souvenir des concours donnés à la cause du condamné de Rennes pour la campagne menée en sa faveur dans La Politique coloniale et par le Sénateur de l’Inde, ministre des travaux publics dans le cabinet Brisson ». En 1897, quand s’achevèrent les travaux de la 4ème section du Conseil Supérieur des Colonies, Pierre Alype avait titré son compte rendu paru dans Le Journal d’Outre Mer, « la défaite des lapins juifs » (cf. supra). L’article de La Tribune des Colonies est archivé sous la cote SOM, Aff. pol., 719 (4)