Blue Flower

 

PONDICHERY, par Georgette David, Pondichéry, 1998, 358 p.

Note de lecture de Roland Bouchet

 

Il en est de certains livres comme de nos bons amis ; on n’imagine pas qu’ils puissent ne pas exister. L’ouvrage que vient de produire Georgette David est de ceux-là.


Pondichéry, qui a fait rêver plus d’un enfant en France à une époque où l’on chantait en classe les noms des cinq comptoirs, Pondichéry nous est présenté ici dans sa réalité, tout aussi passionnante que le rêve. Georgette David prend son lecteur par la main et le conduit à travers l’histoire, la ville et ses alentours pour lui faire partager son goût pour ce coin du monde à la fois si lointain et si près et, quelques fois, bien déroutant mais combien attachant pour un esprit occidental.


Un bref aperçu de l’histoire de Pondichéry nous rappelle que cette ville, qui connut une heure de gloire extraordinaire du temps de Dupleix, puis des temps malheureux ou incertains, est actuellement un Territoire de l’Union indienne plein de dynamisme tant sur le plan économique que culturel, avec des liens encore très forts avec l’Europe et notamment la France. Le lecteur est conduit à travers la cité de façon à découvrir non seulement le charme de la ville blanche avec ses hôtels XVIII°-XIX° siècle et son calme résidentiel, mais aussi la ville indienne avec ses maisons tamoules traditionnelles et ses quartiers si divers et si vivants.


Notre guide nous emmène aux alentours de Pondichéry pour nous aider à trouver des lieux et des merveilles insoupçonnés : le temple du bois sacré, des restes bouddhiques ou cholas, les chauderies, les forts et les fortins, les installations hydrauliques anciennes et modernes, les stations de montagne, etc., etc. Pour toutes ces visites, l’auteur a établi des cartes, des croquis qui permettront d’atteindre les objectifs visés, car le pays paraît plus que chiche en indications utiles au touriste.


Toutes les fêtes de la région sont répertoriées mois par mois et décrites avec bonheur et humour. Certaines de ces manifestations, que l’on croyait disparues, sont toujours bien vivantes et, sans notre guide, nous n’en saurions sans doute rien. Le sedal de Kalapeth, à 20 Km de Pondichéry, organisé à l’occasion de la fête de Muruga (mars-avril), est décrit de façon saisissante.


Georgette David nous invite à faire des randonnées plus ou moins lointaines, mais aussi à prendre Pondichéry comme point de départ d’excursions plus importantes, comme Kanchipuram, Tanjore, Karikal, Yercaud, … . À chaque fois, des indications pratiques sont données sur la qualité des routes et des chemins, sur les possibilités d’hébergement, sur la nourriture et sur toutes ces petites choses qui permettent de réussir une excursion.


Enfin, le livre se termine par l’évocation de quelques figures pondichériennes, comme, bien entendu, François Martin et Dupleix, mais aussi le grand dubash Ananda Ranga Poullé, le sage Sri Aurobindo fondateur de l’ashram, des poètes Baradiar et Baradidassane et le professeur Jouveau-Dubreuil qui a tant fait pour découvrir le passé de Pondichéry.


Grâce à ce livre, si vous n’avez jamais été à Pondichéry, vous n’aurez qu’une idée : y aller, et si vous y avez déjà été, vous n’aurez qu’une envie : y retourner, car on a l’impression de n’avoir pas vu le dixième de ce qui vaut la peine d’être vu et, avec cet ouvrage, nous avons le sentiment de voyager intelligemment et avec bonne humeur.


Le livre est disponible à Pondichéry et le sera bientôt en France pour un prix qui sera de l’ordre de 130 F environ. Nous tiendrons au courant nos adhérents de sa disponibilité en librairie.