Blue Flower

Chers adhérent(e)s et ami(e)s,

La France entreprend actuellement, avec l’ambassadeur de France en Inde et le consul général de France à Pondichéry une campagne de sensibilisation pour développer les relations aussi bien culturelles qu’économiques. Nous apprenons avec beaucoup d’intérêt que notre Consul général à Pondichéry, M. Barbry, cherche à rassembler dans le cadre d’une association tous les Indiens qui ont accompli leurs études en France1 et qui peuvent donc devenir des partenaires privilégiés de toute action en Inde. Nous espérons que nombreux seront les Indiens qui répondront à cette initiative.

Les Français de l’Hexagone devraient faire taire leur nostalgie d’une époque qu’ils n’ont pas vécue pour mieux prendre en compte le fait que Pondichéry, Teritoire de l’Union, n’est pas seulement une fenêtre ouverte sur la France, phrase ô combien de fois reprise et entendue, mais pourrait surtout devenir une porte ouverte sur l’Inde, compte tenu des débouchés économiques que représente une population tout aussi importante que celle de la Chine.

Nous espérons que Pondichéry n’est pas seulement une mode2. Le jour où le Territoire de l’Union de Pondichéry ne sera plus catalogué comme poussière d’empire donnant lieu à la nostalgie, le jour où Pondichéry sera définitivement devenu un lieu de rencontre permettant d’initier toutes sortes d’activités pour tous, ce jour là commencera une vie nouvelle pour ce territoire, multiculturel par sa situation géographique, que les Indiens souhaitent conserver avec son passé sans trop bien savoir comment se défendre contre les promoteurs immobiliers et leurs spéculations. C’est à ce titre que la France pourrait multiplier les relations économiques avec l’Inde, dans des domaines qui respecteront et amélioreront l’environnement.

La Success story rapportée au début de l’année par le Figaro3 semble se poursuivre4. L’article de la revue Elle, avec ses magnifiques photos, dont nous reproduisons le texte, mérite d’être conservé. Il est l’exemple même de ce que peut produire la synergie de deux cultures. Aujourd’hui, 11 juillet, sur la chaîne de télévision Paris-Première était présentée la collection Chanel avec une féerique robe du soir en tulle noire, « nuit d’hiver », brodée de perles noires datant de 1868. Cette broderie est de François Lesage…

Des « success stories », il pourrait y en avoir beaucoup plus dans beaucoup d’autres domaines et tournées vers une clientèle indienne, attirée par le goût et le savoir-faire français. S’il est encore un peu tôt pour donner des informations sur différentes initiatives dans ce domaine, il est évident qui ce dernier ne peut que se développer.

Nous apprenons qu’une chaîne de télévision en tamoul pour l’Europe, via Eutelsat, a commencé à émettre5. A quand une chaîne de télévision en français sur le territoire indien et pourquoi pas à Pondichéry, pour offrir des émissions en français adaptés aux francophones de l’Inde avec des émissions sous-titrées dans la langue de la région ?

En attendant, bonnes vacances.

Jacqueline Lernie-Bouchet

 



1 Voir le Trait-d’Union de juin 1997.

2 Voir, dans la « Revue de presse » pp. 189-193 l’article de Jean-Pierre Péroncel-Hugoz paru dans Le Monde du 10 avril 1997.

3 11 décembre 1996. Voir « Documents », p. 163.

4 Elle. Mai 1997. Les photos sont magnifiques. Voir le texte dans la revue de presse, p. 196-197.

5 Le Monde du 2 juillet 1997.. Voir p. 207.