Blue Flower

(Lettre du CIDIF n° 32-33 -octobre 2005-  page 220) 

 

"Karinayogui", numéro du 21 juillet 1911[1].

(Traduction d'articles parus dans le journal swadeshiste édité à Pondichéry)

 

Moyens de triompher

Ce qui prédomine dans notre pays c'est l'exportation par les Etrangers des produits du Pays, l'importation et la vente dans notre contrée des articles étrangers et enfin le commerce des courtiers qui vivent des courtages qu'ils reçoivent en favorisant ces opérations. Ce sont ces courtiers qui sont riches dans notre pays. Le commerce des Hindous qui est fait avec leurs deniers et pour leur intérêt personnel échoue. Malgré l'existence dans notre pays de milliers de richards, la compagnie swadeshiste de navigation de Tuticorin a disparu sans laisser de traces. Un avis, publié il y a quelques mois, a fait connaître la création d'un grand commerce maritime par des princes du Nord réunis. Mais, même avant de voir le jour,, il est décédé. Même le petit marchand qui débite des toiles du pays à l'exclusion de celles de l'étranger se plaint de pertes.

Est-ce que depuis l'origine, tous nos Vaicias (commerçants) n'ont subi que des pertes ? Quelle en est la cause ?

Même ceux qui connaissent les premiers éléments du commerce et de l'administration peuvent facilement reconnaître les causes extérieures de cet état de choses. Ici nous n'allons exposer qu'un des moyens qui puissent prévenir cette situation.

Il nous manque deux choses : confiance en soi et confiance réciproque. Il ne faut entreprendre une affaire qu'avec l'idée ferme qu'on peut y réussir.

Un poète du nom de Vallouvar dit que la puissance est l'ornement de l'homme. Il entend la puissance du cœur. Une entreprise menée avec la conviction certaine de la réussite est déjà aux trois quarts réussie. Nous pourrons échouer plusieurs fois et pour bien des raisons. Mais nous ne devons pas nous décourager. Après plusieurs défaites viendra la victoire. Le vaincu, s'il fait des efforts, triomphera. Il est d'usage chez nous de redouter les échecs. Depuis peu de temps seulement nous commençons à nous défaire de cette mauvaise habitude. Nous devons faire de grands efforts pour déraciner cette habitude. Mais nous espérons qu'elle disparaîtra sous peu dans notre pays.

2°- Confiance réciproque.

Le pays étant pauvre, les habitants ont souvent l'intention de tromper leur prochain. Par exemple, un agent qui n'a pas aujourd'hui de quoi manger, s'il est poursuivi par ses créanciers la main au cou, se voit obligé malgré lui de prendre l'argent de son maître qui se trouve entre ses mains. Cette action lui fait perdre la confiance. Le peu de confiance que l'on a envers ses agents est la cause de la disparition de tous nos commerces et notre pays devient par là un cimetière. Celui qui a commis une faute doit être puni d'abord par un avertissement et pardonné. Il faut lui donner ensuite de quoi pourvoir ensuite à ses dépenses quotidiennes. Il ne cherchera pas alors à vous tromper et le commerce prospérera.

Pensez-vous que ce que je viens de dire n'est pas réalisable ? Essayez, vous le saurez. Vous qui redoutez au commencement de petites pertes, vous en subissez à la fin de grandes. Si l'on change trois fois de gérant en un mois, est-ce que le commerce deviendra prospère ?

Supposons que quatre personnes réunies commencent un commerce, le gérant doit être surveillé pour qu'il ne puisse pas tromper les associés. Ceux-ci doivent arrêter de temps en temps les comptes et faire en sorte que le gérant se sente surveillé. En outre, les sociétaires doivent connaître leur agent comme leur frère et lui procurer les moyens d'existence. Ils ne peuvent pas le considérer simplement comme une machine installée pour leur usage.

Il faut naturellement pardonner de petites fautes. Il n'est pas bon pour les commerçants de s'occuper des petites pertes sans chercher à découvrir les grandes.

La confiance réciproque doit être naturelle. Quand même le nôtre a commis un vol, montrez lui de la confiance. La confiance inspirera la confiance et la confiance fera croître la vérité. C'est avec les nôtres que nous devons travailler. S'ils ne sont pas aptes au travail, il est de notre devoir de les rendre aptes. Si nous sommes blessés à l'un de nos doigts, est-ce que nous voudrons le couper et le remplacer par un doigt en bois ?

===========

Sur la femme qui se jette vivante dans le bûcher près du cadavre de son mari.

 

Chacun prend comme civilisation ce qui lui semble bon. Les Chinois enserrent les pieds de leurs filles au moyen de ficelles et les rendent petits comme les pieds de poupées. Celles-ci font des sauts pour marcher. Ceci est considéré comme une civilisation par les Chinois. Les Anglais pour civilisation de mettre sur les poitrines de leurs femmes, pour les faire voir gonflées, des articles faits de bois et de carton et recouverts de toile. Dans l'Inde, une fille est mariée à l'âge de deux ans et perd son mari à l'âge de quatre ans. Alors on lui fait raser la tête, on lui donne des vêtements blancs et un chapelet de Tolassy pour tout ornement et la fait passer ainsi tout son temps dans la prière. Ceci est considéré comme une civilisation chez les Hindous. Chez nos anciens, si un guerrier tombait mort sur le champ de bataille, sa femme se précipitait vivante dans le bûcher préparé pour brûler le corps de son mari. Ce qui était pris pour une civilisation par nos ancêtres.

Maintenant nous sommes dans le vingtième siècle. Déjà se sont écoulés XIX neuf siècles depuis la mort horrible qu'avaient fait subir les Juifs au Christ en l'attachant à une croix.

Nous apprenons que dans l'Europe, dans le Sud Afrique et dans l'Amérique, on a abandonné les anciennes coutumes et qu'on fait couler les torrents de miel consistant en pitié envers tous, égalité de tous et liberté de tous. Nous avons eu le bonheur de faire nos études pendant notre jeunesse dans les écoles des Anglais. Là, les professeurs nous enseignent que l'ignorance, la haine, les tortures et les mauvaises choses qui existaient depuis les origines de la race humaine dans le monde ont disparu depuis cinquante ans et que les Européens rendent la terre heureuse et prospère comme le royaume des cieux. Ce qui nous réjouit. Dans l'Inde, chacun sait que Lord Pending, Vice-Roi - ou je ne sais qui (la mémoire me manque beaucoup) - fait abolir l'horrible habitude des femmes de se précipiter vivantes dans les bûchers préparés pour brûler le corps de leur mari et nous a conduit sur la voie de la civilisation.

Quoique nous ayons contracté de si bonnes habitudes et que nous ayons le bonheur d'entrer dans cette civilisation par les vertus que nous avons pratiquées dans notre vie antérieure, nous regardons comme une gloire et comme un honneur l'action de nos femmes qui se jettent vivantes sur bûcher de leur mari. Si nous pensons à ces femmes, nos poils se hérissent. Que faire ? Cela vient du défaut que nous sommes issus de la race où étaient nés Rama, Bharta, Cammane, Védanyassa et Calidassa. Malgré les efforts que nous faisons pour éclaircir nos esprits, nous n'arrivons pas à comprendre la civilisation. Dans la vie mondaine, la passion, c'est-à-dire l'amour, nous donne de grands plaisirs. Il n'est pas naturel à tout mortel qu'un homme et une femme unissent étroitement leur cœur par les liens de l'amour et ne souffrent pas la séparation comme des colombes. Il n'est pas possible que ces espèces d'amour trouvent place chez Paul et Pierre. Ce sont les princes de sang doués d'un héroïsme sans égal, d'une beauté éblouissante et des qualités extraordinaires qui auront le bonheur d'avoir pour épouses des femmes semblables aux colombes. Il nous est impossible de dépeindre, de mesurer la gloire qu'acquièrent  les femmes réunissant les qualités ci-haut décrites en se précipitant vivantes sur le bêcher de leurs maris tombés pour la conservation de la patrie en accomplissant leur devoir.

==========

Assassinat de M. le Collecteur Ashe.

Le meurtre de M. Ashe, Collecteur du district de Trunelveli par M. Vandjyiayer de Chenesttah a provoqué une grande agitation. Ce n'est pas bon que, pour ce seul fait, le gouvernement et la population soient ainsi agités.

Dans la partie de l'Inde où on parle la langue tamoule, les partisans de Vandjyiayer sont peu nombreux. Il est naturel que ceux-là seulement aient peur. Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi d'autres personnes tremblent ainsi.  Les hommes doués d'une intelligence profonde sont obligés de faire prendre des mesures nécessaires pour que les seuls coupables soient punis et que les innocents ne soient pas en vain persécutés. Les magistrats également doivent se montrer calmes, instruire l'affaire avec tranquillité et punir les coupables.

===========

Le Maroc

Le Maroc est situé au nord de l'Afrique. Il est gouverné par un sultan. Les habitants de cette contrée s'appellent "Maures". Ils sont tous mahométans. Depuis longtemps les Européens avaient les yeux ouverts sur ce pays. Principalement la France, l'Espagne et l'Allemagne désirent se jeter sur cette contrée et s'en emparer. L'Espagne et l'Allemagne sont d'un côté. L'Angleterre favorise la France. Malgré l'existence depuis plusieurs siècles d'une haine traditionnelle entre la France et l'Angleterre, maintenant ces deux pays se trouvent unis pour résister à l'Allemagne qui s'est révélée comme l'adversaire de ces deux nations. Il y a peu de temps que l'Allemagne a fait ancrer un navire près du port d'Agadir, ce qui a produit une agitation dans toute l'Europe. Que Dieu sauve le Maroc convoité par tant de puissances.

===========

Victoire du Swadeshisme

À Narayangary, dans le district de Dacca au Bengale, plusieurs grandes maisons de commerce qui vendaient de produits étrangers ont fait faillite et ne sont pas en état de payer leurs dettes. On évalue ces dettes à un million de roupies. Ce sont les Marvadis, débitants en détail à Calcutta des toiles de provenance étrangère, qui ont prêté beaucoup.

En outre, à Calcutta, trois gros marchands débitant des toiles étrangères ont fait faillite. Leurs dettes s'élèvent 2.100.000 roupies.

Quelques Marvadis, questionnés sur la cause d'un si grand échec dans le commerce, répondent que depuis le développement du "swadeshisme" le commerce des toiles de l'Etranger est devenu peu prospère et que c'est la perte subie de ce fait qui est la principale cause de ces faillites.

==========

Le journal "Soudessamittirane" dit que le gérant d'un journal anglais fait connaître qu'il n'y a pas en Angleterre de famille qui vive sans être secourue par les Anglais au moyen des deniers provenant de l'Inde.

===========

Assassinat de Gobalakichenanamodéliar.

Un nommé Gobalakichenanamodéliar qui est venu de Madras pour travailler dans l'imprimerie de M. Dartnell a été assassiné le dimanche dernier pendant la nuit près du Bangalow des voyageurs.

La police, ayant constaté des tâches de sang sur les vêtements du cocher de M. Dartnell, l'a arrêté et remis en liberté le lendemain. C'est honteux de voir la police ne point prendre des mesures secrètes pour connaître les auteurs de ce crime.

========

Assassinat de M. Ambroise

Le 14 juillet, à 11 heures du soir environ, M. Ambroise, un chrétien indigène, à son retour de l'Hôtel du gouvernement, a été attaqué dans la rue de Valdaour, a reçu des blessures sanglantes et se trouve en danger à l'hôpital.

Cet attentat a été commis le jour de la fête nationale dans la rue même où est situé le palais du gouvernement. C'est vraiment étonnant d'apprendre que la police était absente de l'endroit où s'est déroulé pareil crime et encore, les auteurs de cette agression sont introuvables. Nous espérons que le nouveau Gouverneur et le commandant de la force publique porteront leur attention sur de pareils faits et s'occuperont d'assurer la sécurité de la population.

========

Fête nationale

14 juillet.

La fête nationale a été célébrée cette année aussi solennellement que les années précédentes. La veille (13), on a conduit en procession au son de la musique la statue de la Liberté.

Le jour de la fête, depuis le lever du soleil jusqu'à 10H su soir, il y a eu des spectacles dans la place du gouvernement et au bord de la mer. Là, indépendamment des habitants du territoire français, accouraient en foule des spectateurs du territoire anglais. Il y a eu différents jeux tels que régates, jeux de la [………], course de canards, tourniquets, tir à l'arc, etc., etc. Tous les édifices ont été illuminés. Le bal a eu lieu dans le Palais du Gouvernement.

En 1789 le peuple se révolta en France contre le gouvernement et obtint le triomphe. C'est ce que les Français appellent "Grande Révolution". C'est alors que le peuple a assassiné Louis XVI et a établi la République. C'est le 14 juillet que commença cette révolution. C'est ce jour-là que les révolutionnaires attaquèrent la forteresse de la Bastille et délivrèrent les prisonniers qui y étaient enfermés. C'est en souvenir de cet événement que les Français célèbrent une fête le 14 juillet non seulement dans la Métropole mais aussi dans les Colonies



[1] On ne connaît pas l’origine de ce document, mais on peut supposer qu’il s’agit d’une traduction effectuée à l’intention du service d’information de l’Administration de l’époque.