Blue Flower

 


 

 

 

Elections were held on the 16th of May and results were announced three days thereafter. 3 alliances and 9 individual parties were in the fray and also many independents. The results are as follows:

 

 

 

       Percentage of votes             Number of seats                 Number of seats

                   Obtained                 proportionate to votes             actually secured

 

AIADMK           41%                            95                                             135 seats

DMK                 39%                            91                                            97 seats                                  

Others                 20%                              46                                               0 seat

                    

 

 

 

The huge difference between the number of seats due as per the percentage of votes and seats actually secured is due to the mischief of the primitive mode of election adopted and known as the first past the post system. The resulting position is that the people of Tamilnadu is governed by a party representing only 41¨% of voters and that 20% of the population who went to the poll has no voice in the Assembly. The Pattali Makkal Katchi which obtained 5,36% of votes and the People’s Welfare Front which obtained 6,10% of votes did not get a single seat whereas the Congress (in alliance with the DMK) with 6,47% of votes secured 8 seats .

 

 The system adopted may suit countries having only two parties. It proves disastrous when applied to multi party countries like India. It has been condemned in all conferences and seminars on electoral reforms in India.

 

Also surprising are the percentages of votes obtained by parties. In this multi cornered fight how was it possible for the two old Dravidian parties to secure 80% of votes whilst they had against them the cinema star VijayaKant and important parties like communist parties representing the labour, the Pattali Makkal Katchi representing agriculturists, the Viduthalai Chiruthaigal Katchi representing the dalits,. The reasons for the tremendous success of the main Dravidian parties have to be assessed first in common, then separately. Thereafter the reasons for the poor results obtained by the other parties have to be found out.

 

The DMK is the party which dethroned the congress in Taminadu in 1966. It has some items of policy which appeal to the people, like the protection of Tamil language and the emergence of a true federal structure. When one section of the DMK seceded from the party to from the AIADMK, it carried with it the policy and one portion of the cadres. Some people vote for those two parties by routine. Those parties have a strong organisational set up, developed in the course of these last 70 years.. They have been governing Tamilnadu alternatively for fifty years.

 

 

 

 Now the AIADMK has got the favour of getting a second term. The anti incumbency feeling was present of course but not to the point of routing the party. Cases of previous corruption against the leader did not also make any impression on the bulk of the population. Public money is not their money for the poor people; they are therefore unconcerned by it. They are not aware of the indirect taxes they are paying. To its advantage the party has a charismatic leader. Further the party during the last tenure in contrast to its previous tenures avoided all unpopular measures even though some of them were imperiously warranted. On the contrary, it had recourse to populist steps consisting of continuous distribution of freebies benefiting especially women. Some of them are devotees of the leader of the party who is a woman with a divine aura for them. They have developed a mindset of assisted persons and become her vote bank. The leader has carefully nurtured a personality cult attaching her name “Amma” even to some welfare schemes subsidised by the State. The programme for the last elections contained also scores of populist measures with no regard the financial implication for a debt ridden State.

 

 

 

The DMK has the advantage of being the original Dravidian party. Its leader, aged 93, is perceived as fully committed to its ideal. What prevented the party to get more votes and capture power, was the division in the family of the leader, the lack of full discipline within the party. Its alliance with the Congress proved also detrimental. It conceded 41 seats to the Congress which earned only 8 eats of them, that is to say 20% of the seats contested whereas the DMK won 50% of the seats it contested. In other words without that alliance it might have cornered 20 seats more to the detriment of the AIADMK and tilted the balance in its favour.

 

 

 

Now the poor results obtained by the other contestants remain to be explained. First the People’s Welfare Front which consisted of six parties namely de DMDMK, the MDMK, the two CPIs, the TMC and the VCK . It projected itself as an alternative to the main Dravidian parties. In fact it appeared to have some chance, having in its fold very popular leaders. But it got only 6,10% of votes. Reasons for poor performance vary from party to party. The leading party of the alliance was the DMDMK. It contested 104 seats and got none. The leader of the party who was projected as the chief ministerial candidate and who was the leader of the opposition in the in past legislature lost his deposit. There cannot be a more bitter disappointment. The leader is a cinema star. Such person should emerge as the chief minister at the first attempt itself, but he failed to do so. In this second attempt he failed to realise that his aura of stardom would not work; he is like any other candidate. In order to win the election, a well organised party is necessary. Groups of fans are no substitute to party cadres.

 

The second stalwart of the alliance is the leader of the MDMK. He is a popular orator and a person having the courage of standing by his convictions against all odds. He withdrew from the contest during the campaign.

 

Another powerful leader of the alliance is the head of VCK, the party of dalits. He could not get elected even in a reserved constituency. First a reserved constituency has only about 40% of dalit voters. Second even dalit voters preferred dalit candidates belonging to Dravidian parties. A system or proportional representation would have procured for his party a good number of seats by rallying around him dalits all over the State.

 

The communist parties which were strong in the past have been losing glamour after their weakening in Russia and China. The Tamil Manila Congress, a splinter group of the Indian National Congress , had its moment of favour. It is not considered now as a promising entity by the electorate.

 

Apart from those defects regarding each member, the alliance as such had some weak points. It was cobbled at the last minute. Consisting of parties with very different ideologies it should have evolved a credible and attractive common minimum programme which it failed to do. Further being a new formation it should have presented something novel; there was nothing of that sort; it rested content with offering itself as a substitute to the Dravidian parties. Further partners of the alliance did not work in unison with a view to support each other. Each party concentrated its efforts in constituencies allotted to it and did not invite its followers in other constituencies to vote for the candidate of the allied party.

 

Apart from the alliance there was the Patttali Makkal Katchi. Though its leader has made a sustained and convincing campaign it could not harness more than 5,36% of votes in the face of the tremendous vote pulling strength of Dravidian parties. Further on account of its past actions it was viewed as a casteist party.

 

The BJP got 2,86% of votes, almost the same as in the last election. Its progress in Tamilnadu is hampered because it is portrayed by its opponents as anti federal and pro hindi. It can considerably improve its score in future by affirming by declarations and acts its commitment to a true federal character of the Union of India and to the promotion of all State languages.

 

In short, both Dravidian and other parties have got advantages as well as defects. Then, why the tremendous success of the Dravidian parties.? The main factor for the difference appears to be money. The other parties suffered badly of lack of money power. They did not have sufficient money even for the propaganda and full use of the paid media. More than that, they had no wherewithal to indulge in the distribution of money to voters which appears to have been decisive. The Tamilnadu has the dubious distinction to top the list of States in the matter of distribution of money to voters. In the previous election the maximum was 500 rupees for each elector card. This time it reached 1500 rupees. Even middle class people accepted money, it was said.

 

This obnoxious practice seems to have started very early. Rajagobalachary when he came to Poducherry in 1955, when elections were held after the merger, he told people in a huge public meeting: “ Candidates will offer you money, take it, but vote for the person you consider fit to be your representative.’ The second part of that advice was not heeded by all. There are several reasons for it. Many consider that they have a moral obligation towards the person whom they received money from. Secondly they do not find much difference between the candidates to make a clear choice based on merits. For many the political discourse does not have much sense. So, most of the voters are prone to vote for the money giver, unless they are wedded to a party. They have a problem only when more than one party has given them money. Either they vote for the one who gave the highest amount. Or each member of the family votes for a candidate.

 

It is widely said that both the Dravidian parties indulged in large scale distribution of money.. The Election commission has seized more than100 cores. It arranged for police surveillance in order to prevent distribution, but money was handed over in clandestinity during night time , when there was no police surveillance. In two constituencies the Election Commission deterred money distribution in such a scale that it deferred the election there.

 

  Such being the facts, the question which arises irresistibly in the mind is what would have been the results if no money was distributed. That is difficult to say with accuracy; one can however venture to suggest that the two main Dravidian parties put together would have obtained 20% votes less and that the other parties put together would have secured 20% more votes, which would have modified noticeably the final results.

 

Irrespective of the influence of money on the final results one has to worry about its very presence in elections, which are sacred. Money distribution should not be allowed to happen; all steps should be taken to prevent it. Of course when there are persons prone to give and persons ready to receive, it is difficult to curb the practice. Preventing people from receiving money is nigh impossible. As far as givers are givers are concerned deterrent action is possible. In this connection, the question which incidentally arises is why do they spend so much of money if it is not with the fond hope of getting it back multiplied, by resorting to some kind of corrupt practice when elected. This leads to another big problem, that of corruption in the Administration , which has to be dealt with separately.

 

Further this malpractice of money for vote raises the larger question of the validity of democracy in the country.. In fact Indian people at the time of independence did not ask for universal franchise; the chunk of it did not even know what it was. It was thrusted on the people by an idealistic Nehru. At the end of the British period only 14% of the population was entitled to vote. That percentage should have been raised progressively. Universal franchise should have been introduced first at the local level where people would know the candidates and the issues. People would have thus assimilated properly the meaning of vote. It could have been extended progressively up to the national level.

 

In reality the average citizen is not fully aware of the meaning of voting. The concept of government by the people is out his reach. He is more at ease with the ideal of the government for the people. In that perspective he is more sensitive to immediate benefit to him than to measures which can foster development which will bring benefit to all in the long run. He cannot have any valid opinion regarding public finance, defence or external affairs. With such a mindset he cannot understand the real implication of his vote. No wonder that he is ready to sell his valueless vote for a song.

 

  However in order to restore the purpose and dignity of democracy in the country and to curb corruption It is imperative that all steps are taken to stop the malpractice of money for vote First the proportional representation will automatically bring down the distribution of money . No individual member will be inclined to shell out his money for the benefit of the list of candidates.

 

Secondly the action of the police instead of being oriented towards prevention, which requires a large contingent of vigilant staff, should turn towards detection. Police officers in mufti may collect information. Some of them may be further trained to be detectives. Their reports will help the Election Commission to devise appropriate measures. The Commission may be vested with the power of taking deterrent action like debarring those found guilty, from standing for election for10 years. The above is a random suggestion. The matter requires to be explored in depth by specialists in order to evolve an appropriate line of action to make the cash for vote a thing of the past.                                            

 

David Annoussamy*, le 12 juin 2016.

 

*Member emeritus Of the International Academy of Comparative Law

==================================================================

 

 

La grande différence entre le nombre de sièges en raison du pourcentage de voix et de sièges effectivement garantis est dû au mal du mode primitif d'élection adopté et connu comme le premier passé le système de poste. La position résultante est que le peuple du Tamil Nadu est gouvernée par un parti représentant seulement 41% des électeurs et que 20% de la population qui est allé voter n'a pas de voix à l'Assemblée. Le Pattali Makkal Katchi qui a obtenu 5,36% des voix et le bien-être du Front populaire qui a obtenu 6,10% des voix n'a pas obtenu un seul siège alors que le Congrès (en alliance avec le DMK) avec 6,47% des voix a en a obtenu 8.

 

 Le système adopté peut convenir à des pays ayant seulement deux partis. Cela se révèle désastreux lorsqu'il est appliqué aux pays multi partis comme l'Inde. Il a été condamné à toutes les conférences et séminaires sur les réformes électorales en Inde.

 

Aussi sont surprenants les pourcentages de votes obtenus par les partis. Dans ce combat acculé plusieurs comment était-il possible pour les deux vieux partis dravidiens d'obtenir 80% des voix alors qu'ils avaient contre eux la star de cinéma VijayaKant et les partis importantes comme les partis communistes représentant le travail, le Pattali Makkal Katchi représentant les agriculteurs, le Viduthalai Chiruthaigal Katchi représentant les dalits. Les raisons de l'énorme succès des principaux partis dravidiens doivent être évalués d'abord en commun, puis séparément. Ensuite, les raisons pour lesquelles les résultats médiocres obtenus par les autres partis doivent être découvertes.

 

Le DMK est la partie qui a détrôné le congrès au Taminadu en 1966. Il y a quelques éléments de la politique qui font appel à la population, comme la protection de la langue tamoule et l'émergence d'une véritable structure fédérale. Quand une partie du DMK a fait sécession  pour créer le AIADMK, il portait avec lui la politique et une partie des cadres. Certaines personnes votent pour ces deux parties par routine. Ces partis ont une forte organisation mise en place au cours de ces 70 dernières années. Ils ont  gouverné Tamilnadu alternativement pendant cinquante ans.

 

Maintenant, le AIADMK a obtenu la faveur d'un second mandat. Le sentiment anti-titularisation était présent bien sûr, mais pas au point de routage du parti. Les cas de corruption  contre le leader n'ont fait aucune impression sur la majeure partie de la population. L'argent public n'est pas leur argent pour les pauvres; ils sont donc indifférents à cela. Ils ne sont pas au courant des impôts indirects qu'ils paient. Pour son avantage, le parti a un chef charismatique. En outre, le parti au cours de la dernière permanence à la différence de ses tenures précédentes a su éviter toutes les mesures impopulaires, même si certaines d'entre elles auraient été impérieusement justifiées. Au contraire, il a eu recours à des mesures populistes consistant en la distribution continue des freebies bénéficiant en particulier aux femmes. Certains d'entre eux sont des dévots du chef du parti qui est une femme avec une aura divine pour eux. Ils ont développé un état d'esprit des personnes aidées et de devenir sa banque de vote. Le chef a soigneusement entretenu un culte de la personnalité attachant son nom "Amma", même à certains régimes de protection sociale subventionnés par l'État. Le programme pour les dernières élections contenait aussi des dizaines de mesures populistes, sans égard pour l'implication financière pour un Etat dont la dette augmente.

 

Le DMK a l'avantage d'être le parti dravidien d'origine. Son chef, âgé de 93, est perçu comme pleinement engagé à son idéal. Ce qui a empêché le parti d'obtenir plus de votes et de prendre le pouvoir, était la division dans la famille du leader, le manque de pleine discipline au sein du parti. Son alliance avec le Congrès lui a également été préjudiciable. Il a concédé 41 sièges au Congrès qui lui a valu seulement 8 e d'entre eux, soit 20% des sièges contestés alors que le DMK a remporté 50% des sièges qu'il briguait. En d'autres termes, sans cette alliance, il aurait accaparé 20 sièges de plus au détriment de l'AIADMK et fait pencher la balance en sa faveur.

 


Maintenant, les mauvais résultats obtenus par les autres candidats restent à expliquer. Premier Welfare Front populaire qui se composait de six partis savoir de DMDMK, le MDMK, les deux IPC, le TMC et le VCK. Elle se projette comme une alternative aux principaux partis dravidien. En fait, il semble avoir quelque chance, ayant dans ses rangs des dirigeants très populaires. Mais il n'a obtenu que 6,10% des votes. Les raisons de la mauvaise performance varient d'un parti à l'autre. Le principal parti de l'alliance était le DMDMK. Il a contesté 104 sièges et n'en a obtenu aucun. Le chef du parti qui a été projeté en tant que candidat ministériel en chef et qui était le chef de l'opposition dans le passé dans la législature a perdu son dépôt. Il ne peut pas être une déception plus amère. Le leader est une star de cinéma. Cette personne devrait émerger comme le ministre en chef à la première tentative elle-même, mais il a échoué à le faire. Dans cette deuxième tentative, il n'a pas réussi à se rendre compte que son aura de la célébrité ne fonctionnerait pas; il est comme tout autre candidat. Pour gagner l'élection, un parti bien organisé est nécessaire. Les groupes de fans ne peuvent se substituer aux cadres du parti.

 

Le deuxième pilier de l'alliance est le chef du MDMK. Il est un orateur populaire et une personne ayant le courage de se tenir par ses convictions contre toute attente. Il se retire de la compétition au cours de la campagne.

 

Un autre puissant chef de l'alliance est le chef de VCK, le parti des dalits. Il ne pouvait pas se faire élire, même dans une circonscription réservée. D'abord une circonscription réservée a seulement environ 40% des électeurs dalits. Deuxièmement, même les électeurs dalits candidats préférés dalits appartiennent  à des partis dravidiens. Un système ou la représentation proportionnelle aurait procuré à son parti un bon nombre de sièges en ralliant autour de lui Dalits partout dans l'État.

 

Les partis communistes qui étaient forts dans le passé ont perdu glamour après leur affaiblissement en Russie et en Chine. Le Tamil Manila Congress, un groupe dissident du Congrès national indien, a eu son moment de faveur. On ne considère pas aujourd'hui comme une entité prometteuse 'électoralement.

 

En dehors de ces défauts en ce qui concerne chaque membre, l'alliance en tant que telle a eu quelques points faibles. Elle a été bricolée à la dernière minute. Composée de partis aux idéologies très différentes  qu'il aurait fallu faire évoluer vers un programme minimum commun crédible et attrayant, ce qu'elle n'a pas réussi à faire. Etant en outre une nouvelle formation, elle aurait dû présenter quelque chose de nouveau ; il n'y avait rien de ce genre. D'autres partenaires de l'alliance ne travaillaient pas à l'unisson avec l'objectif de se soutenir mutuellement. Chaque partie a concentré ses efforts dans les circonscriptions qui lui sont assignées et n'a pas invité ses partisans dans d'autres circonscriptions de voter pour le candidat du parti allié.

 

En dehors de l'alliance il y avait le Patttali Makkal Katchi. Bien que son chef ait fait une campagne soutenue et convaincante, il n'a pas pu obtenir de plus de 5,36% des voix face à l'énorme vote tirant la force des partis dravidiens. En outre, à cause de ses actions passées, il a été considéré comme un parti castéiste.

 

Le BJP a obtenu 2,86% des voix, presque le même que lors des dernières élections. Ses progrès dans le Tamil Nadu sont entravés parce qu'il est dépeint par ses adversaires comme les anti hindi fédéral et pro. Il peut améliorer considérablement son score à l'avenir en affirmant par des déclarations et des actes son engagement à un véritable caractère fédéral de l'Union de l'Inde et à la promotion de toutes les langues de l'État.

 

En bref, les deux dravidiens et les autres partis ont obtenu des avantages et des défauts. Alors, pourquoi l'énorme succès des parties dravidiens ? Le principal facteur de la différence semble être l'argent. Les autres partis ont beaucoup souffert du manque d'argent. Ils ne disposent pas suffisamment d'argent, même pour la propagande et l'utilisation complète des médias payants. Plus que cela, ils n'avaient pas de quoi se livrer à la distribution d'argent aux électeurs qui semble avoir été décisive. Le Tamil Nadu a la distinction douteuse en haut de la liste des États en matière de distribution de l'argent aux électeurs. Lors de l'élection précédente, le maximum était de 500 roupies pour chaque carte d'électeur. Cette fois, il a atteint 1500 roupies. Même les gens de la classe moyenne ont accepté de l'argent, dit-on.

 

Cette pratique odieuse semble avoir commencé très tôt. Rajagobalachary quand il est venu à Poducherry en 1955, lorsque les élections ont eu lieu après la fusion, il a dit aux gens dans une réunion publique énorme: «Les candidats vous offrir de l'argent, prenez-le, mais votez pour la personne que vous considérez digne d'être votre représentant. La deuxième partie de cet avis n'a pas été entendu par tous. Il y a plusieurs raisons pour cela. Beaucoup considèrent qu'ils ont une obligation morale envers la personne dont ils recevaient de l'argent. Deuxièmement, ils ne trouvent pas beaucoup de différence entre les candidats pour faire un choix clair fondé sur les mérites. Pour beaucoup, le discours politique n'a pas beaucoup de sens. Ainsi, la plupart des électeurs sont enclins à voter pour le donateur de l'argent, à moins qu'ils soient attachés à un parti. Ils n'ont un problème que lorsque plus d'un parti leur a donné de l'argent. Soit ils votent pour celui qui a donné le montant le plus élevé. Ou chaque membre de la famille vote pour un candidat.

 

Il est largement dit que les deux partis dravidiens se livraient à la distribution à grande échelle de l'argent. La commission électorale a saisi plus de noyaux de than100. Il arrangé pour la surveillance de la police afin d'empêcher la distribution, mais l'argent a été remis dans la clandestinité pendant la nuit, quand il n'y avait pas de surveillance de la police. Dans deux circonscriptions de la Commission électorale dissuadé la distribution de l'argent dans une telle ampleur qu'elle a reporté l'élection là.

 

 Tels étant les faits, la question qui se pose irrésistiblement dans l'esprit est ce qui aurait été le résultat si aucun argent n'avait été distribué. Cela est difficile à dire avec précision; on peut cependant de suggérer que les deux principaux partis dravidiens mis ensemble auraient obtenu 20% des voix moins et que les autres partis réunis auraient obtenu 20% plus de votes, ce qui aurait modifié sensiblement les résultats finaux.

 

Indépendamment de l'influence de l'argent sur le résultat final n'a à se soucier de sa présence même dans les élections, qui sont sacrés. la distribution de l'argent ne devrait pas être autorisée à se produire ; toutes les mesures devraient être prises pour l'empêcher. Bien sûr, quand il y a des personnes sujettes à donner et des personnes prêtes à recevoir, il est difficile de réduire la pratique. Prévenir les gens de recevoir de l'argent est presque impossible. En ce qui concerne les donneurs des mesures de dissuasion concernés est possible. A cet égard, la question qui se pose d'ailleurs est pourquoi font-ils passer beaucoup d'argent si ce n'est avec l'espoir gourmand de le récupérer multiplié, d'où le recours à une sorte de pratique de corruption lors de son élection. Cela conduit à un autre gros problème, celui de la corruption dans l'administration, qui doit être traitée séparément.

 

En outre, cette plaie de l'argent pour voter soulève la question plus large de la validité de la démocratie dans le pays. En fait, les Indiens au moment de l'indépendance n'ont pas demandé le suffrage universel ; la plus part d'entre eux ne savaenit même de quoi il s'agissait . Il a été apporté au peuple par un Nehru idéaliste. A la fin de la période britannique, seulement 14% de la population avait le droit de voter. Ce pourcentage aurait dû être élevé progressivement. Franchise Universal aurait dû être mise en place d'abord au niveau local où les gens connaissent les candidats et les questions. Les gens auraient ainsi assimilé correctement le sens du vote. Il aurait pu être étendu progressivement au niveau national.

 

En réalité, les citoyens moyen ne sont pas pleinement conscients de la signification du vote. Le concept de gouvernement par le peuple est hors de leur portée. Il est plus à l'aise avec l'idéal du gouvernement pour le peuple. Dans cette perspective, il est plus sensible aux avantages immédiats pour lui que pour les mesures qui peuvent favoriser le développement qui apportera des avantages à tous dans le long terme. Il ne peut pas avoir une opinion valable en ce qui concerne les finances publiques, la défense ou les affaires extérieures. Avec un tel état d'esprit, il ne peut pas comprendre l'implication réelle de son vote. Pas étonnant qu'il est prêt à vendre son vote sans valeur pour une chanson.

 

 Toutefois, afin de rétablir le but et la dignité de la démocratie dans le pays et de lutter contre la corruption Il est impératif que toutes les mesures soient prises pour arrêter la faute de l'argent pour voter, d'abord la représentation proportionnelle réduira automatiquement ces distributions d'argent. Aucun membre individuel sera enclin à débourser son argent au profit de la liste des candidats.

 

Deuxièmement, l'action de la police au lieu d'être orientée vers la prévention, ce qui nécessite un important contingent de personnel vigilant, doit se tourner vers la détection. Les agents de police en civil peuvent recueillir des informations. Certains d'entre eux peuvent en outre être formés pour être des détectives. Leurs rapports aideront la Commission électorale à élaborer des mesures appropriées. La Commission peut être investie du pouvoir de prendre des mesures de dissuasion comme l'interdiction aux personnes reconnues coupables, de se présenter à l'élection pendant 10 ans. Ce qui précède est une suggestion aléatoire. La question doit être explorée en profondeur par des spécialistes afin de faire évoluer une ligne d'action appropriée pour faire que le vote acheté soit une chose du passé.

 

David Annoussamy

 

Membre émérite

 

De l'Académie internationale de droit comparé