Blue Flower

L'Inde bloque 25 millions de téléphones portables chinois déjà vendus



L'Inde a bloqué les connections de 25 millions de téléphones portables chinois déjà vendus après avoir constaté qu'ils ne comportaient pas de numéro d'identifiant nécessaire à la traçabilité des appels.

 

 
 
 

Les connections de 25 millions téléphones indiens bas de gamme fabriqués en Chine n'avaient pas les 15 numéros d'identification internationale pour l'équipement des portables (IMEI). Après avoir prévenu à l'avance les personnes concernées, le gouvernement indien a décidé de les bloquer, hier, a déclaré à l'AFP un responsable du ministère des télécommunications sous couvert d'anonymat.

Les numéros d'IMEI permettent d'identifier les appels reçus et émis d'un téléphone portable et fournissent des informations sur le fabricant ainsi que sur le type d'appareil. La plupart des portables l'obtiennent auprès de leur opérateur lorsqu'ils sont activés pour la première fois.

"Tous les opérateurs de téléphonie mobile ont reçu l'ordre de bloquer les services de 25 millions d'appareils", a indiqué le ministère, jugeant que "l'intraçabilité des téléphones sans numéro IMEI constitue une menace pour la sécurité".

Les clients concernés avaient été prévenus voici 15 jours pour changer leur téléphone ou obtenir le numéro IMEI auprès de leur opérateur en déboursant 4 dollars.

Le responsable de la fédération indienne du secteur, C.M. Mathai, a jugé que cette interdiction allait momentanément affecter le marché, mais il a considéré que continuer d'autoriser l'utilisation de ces appareils aurait été "une énorme bourde". Selon lui, la majorité de ces téléphones sont vendus au marché noir.

Cette décision fait suite à une interdiction des communications pré-payées dans le Cachemire indien et à une enquête lancée par les autorités indiennes pour savoir si les téléphones chinois pouvaient mettre en péril la sécurité intérieure.

Des services de renseignement indiens avaient prévenu que des produits chinois pourraient contenir des équipements permettant à la Chine de lancer une cyber attaque ou d'empêcher le fonctionnement des appareils. Autre explication, plus plausible, des renseignements indiens : les téléphones sans code, donc intraçables, auraient déjà été utilisés par des groupes terroristes en Inde. 

Selon l'association des opérateurs de téléphonie mobile en Inde (Cellular Operator's Association of India), la plupart des portables ne possédant pas d'IMEI sont des téléphones bas de gamme  ou "sans marque". Vendus à moindre coût, ces derniers représentent près de 30% des ventes indiennes.

L'Inde est le deuxième plus grand marché de téléphonie mobile, derrière la Chine, avec plus de 500 millions d'abonnés.
 
AFP, in Aujourd'hui l'Inde, le 2 décembre 2009