Blue Flower

Envoi de colis de l’Inde vers la France, mode d’emploi

Les pashminas débordent de votre valise et la statuette de Ganesh est un peu lourde… C’est un véritable casse-tête pour tous les voyageurs : comment ramener d’Inde tous ses souvenirs avec seulement 20 kilos de bagages autorisés en avion ? L’envoi en France par d’autres moyens s’impose. Et pourquoi ne pas faire confiance à la Poste indienne ?

 

Il est souvent difficile de tout faire entrer dans la valise

De ceux qui connaissent les procédures indiennes, longues et hasardeuses, très peu songeraient en premier à la Poste pour acheminer leur colis. Et pourtant, ça marche ! La Poste indienne permet d'envoyer des colis jusqu'à 20 kilos maximum, soit une valise supplémentaire, avec un rapport qualité-prix apréciable.

Plusieurs choix s'offrent à vous :

- L'envoi par avion (Air), comptez 3 600 roupies (environ 53 euros) pour dix kilos et un envoi en deux semaines.

- Par bateau (Surface), on tombe à 1 600 roupies (environ 24 euros) pour le même poids et trois mois de voyage en moyenne.

- Par une solution intermédiaire dite "SAL" soit Surface Air Lifted, un bon compromis avec ses trois semaines à un mois et demi et ses 1 800 roupies (environ 27 euros) les dix kilos.

Selon la grande majorité des témoignages, le colis arrivera, même avec plusieurs mois de retard. En revanche, rien ne garanti son état. Certains à l'arrivée ne tiennent plus que grâce au scotch dans lequel ils étaient enroulés. Exclure donc tout objet fragile ou de valeur et accorder beaucoup de soin à l'emballage.

Étape un : arriver au guichet de la Poste avec le colis encore ouvert. L'employé vérifie le contenu et vous propose un tarif réduit s'il n'y a que des livres.

Étape deux : emballage dans du tissu de coton blanc, cousu autour du colis. L'opération peut avoir lieu dans la Poste, mais la plupart du temps, on vous indiquera un tailleur à l'extérieur, qui coudra votre paquet avec soin et le scellera à la cire.

Étape trois : retour à la Poste, où il faut alors remplir les papiers (passeport nécessaire) et payer. Le prix comprend une assurance. Forfaitaire, elle ne prend pas en compte la valeur réelle de l'envoi. Pour cela, choisissez le insured parcel, surtout pour les objets de valeur. Dans tous les cas, on vous délivre un numéro d'enregistrement qui vous sera précieux en cas de perte.

Enfin, on vous demandera probablement un pourboire. Libre à vous de refuser, mais il se peut alors que votre colis ne quitte jamais l'Inde…

Selon certains, écrire "gifts" (cadeaux) au feutre sur le tissu permettrait d'éviter les droits de douanes. En réalité, chaque colis ne provenant pas de l'Union Européenne est susceptible d'être ouvert. Seuls les douaniers décideront s'ils ouvrent ou non votre paquet, puis si vous devrez payer les 19,5% de taxes. En dessous de 100 € de valeur, il n'y a théoriquement rien à payer. Le mieux consiste à éviter d'envoyer des vêtements neufs de marque susceptibles d'être des contrefaçons ou encore des DVD et CD gravés.

Certains intermédiaires proposent leurs services pour s'occuper de tout à votre place. Le colis passe toujours par la Poste indienne, mais vous n'avez aucune contrainte, si ce n'est à payer le service en plus du prix de l'envoi.

On compte aussi des compagnies spécialisées (DHL ou TNT). Elles font tout pour vous : emballage, papiers, envoi, garantie. Si leur efficacité est attrayante, leurs prix sont dissuasifs. Pour des achats à l'origine très peu onéreux, le coût final atteint facilement les prix français, quand il ne les dépasse pas. À privilégier pour des envois très légers mais de grande valeur

 

Amanda Winguis, Aujourd’hui l’Inde, le 24 décembre 2008