Blue Flower

L'Inde rejette une demande de l'Albanie réclamant les restes de mère Teresa



L'Inde a catégoriquement rejeté mardi une demande du gouvernement albanais réclamant le retour des restes de mère Teresa, enterrée à Calcutta, où elle fonda l'ordre des Missionnaires de la charité.

 

 
 

 

Pour le gouvernement indien, le débat n'a pas lieu d'être. "Mère Teresa était une citoyenne indienne et elle repose dans son propre pays, sa propre terre", a déclaré hier le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Vishnu Prakash. "La question (du retour de ses restes en Albanie) ne se pose absolument pas", a-t-il ajouté.

Née Agnès Gonxha Bojaxhiu à Skopje (Macédoine) le 26 août 1910, cette religieuse catholique d'origine albanaise, baptisée la "Sainte des pauvres", a obtenu la nationalité indienne en 1951. A sa mort le 5 septembre 1997, elle a été enterrée au siège de la congrégation des Missionnaires de la Charité à Calcutta, qu'elle fonda en 1950.

Après une vie consacrée aux pauvres, malades et mourants des bidonvilles de Calcutta, elle a reçu le prix Nobel de la paix en 1979 et a été béatifiée par le pape Jean-Paul II en 2003.

Selon des commentaires de presse ce week-end, le Premier ministre albanais Sali Berisha a indiqué que le gouvernement allait intensifier les efforts pour réclamer ses restes avant le 100e anniversaire de sa naissance, en août 2010.

Dans une déclaration à l'AFP, M. Berisha a réitéré mardi son souhait de voir les cendres de mère Teresa reposer à Tirana, auprès de sa mère. "Je pense qu'elle serait plus tranquille que partout ailleurs si elle pouvait reposer à côté de sa mère" et de sa soeur, enterrées à Tirana, a déclaré le Premier ministre albanais.

Reconnaissant que l'Inde était opposée à une telle demande de l'Albanie, M. Berisha a estimé que cette question restait "ouverte". "Il faut que les gouvernements des deux pays en discutent dans un avenir prochain", a-t-il ajouté.

"Il est vrai que mère Teresa mérite d'être nommée Mère Teresa de Calcutta, car elle a vécu et elle est devenue une sainte de son vivant dans ce pays, dans cette ville", a reconnu M. Berisha. "J'espère que peu à peu, les soeurs de l'Ordre des Missionnaires de la charité, les soeurs de l'Ordre de Mère Teresa ansi que les autorités indiennes examineront et apprécieront la possibilité que mère Teresa puisse reposer à côté de sa mère et de sa soeur", à Tirana, a poursuivi cependant le Premier ministre albanais.

Une porte-parole de l'ordre des Missionnaires de la charité, Soeur Christie, a indiqué que l'ordre n'avait pas été informé d'une telle demande de l'Albanie.

Les autorités communistes ont longtemps interdit à Mère Teresa de venir en Albanie, où vivaient sa mère et sa soeur. Le dictateur Enver Hoxha avait également refusé que sa mère malade puisse se rendre à l'étranger.

Mère Teresa est venue en Albanie une première fois en 1989, pour se recueillir sur la tombe de sa mère et de sa soeur. En 1993, elle a accompagné le pape Jean Paul II lors de sa première visite en Albanie avant de revenir quelques mois plus tard ouvrir ses premières missions sur place

 AFP, in Aujourd'hui l'Inde, le 14 octobre 2009.