Blue Flower

Trois États indiens retournent aux urnes pour élire leur gouvernement régional



Les élections à l’assemblée régionale se sont tenues aujourd’hui dans l’Haryana, au Maharashtra et dans l’Arunachal Pradesh. Un premier test de confiance pour le parti du Congrès, six mois après sa victoire aux élections législatives.

 


Le taux de participation était de seulement 40% au Maharashtra ©AFP
 

Le vote s'est déroulé relativement calmement dans les trois Etats indiens qui élisaient aujourd'hui leurs députés à l'assemblée régionale, avec un taux de participation de 50%  dans l'Haryana (nord), 70% dans l'Arunachal Pradesh (nord-est) et de 40% au Maharashtra (ouest), selon le quotidien Times of India.

Une force policière de près de 130 000 hommes a été déployée au Maharashtra, où 17 policiers avaient été tués lors d'une attaque perpétrée par les naxalites, la semaine dernière. Les rebelles maoïstes ont à nouveau ouvert le feu dans deux districts de l'Etat, afin de perturber le vote, sans toutefois faire de blessés.

Le Maharashtra, un des Etats les plus importants d'Inde où se trouve Bombay, la capitale économique du pays, compte plus de 75 millions d'électeurs qui doivent élire 288 députés à l'assemblée de l'Etat. Le parti du Congrès tente de rester au pouvoir dans l'Etat pour un troisième mandat consécutif, grâce à son allié local du NCP. Le duo est opposé à l'alliance des nationalistes hindous du Bharatiya Janata Party (BJP) avec le Shiv Sena, parti d'extrême droite hindouiste qui milite, souvent de manière violente, en faveur de la culture Maharati dans l'Etat.

Dans l'Haryana, le Congrès tente également de valider un second mandat consécutif en empochant la majorité des 90 sièges à l'assemblée regionale de l'Etat. Un agent en charge du vote est décédé après des échauffourés entre un groupe de partisans du parti du Congrès et ceux d'un candidat indépendant.

Plusieurs incidents violents mineurs ont également été signalés en Arunachal Pradesh, où un électorat de 700 000 personnes devait choisir parmi 151 candidats pour élire 57 députés locaux. Dans cet Etat encore, le Congrès est le parti sortant.

Situé à la frontière dans la région nord-est, à la frontière du Tibet, l'Arunachal Pradesh est à nouveau le centre de tensions entre l'Inde et la Chine. Pékin, qui revendique ce territoire "disputé", a exprimé son mécontentement concernant la visite du Premier ministre indien Manmohan Singh dans l'Etat, le 3 octobre dernier, avant les élections.

"La position du gouvernement indien est que l'Arunachal Pradesh fait intégralement partie de l'Inde, point", a répondu dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères M.S Krishna.

 

Antoine Corta, Aujourd'hui l'Inde, le 13 octobre 2009.