Blue Flower

De l'eau sur la Lune : l'Inde y voit le triomphe de son programme spatial

BANGALORE — L'Inde, partie prenante des recherches sur la présence d'eau sur la Lune, veut voir dans cette découverte l'aboutissement de son programme lunaire au moment où le pays se cherche une place dans la conquête spatiale.

Trois observations dévoilées mercredi dans la revue américaine Science, dont l'une émanant d'un satellite indien, révèlent que des particules d'eau sont présentes sur la Lune, bouleversant de précédentes conclusions selon lesquelles le sol lunaire serait sec à la possible exception de glace aux pôles.

"La mission a été magnifique, elle n'a pas échoué", s'est enthousiasmé le directeur de l'Organisation de la recherche spatiale indienne (ISRO), G. Madhavan Nair vendredi lors d'une conférence de presse.

"L'Inde devrait être fière que Chandrayann ait découvert de l'eau sur la Lune. C'est un succès à 110%", a-t-il assuré.

Les auteurs de la première étude dévoilée dans la revue Science ont utilisé les données fournies par un instrument de la Nasa baptisé "Moon Mineralogy Mapper" ou M3, transporté à bord de Chandrayyan-1, premier satellite indien à avoir été placé sur orbite lunaire en 2008.

En août dernier, la déception s'était pourtant emparée de la communauté scientifique indienne lorsque la mission Chandrayaan-1, lancée en grande pompe en octobre dernier et prévue pour durer deux ans, avait prématurément avorté après la perte de contrôle de la sonde spatiale.

La sonde s'était posée sur la Lune le 14 novembre, une première depuis le lancement du programme spatial indien en 1963.

Ce premier alunissage, consacrant la place de l'Inde dans la course à la conquête spatiale face à ses concurrents russes, chinois et japonais, avait été décrit comme la première étape en vue du lancement d'un engin lunaire inhabité à l'horizon 2012.

Selon M. Nair, l'agence spatiale nationale devrait fournir de nouvelles informations une fois que la quantité de données issues de la mission Chandrayaan-1 aura été analysée au centre aérospatial de Bangalore.

"Nous avons eu des moments vraiment dramatiques mais le volume des données collectées est phénoménal. (La mission) a rempli les ordinateurs de l'ISRO comme ceux de la Nasa", a-t-il assuré.

L'annonce de la découverte de particules d'eau sur la Lune figurait vendredi à la Une de la plupart des quotidiens indiens tandis que sur les chaînes de télévision câblées des débats étaient organisés sur l'événement, qui laissaient percer une ferveur patriotique à peine déguisée.

"Un grand pas pour l'Inde, un pas de géant pour l'Humanité", titrait The Times of India. "De l'eau sur la Lune: la stupéfiante découverte de Chandrayaan", écrivait le journal Hindustan Times.

La mission indienne a coûté 80 millions de dollars, soit moins de la moitié du montant dépensé par d'autres pays pour des expéditions similaires, et l'Inde espère profiter de cet avantage pour remporter une grande part du marché satellitaire.

C'est cependant la technologie américaine qui a permis l'étonnante découverte de l'eau sur la Lune. Les deux autres sondes --le vaisseau américain Cassini et la sonde américaine Deep Impact-- qui ont également relevé la présence de l'eau, étaient équipées du même instrument de la Nasa que le satellite indien.

 

 Naseeb CHAND,  AFP , le 26 septembre 2009.