Blue Flower

Quand un nationaliste hindou fait l’éloge du fondateur du Pakistan


Un haut responsable du Bharatiya Janata Party s’est attiré les foudres de ses pairs avec la sortie, lundi, d’un livre sur Muhammad Ali Jinnah. Au parti nationaliste hindou le "père" du Pakistan reste un sujet à la fois tabou et étrangement récurrent.

 

 
 Que la discussion porte sur la politique ou sur le cricket, aborder le sujet du Pakistan suffit généralement à  hérisser le poil des Indiens. En particulier de ceux appartenant à la droite nationaliste hindoue. Au Bharatiya Janata Party (BJP), formation politique qui incarne cette idéologie, cela devient pourtant presque une habitude.

Le député BJP et vétéran du parti Jaswant Singh vient en effet d'en être exclu pour son  ouvrage, Jinnah – Inde, Partition, Indépendance, dans lequel il se livre à une analyse pour le moins controversée d'un des épisodes les plus tragiques de l'histoire du sous-continent. Il y présente notamment Muhammad Ali Jinnah, considéré comme l'architecte de la création du Pakistan, sous un jour favorable, arguant qu'il n'était pas le principal responsable de la partition de l'Inde à l'indépendance en 1947.      

Le livre de Jaswant Singh a fait fulminer dans les rangs du BJP, au sein duquel toute remarque positive envers le frère-ennemi sud-asiatique ou son fondateur est synonyme d'hérésie. Sans surprise, la cérémonie de lancement du livre de Jaswant Singh, qui s'est déroulée lundi à New Delhi, a été massivement boycottée par les cadres du parti.  

"Faire l'éloge de Jinnah va totalement à l'encontre de l'idéologie du parti", a déclaré hier la présidente du BJP au Parlement Sushma Swaraj dans le quotidien The Hindu. Le parti a finalement décidé d'expulser Jaswant Singh dès l'ouverture de la retraite de trois jours du BJP à Shimla (Himachal Pradesh) aujourd'hui.

Ce n'est pourtant pas la première fois que les nationalistes hindous font preuve de sympathies à l'égard de Muhammad Ali Jinnah. En 2005, le candidat malheureux aux dernières élections Lal Krishna Advani, pourtant réputé pour appartenir à la frange dure du parti, avait rendu hommage à Muhammad Ali Jinnah lors d'une visite au Pakistan. L'incident lui avait valu une exclusion temporaire du BJP.

Le parti avait ensuite passé une résolution interne, officialisant le rejet de la "division communautaire de l'Inde et la politique de ‘deux nations' lancée par Jinnah et avalisée par les Anglais".

Le positionnement du BJP est donc claire concernant le Pakistan et son fondateur. Mais si l'auteur assure n'avoir "voulu glorifier ni diffamer personne", la "réhabilitation" de Jinnah aurait, selon plusieurs observateurs, un objectif camouflé : décrédibiliser le parti rival du Congrès.

"En faisant l'éloge de Jinnah et en rendant Nehru responsable de la partition, Jaswant Singh remet ainsi en question le rôle du Congrès dans la libération de l'Inde. En même temps, c'est embarrassant pour le BJP au niveau idéologique", explique Aasim Khan, journaliste spécialisé sur le BJP. "Les organisations hindoues d'extrême droite comme le RSS (ndlr : Rashtriya Swayamsevak Sangh, parent idéologique du BJP) n'ont pas participé au mouvement de lutte pour l'indépendance alors que le Congrès a bâti son assise sur cet épisode historique.", ajoute-t-il.

Membre du Parti du Congrès puis de la Ligue Musulmane, Muhammad Ali Jinnah était un des leaders principaux de la lute contre l'occupation britannique en Inde. Atteint de tuerculose et d'un cancer du poumon, il est mort le 11 septembre 1948, un an à peine après la création du Pakistan. Il est largement tenu responsable pour la partition de l'Inde.

 

Antoine Corta, Aujourd'hui l'Inde, le 19 août 2009