Blue Flower

L’Inde risque la plus importante sécheresse des vingt dernières années

Une grande partie de l’Inde n’échappera à la sécheresse que si les précipitations à venir se situent 30% au-dessus de la normale saisonnière. Seules des pluies inhabituelles pourraient combler ce déficit. Le gouvernement doit rencontrer aujourd’hui l’ensemble des chefs de gouvernement régionaux.

 


La sécheresse touche un quart des districts de l'Inde ©AFP
 
L'Inde pourrait connaître la sécheresse la plus importante des vingt dernières années. Plus d'un quart des districts indiens (177) sont touchés par la sécheresse, qui pourrait être la plus importante des vingt dernières années.

Les deux premières semaines d'août ont été marquées par des déficits de pluies de 64% et de 56%. Les principaux Etats concernés sont ceux du nord et du nord-est. Sur l'ensemble du pays, le déficit de pluie est passé de 25% la semaine dernière à 29% aujourd'hui.

Jeudi dernier, le gouvernement indien a mis en place un groupe dix ministres chargé de prendre des décisions rapides au regard de l'évolution de la situation, et le Premier ministre Manmohan Singh doit rencontrer aujourd'hui l'ensemble des Premiers ministres d'Etats.

L'Etat du Bihar a déjà réclamé plus de trois milliards d'euros au gouvernement pour combattre la sécheresse, qui a gagné 26 des 38 districts de l'Etat.

Le ministre l'Agriculture Sharad Pawar a annoncé que les premières aides du fond destiné aux catastrophes avait étés versées aux Etats de l'Assam, de Bihar, du Jharkhand et de Manipur.

Le ministre de l'Agriculture Sharad Pawar a déclaré jeudi à The Hindu qu'en dépit d'une pénurie de riz et de cannes à sucre, les stocks de nourriture étaient suffisants pour affronter la situation. Des responsables du ministère ont néanmoins concédé que les pluies des prochaines semaines seraient “absolument cruciales” pour la production agricole.  

Seules des pluies très abondantes d'ici à la fin du mois de septembre permettraient d'atteindre les moyennes saisonnières. La météorologie nationale ne les prévoit cependant pas pour le moment.

Lors de la dernière grande sécheresse en 2002, la production agricole indienne avait chuté de près de 7%, ramenant la croissance du pays à 3,8%, la plus faible depuis 13 ans.

Au même moment la revue scientifique Nature nous apprend que le niveau des nappes phréatiques de l'Haryana, du Pendjab et du Rajasthan a diminué de 4cm par an entre 2002 et 2008. C'est presque trois fois l'équivalent du Lac Meas au Nevada, le plus important reservoir des Etats-Unis,  indique l'article.

 

Yann Henaff, Aujourd'hui l'Inde,le 17 août 2009