Blue Flower

Éclaboussé par un scandale, le chef du gouvernement du Cachemire indien démissionne


Le chef du gouvernement du Cachemire indien, un musulman favorable à la souveraineté de New Delhi sur ce territoire sous insurrection séparatiste, a démissionné mardi après avoir été accusé d'avoir trempé dans un scandale de prostitution.

 

Omar Abdullah, 39 ans et Premier ministre depuis janvier de l'Etat du Jammu-et-Cachemire (nord de l'Inde), "a présenté sa démission", a indiqué hier son principal conseiller, Davinder Rana. M. Abdullah s'est ensuite rendu chez le gouverneur (représentant de l'Etat central, Ndlr), N.N. Vohra, lequel devait lui demander d'expédier les affaires courantes jusqu'à la désignation de son successeur, ont rapporté des télévisions.

Dans la matinée, devant l'assemblée régionale, le chef du gouvernement du Cachemire indien avait été violemment pris à partie par des députés de l'opposition, à propos d'une sombre affaire de moeurs.

La police avait mis au jour en 2006 un système d'extorsions de fonds impliquant une quarantaine de prostituées et leurs clients, parmi lesquels des hommes politiques, hommes d'affaires, militaires ou fonctionnaires locaux.

Des parlementaires cachemiris ont accusé mardi M. Abdullah de figurer sur la liste des suspects, bien que, selon des médias locaux, il ait été blanchi par le CBI, la police fédérale. A l'origine de ces accusations, le leader du parti de l'opposition, le People's Democratic Party (PDP), Muzaffar Beig s'est ensuite retracté, affirmant que le nom d'Omar Adbullah ne figurait pas sur la fameuse liste des personnes impliquées dans le scandale. Une déclaration survenue  toutefois quelques heures après la démission du chef du gouvernement Jammu-et-Cachemire.

"Après avoir entendu cela, je ne pourrai plus exercer mes fonctions de Premier ministre et j'ai donc décidé de démissionner", avait déclaré à l'assemblée M. Abdullah, sourd aux exhortations de son parti de la Conférence nationale (NC) à revenir sur sa décision. "Ce sont des allégations sans fondement, mais je ne serai pas en paix avec moi-même jusqu'à ce que l'on prouve mon innocence", a-t-il conclu.

M. Abdullah, né Britannique -- réputé pour sa probité, son intelligence et ses vues modérées sur le Cachemire, un territoire himalayen divisé entre l'Inde et le Pakistan -- dirige le Jammu-et-Cachemire depuis janvier, à la suite de son père et de son grand-père.

La partie indienne du Cachemire, à majorité musulmane, est la proie depuis 1989 d'une insurrection séparatiste, récupérée par des islamistes, contre "l'occupation indienne". Ce conflit a provoqué la mort de 47.000 personnes.

AFP, in Aujourd'hui l'Inde, le 29 juillet 2009