Blue Flower

 
A comme Agra, G comme Gange, Y comme yoga… Voici le dictionnaire de l’Inde


Les éditions Larousse ont présenté à La Route des Indes, une librairie de voyages à Paris, le "Dictionnaire de l’Inde", fruit de la collaboration de plus de quarante auteurs français, anglo-saxons et indiens. En près de 500 pages, ils ont relevé le défi de la pédagogie sur ce "pays continent" aux défis singuliers.

Pourquoi ne joue-t-on au football qu'au Bengale et à Goa alors que partout ailleurs le cricket est devenu sport national ? Comment évoluent les langues régionales qui n'ont pas de statut officiel ? Qui est le prédicateur mystique Nanak pour les sikhs ? Pourquoi les chiffres "arabes" sont en fait indiens ? Ou tout simplement, d'où vient le Kama Sutra ?

200 entrées pour rendre accessible au plus grand nombre de passionnés ou de curieux l'Inde d'aujourd'hui. Parmi le grand nombre de livres plus ou moins savants dédiés à l'Inde, ce petit dernier se veut synthétique et facile à consulter. Catherine Clémentin-Ojha, directrice d'études à l'EHESS, explique qu'en tant que professeur, elle a l'habitude de raconter la démocratie indienne à ses étudiants. L'exigence de la pédagogie est donc au cœur de cet ouvrage collectif.

Sous la direction de Christophe Jaffrelot, Jacques Pouchepadass, Denis Matringe et Catherine Clémentin-Ojha, les chercheurs et indianistes ont dressé le portrait de l'Inde dans toute sa diversité : Agra, Ambedkar, astronomie, maquillage, mousson, naxalites, sikhs, végétarisme...Vaiju Naravane, correspondante pour le quotidien anglophone The Hindu en Europe, décrit par exemple l'évolution récente des médias indiens, leurs problématiques économiques et les enjeux publicitaires.

La première partie du dictionnaire esquisse un portrait de l'Inde à travers des questions plus larges :"une société hiérarchique peut-elle être juste ?" ou encore "l'Inde est-elle laïque ?". Avant l'abécédaire, les auteurs retracent également l'histoire du pays, des origines de la civilisation gangétique, au sultanat de Delhi à l'ère moghole jusqu'à l'empire colonial.

Certains articles sont étayés par des cartographies : l'Inde à l'époque coloniale, le sous-continent indien depuis 1947, les groupes linguistiques, l'implantation des partis politique du Congrès et du BJP. En moins de 500 pages, le lecteur peut faire le point sur ses lacunes indiennes, sans avoir à avaler un pavé indigeste et trop spécifique.

Jacques Pouchepadass, qui a coordonné ce travail insiste sur le côté "entrée facile" du dictionnaire. C'est vrai qu'il résume en une ou deux pages un sujet qui mériterait parfois un ouvrage entier. Le lecteur reste parfois sur sa faim... Mais il peut y picorer des informations, y glaner des précisions, y approfondir des notions.

Marie Naudascher, Aujourd’hui l’Inde, le 14 avril 2009.


Dictionnaire de l'Inde, éditions Larousse, 480 pages, 26 euros.