Blue Flower

La menace de déflation pèse sur l’économie indienne

 

Il y a un an, le taux d’inflation ne faisait que grimper. En août dernier, il était encore de près de 13%. Mais selon les statistiques officielles publiées hier, l’inflation est aujourd’hui tombée à 0,44%. Et c’est maintenant le spectre de la déflation qui se profile.

 


Il y a encore quelques mois, on ne parlait que d'inflation galopante en Inde. Mais depuis octobre, ce taux ne fait que baisser semaines après semaines. Hier, les derniers chiffres sont tombés : 0,44 %. C'est le taux d'inflation le plus bas depuis 1977.
 
Cette baisse des prix qui pourrait sembler une bonne nouvelle pour les consommateurs ne l'est pas. D'une part, parce que les prix des produits alimentaires n'ont pas baissé et restent très chers pour les Indiens les plus modestes. Et d'autre part, parce qu'une inflation si faible voire négative dans quelques semaines est très néfaste pour l'économie du pays. 

Ce revirement si rapide est dû en partie à la chute des prix du pétrole et des biens de commodités en pleine crise financière mondiale et à une baisse de la demande. Les prix ont dégringolé pour les produits industriels comme certains métaux ou produits chimiques. 

Ce qui se profile maintenant pour l'économie indienne, c'est la déflation. La déflation est une période d'inflation négative prolongé pendant laquelle les prix et les salaires baissent. La baisse des prix des biens et des services n'entraînent donc aucune augmentation de la consommation puisque les gens gagnent moins d'argent.
 
Dans un récent rapport de Citibank, cité par le Times of India, on estime que cette tendance de baisse de la demande va affaiblir l'activité économique et décourager les investissements, ce qui risque donc d'affecter l'économie du pays sur le long terme. 

Cette situation est d'autant plus préoccupante que le taux de croissance de l'Inde va tomber cette année en dessous de 6% comparé au 9% de ces dernières années. La banque centrale d'Inde a abaissé une nouvelle fois la semaine dernière ses taux d'intérêt à court terme. Comme une nouvelle tentative de relancer son économie en grande difficulté.
 
Juliette Tissot, Aujourd'hui l'Inde, le 20 mars 2009