Blue Flower

Ces doctorants indiens qui ont choisi la France

 

l

Une vingtaine d'étudiants indiens en cours de doctorat viennent d'être sélectionnés pour effectuer des projets de recherche en France. Lancé il y a quatre ans, le programme « Sandwich Ph.D » permet aux étudiants du sous-continent de bénéficier des laboratoires français et de resserrer ainsi les liens franco-indiens dans le domaine scientifique.

 

Il fait parti des 28 "brillants" doctorants indiens sélectionnés pour étudier en France cette année. S'il prévient qu'il faut "parler lentement" et s'excuse de son anglais approximatif, Sundeep Kumar Sharma, sous son air modeste et réservé, s'est déjà constitué un CV que beaucoup envieraient. Originaire de Shamli, une petite ville d'Uttar Pradesh à 80 km au nord de la capitale indienne, ce jeune doctorant d'à peine 24 ans est déjà détenteur d'un Masters du prestigieux Institut Indiens de Technologie (IIT) de Delhi, l'équivalent des Grandes Ecoles  dans le domaine scientifique. Il est actuellement en deuxième année de doctorat au Bhabha Atomic Research Center de Mumbai, où il effectue des travaux de recherche en spectroscopie.

 

Le 15 avril, Sundeep partira pour huit mois en France. À Strasbourg, plus précisément, où il poursuivra ses recherches sous la houlette du professeur Gilles Duplatre , à l'Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC). "Le Docteur Duplâtre vient régulièrement à Mumbai, c'est une référence dans mon domaine de recherche ", explique t-il pour justifier son choix. Comme les 27 autres étudiants retenus parmi 68 candidats pour aller étudier dans l'hexagone, Sundeep ne parle pas le français mais a hâte d'être "exposé à une nouvelle culture de travail et à de nouvelles méthodes".

 

En 2005, le département des Sciences et de Technologie de l'Ambassade de France a lancé un programme intitulé "Doctorat Sandwich et bourses post-doctorales" visant à encourager les doctorants indiens à poursuivre des projets de leur choix dans des universités françaises grâce à un système de bourse. Cette initiative, qui a pour objectif de renforcer les échanges dans le domaine de la recherche scientifique entre la France et l'Inde connaît déjà un certain succès. En quatre ans, 180 chercheurs indiens ont déjà parachevé avec succès leurs projets de recherche dans divers laboratoires français. 73 articles "franco-indiens", résultats de ces projets, ont été publiés dans plusieurs revues scientifiques, selon l'Ambassade de France à New Delhi.

 

Les échanges universitaires entre la France et l'Inde commencent à prendre leur envol depuis quelques années. "Il y a de nombreux étudiants de l'INSA qui viennent à l'IIT de Delhi", assure Khusboo Rinawa, une doctorante de 25 ans qui part passer six mois à l'Ecoles des Mines. La France a cependant un important retard à combler en ce qui concerne l'accueil des étudiants indiens dans ses universités. Environ 1700 indiens étudient en France contre plus de 80 000 aux Etats-Unis, 16 000 en Grande-Bretagne, ou encore 4000 en Allemagne. Lors de sa visite à New Delhi en novembre 2007, la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, avait annoncé un objectif de 17 000 étudiants indiens, à terme, dans les universités et grandes écoles françaises.

 

"Les universités françaises ont bonne réputation en Inde", assure pourtant Arijit Biswas, seul étudiant de l'IIT de Kharagpur (Bengale occidental) a avoir été sélectionné pour le programme "Doctorat Sandwich". Comme Sundeep il reviendra en Inde terminer son doctorat après son séjour en France. "Mais pourquoi pas revenir pour un diplôme post-doctoral ?" envisage t-il.

 

Antoine Corta

 

 

Source : Aujourd'hui l'Inde