Blue Flower

Avides d’aventure, ils traversent l’Inde en rickshaw

Le 5ème Rickshaw run part le 1er janvier de Pondichéry

 

Ils partent presque en même temps que les concurrents du Paris-Dakar, mais ils n’ont ni voiture ni motos… 60 rickshaws vont quitter le 1er janvier Pondichéry pour atteindre l’Assam. Plus de 2000 kilomètres à parcourir en une quinzaine de jours. C’est le défi que se sont lancés les participants du "Rickshaw run", une course sans gagnant destinée aux amoureux de l’aventure.

 

Les participants viennent des quatre coins du monde. États-Unis, Danemark, Singapour, Hong-Kong… Tous ont une chose en commun : le goût de l'aventure. Les voyages organisés et les grands hôtels ne sont pas pour eux. Ils préfèrent l'odeur de l'essence, les galères en tout genre et les nuits improvisées dans des guest-houses improbables voire dans le rickshaw.

 

Pour rejoindre Pondichéry à l'Assam, les runners n'ont aucune contrainte. Ils empruntent la route qu'ils souhaitent et se débrouillent seuls pour tout : nourriture, nuits, réparations… L'équipe organisatrice, qui leur fournit les véhicules, a uniquement programmé quelques étapes facultatives, pour que les équipes puissent se retrouver quelques heures et partager leurs péripéties.

 

"Je conseille le Rickshaw Run à tous ceux qui veulent vivre l'Inde autrement", estime Fabien Hamm. Ce passionné de l'Inde a participé à la première édition de cette course hors normes. Et, contrairement aux apparences, il a trouvé cela plutôt simple. "C'est simple de conduire, simple de trouver des guest-houses, simple d'entrer en contact avec les gens et simple de faire des réparations".

 

Pour lui, le rickshaw est un véhicule parfait pour voyager en Inde : "C'est un véhicule ouvert, ce qui facilite la communication. De plus, il fait partie du paysage local. Un blanc dans un rickshaw, ça étonne toujours, les Indiens viennent nous demander plein de choses. Ils ne comprennent rien à ce qu'on fabrique !"

 

D'autant plus que les véhicules sont décorés de façon souvent farfelue et que les Indiens ont dû mal à croire que le véhicule atteindra l'autre bout du pays. La débrouille est donc le maître mot, et quand on demande aux organisateurs si c'est sans danger, ils répondent clairement : "Non. C'est ça, l'aventure".

 

Les inscriptions sont closes pour l'édition de janvier, mais aussi pour celle du printemps prochain ! Devant le succès du Rickshaw run, les organisateurs ont décidé de lancer une troisième course en automne, dont le parcours n'est pas encore défini.

 

Mais les âmes aventurières peuvent se préparer dès maintenant. Car l'opération a un coût. Outre les frais habituels d'un voyage en Inde (visas, avion, nourriture, logement), l'inscription à la course coûte 615 livres sterling (645 euros). Et la dépense la plus importante concerne les dons à des associations locales : chaque équipe doit y consacrer 1000 livres sterling (1050 euros). Des coûts qui peuvent être assurés par des sponsors, ce que conseille l'équipe organisatrice. Elle se propose même d'aider les participants à démarcher les entreprises pour trouver des fonds. Mieux vaut donc s'y prendre à l'avance.

 

Morgane Jézéquel, Aujourd’hui l’Inde, le 31 décembre 2008