Blue Flower

Jeux du Commonwealth : "Où sont les touristes ?"


100.000 visiteurs étaient attendus pour l’événement, mais les Jeux du Commonwealth n’ont pas eu l’impact espéré par les autorités du pays. Stades et hôtels à moitié vides reflètent un nouveau problème des Jeux : il n’y a pas de touristes.
 
Sans les touristes attendus pour les Jeux, de trop nombreux stades restent vides durant les épreuves ©AFP

 

C’était à prévoir : la mauvaise publicité accumulée en amont des Jeux du Commonwealth semble avoir fait du tort au tourisme. Loin des 100.000 visiteurs espérés il y a encore quelques mois, seuls 8.000 visas ont été attribués pour la période des Jeux.

Le quotidien The Hindustan Times n’hésite pas à poser clairement la question : "Où sont les touristes ?". Visiblement pas dans les stades. Et pas à New Delhi non plus.


Certains ne viennent pas, d’autres partent

A l’inverse d’une attraction touristique temporaire, les Jeux du Commonwealth ont plutôt tendance à repousser les touristes. Les agences de voyages ont ainsi répertoriées presque 50% d’annulation de réservations pendant la période des Jeux.

Un constat qui concerne dans un premier temps les fans étrangers de sport qui, après la publicité négative dans la presse concernant les infrastructures et la menace d’attentats terroristes, ont préféré abandonner leurs plans. Pour ces mêmes raisons, les touristes étrangers qui ne viennent pas pour les Jeux ont supprimé New Delhi de leur planning de vacances, craignant aussi les congestions dans la ville.

Quant aux Delhiites, ceux qui le peuvent choisissent de quitter la ville. "Personne ne veut rester. Dans notre école, probablement 99% des personnes quittent la ville pendant les jeux", a témoigné un étudiant pour la chaîne NDTV. Mais pour aller où ? "J’ai lu récemment un article à Singapour qui affirmait que la perte de Delhi se faisait au profit de Hong Kong et Singapour. Aussi des offres spéciales pour s'échapper de Delhi pendant les Jeux ont vu le jour", explique un homme d’affaires.


Période difficile chez les hôteliers

Effet le plus direct de ce manque de fréquentation : les registres des hôtels delhiites qui restent désespérément vides. Ankur Bhatia, PDG de Bird Group, entreprise spécialisée dans le voyage, a annoncé que "plusieurs hôtels ont annulé leurs réservations domestiques en espérant un flot de touristes étrangers."

Les seuls hôtels à sentir une petite influence des Jeux sont les établissements de luxe. "Nous avons de nombreux journalistes étrangers dans notre hôtel", dit-on au Lalit, hôtel 5 étoiles de Connaught Place, dans le centre de la ville. Quant au Méridien, un peu plus au sud, les réservations viennent de quelques membres des délégations. Mais journalistes et athlètes ne remplacent pas les touristes : "Certains sont venus, mais pas autant que nous en attendions", s’accordent les deux palaces.

En ce qui concerne le logement à petits prix, les constats sont les mêmes en pire. Le plan "Bed and Breakfast" lancé spécialement pour les Jeux s’est révélé un échec, et plusieurs de ces nouveaux établissements ont déjà mis la clef sous la porte. Les chambres d’hôtes, elles, ne sont remplies pour la plupart qu’à 40%. "Cela devait être le pic de la saison touristique, mais les Jeux sont devenus le creux pour nous", se plaint le propriétaire d’une guest-house de Karol Bagh, dans l’ouest de Delhi.

Les touristes ne boudent pas le reste de l’Inde

Du côté des autorités, on tente de trouver une explication. Pas pour l’échec touristique des Jeux, mais à la déception causée par de trop ambitieuses estimations. Le gouvernement de Delhi a ainsi affirmé n’avoir jamais parlé d’une fréquentation de 100.000 personnes. "Cette estimation a été faite pour le gouvernement Féréral", a assuré Rina Ray, du Conseil du tourisme et du développement des transports de Delhi.

Les professionnels du tourisme semblaient eux un peu plus lucides. Déjà vers mi-septembre, Rajji Rai, le président de l’Association indienne des agents de voyages, avait déclaré : "Il y a quelques années, il était estimé que 100.000 touristes visiteraient le pays pendant les jeux. Mais aujourd’hui, cette estimation est d’un maigre 10.000."

Heureusement, le tourisme en Inde en général ne faiblit pas. Avec plus de 5 millions de touristes par an, l’Inde fait toujours partie des 50 pays les plus visitées au monde. Et les Jeux du Commonwealth ne feront pas mentir les statistiques, car si Delhi accuse un coup dur pendant cette période, d’autres destinations comme Agra ou Jaipur attirent toujours autant de visiteurs.

Et comme autre lot de consolation, les Indiens peuvent se rappeler des JO de Pékin, en 2008. 400.000 visiteurs y étaient attendus, mais seuls 230.000 se sont finalement déplacés. Peut-être que les événements multisports n’attirent simplement plus…

 

Pierre Chauvel, Aujourd'hui l'Inde,