Blue Flower

 

Tension entre l’Inde et la Chine à propos d’un port sri-lankais

New Delhi a exprimé son inquiétude vis-à-vis de la visite d’un navire d’enquête chinois dans un port stratégique du Sri Lanka, voisin méridional de l’Inde.

New Delhi craint que le port de Hambantota, construit et loué par la Chine, ne soit utilisé par Pékin comme base militaire dans l’arrière-cour de l’Inde. Le port, d’un coût de 1,5 milliard de dollars, se trouve à proximité de la principale route maritime reliant l’Asie à l’Europe.

Les données de navigation de Refinitiv Eikon ont montré que le navire de recherche et d’étude Yuan Wang 5 était en route pour Hambantota et devait arriver le 11 août, à un moment où le Sri Lanka vit sa pire crise économique.

Le Yuan Wang 5 serait un navire espion à double usage, utilisé pour le suivi de l’espace et des satellites et avec une utilisation spécifique dans les lancements de missiles balistiques intercontinentaux, selon CNN-News18. L’Inde craint l’arrivée de ce navire au Sri Lanka en raison de la forte possibilité qu’il soit équipé d’un équipement d’écoute de haute technologie pour scruter le territoire indien.

Lors d’un briefing hebdomadaire 29 juillet, un porte-parole du ministère indien des affaires étrangères, Arindam Bagchi, a déclaré que le gouvernement surveillait la visite prévue du navire chinois, ajoutant que New Delhi protégerait sa sécurité et ses intérêts économiques.

Le Sri Lanka aurait demandé à la Chine de différer l’arrivée de son navire, après que l’Inde eut fait part de ses inquiétudes quant au « véritable but » de ce voyage.

Yuan Wang 5 est un navire espion à double usage, utilisé pour le suivi spatial et par satellite et avec une utilisation spécifique dans les lancements de missiles balistiques intercontinentaux. Il s’agit d’un navire de suivi de troisième génération de la série Yuan Wang, qui est entré en service le 29 septembre 2007 et a été conçu par le 708 Research Institute de Chine.

Le navire en question est censé arriver au port de Hambantota le 11 août et y rester jusqu’au 17 août. Le Sri Lanka a reçu une demande de carburant et d’autres fournitures pendant le séjour.

Selon les renseignements disponibles, après ce séjour, le Yuan Wang 5 se déplacera vers l’océan Indien pour d’autres recherches telles que le suivi de l’espace et la surveillance du fonctionnement des satellites.

Dans une lettre consultée par CNN-News18, les autorités sri-lankaises ont demandé le report de l’arrivée du navire « jusqu’à de nouvelles consultations ». Toutefois, le ministère srilankais « saisit cette occasion pour renouveler à l’ambassade de la République populaire de Chine à Colombo, les assurances de sa très haute considération ».

Le quotidien Global Times a rejeté le « tapage » concernant l’amarrage du navire à Hambantota, affirmant qu’il s’agirait d’un port régulier et que la demande a déjà été autorisée par les forces de défense sri-lankaises.

Tian Shichen, fondateur de la Global Governance Institution et directeur du Centre international pour le droit des opérations militaires, a déclaré au Global Times que le Yuan Wang 5 n’était pas un navire militaire mais un navire de recherche.

« Même s’il s’agit d’un navire militaire, il est normal que l’escale soit conforme aux lois en vigueur du pays abritant le port », a-t-il déclaré. Des experts chinois ont décrit l’escale comme un service au Sri Lanka, qui peut gagner « quelques » devises étrangères en ravitaillant le navire et en l’aidant à s’approvisionner.

Liu Xiaoxue, chercheur associé à l’Institut national de stratégie international de l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré au Global Times que la mission du Hambantota, un port commercial dirigé par une entreprise chinoise, est de servir les navires de n’importe quel pays.

« Maintenant, le Sri Lanka fait face à une crise économique, et un port comme Hambantota a besoin de plus de navires pour faire plus d’appels afin de générer des revenus et des dollars pour le gouvernement sri-lankais », a indiqué ce dernier.

De son côté, le ministère de la Défense du Sri Lanka a également noté que cette visite n’est « rien d’inhabituel » en tant que navires de pays comme l’Inde, le Japon et l’Australie qui font périodiquement des demandes, selon le média indien The Hindu.

L’Inde a déjà déposé une protestation verbale auprès du gouvernement sri-lankais contre la visite du navire, a rapporté l’agence de presse Reuters.

Une société de conseil sri-lankaise, la Belt & Road Initiative Sri Lanka, a déclaré sur son site Internet que le Yuan Wang 5 « mènerait des activités de suivi spatial, de contrôle de satellites et de recherche dans la partie nord-ouest de la région de l’océan Indien pendant les mois d’août et de septembre ».

Le Sri Lanka a officiellement cédé les activités commerciales de son principal port du sud à une société chinoise, la China Merchant Port Holdings, en 2017 dans le cadre d’un bail de 99 ans, après avoir eu du mal à rembourser sa dette.

Malgré les difficultés économiques qui affligent le Sri Lanka, la cargaison en vrac sèche du port a augmenté de 1,5% en glissement annuel au cours des cinq premiers mois de 2022. Le port de Hambantota a également facilité le transport de 5 000 tonnes de pétrole dans le pays affamé de carburant.

La Chine est l’un des plus grands créanciers du Sri Lanka et a également financé des aéroports, des routes et des chemins de fer, ce qui inquiète l’Inde, qui tente désormais de regagner le terrain perdu

Chine Magazine.com le 6 août 2022