Blue Flower

 

A l’occasion des 71 ans de Narendra Modi, le parti au pouvoir a offert en cadeau un record de vaccination avec l’administration de 25 millions de doses en une journée.

 

 L’image de Narendra Modi devant un centre commercial à l’occasion des célébrations du 71e anniversaire du premier ministre indien, à Allahabad (Inde), le 17 septembre 2021.

L’image de Narendra Modi devant un centre commercial à l’occasion des célébrations du 71e anniversaire du premier ministre indien, à Allahabad (Inde), le 17 septembre 2021. 
SANJAY KANOJIA / AFP

 

Narendra Modi a fêté ses 71 ans et l’Inde tout entière a participé à cet « événement historique », vendredi 17 septembre. C’était du moins le vœu de son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP), qui a déployé des moyens considérables pour cet exercice d’autocélébration inédit et de culte de la personnalité poussé à l’extrême.

Le premier ministre indien est friand d’anniversaires. Il en souhaite, chaque jour sur Twitter, à ses contemporains, partisans ou adversaires. Mais après des mois difficiles, marqués par sa gestion catastrophique de la pandémie de Covid-19 qui a fait officiellement 437 370 morts, entre 3 et 4 millions selon des études indépendantes, l’opération visait à regonfler sa popularité, sérieusement entamée.

En guise de cadeau, le pays de 1,3 milliard d’habitants était appelé à offrir au premier ministre un record « historique » de vaccination contre le Covid-19. Si l’on en croit le décompte officiel, 25 millions de doses ont été administrées en une seule journée, l’objectif que s’était assigné le gouvernement. Ce record n’efface cependant pas le retard du pays : 63 % de la population adulte a reçu une dose mais seulement 20 % deux doses. Les Indiens doivent patienter trois mois entre la première et la deuxième injection, alors que se profile la saison des festivals religieux, facteurs d’une reprise épidémique.

Le BJP a fait imprimer 140 millions de sacs de rations alimentaires, destinés aux pauvres, à l’effigie du premier ministre avec le slogan « Merci Modiji », le « ji » étant une marque de respect. Il s’agit, dixit un dirigeant du parti, de renforcer l’image du premier ministre « en tant que messie des pauvres ». Cinquante millions de cartes postales ont été envoyées à Narendra Modi en remerciement « de sa contribution au bien-être des pauvres ».

Un « dieu » pour le ministre de l’industrie agroalimentaire

Toute la journée, les messages ont afflué sur Twitter accompagnés du hashtag « HappyBdayModiji ». Du président aux députés, en passant par les ministres ou les chefs de gouvernement régionaux et bien sûr les membres du parti, ce fut un concert de superlatifs pour rendre hommage au « leader le plus populaire de l’histoire de l’humanité », selon le député Tejasvi Surya, un « dieu » pour le ministre de l’industrie agroalimentaire. « Personne n’a vu Dieu, mais le premier ministre Narendra Modi est parmi nous, il est considéré comme Dieu et décide également du destin du pays », s’est exclamé Pashupati Kumar Paras.

Le plus proche allié de Narendra Modi, celui qui fut de toutes les batailles électorales, le ministre de l’intérieur, Amit Shah, a vanté « son amour des gens », « son dévouement pour les pauvres et les défavorisés », alors que le manque de compassion du premier ministre à l’égard des migrants d’abord, puis des malades privés d’oxygène et de soins essentiels, a été largement critiqué depuis le début de la pandémie.

Les médias indiens, parmi lesquels des journaux réputés sérieux, ont relayé l’événement, tenu des directs, pour raconter heure par heure l’évolution de la vaccination et égrener les messages d’amour diffusés sur les réseaux sociaux.

Même le dalaï-lama, en exil dans l’Himalaya indien, a félicité, par lettre, Narendra Modi « pour la confiance croissante que vous avez instaurée, malgré des défis tels que la pandémie de Covid-19 qui a touché des personnes dans le monde entier ».

Le principal leader de l’opposition, Rahul Gandhi, s’est fendu d’un « joyeux anniversaire, Modi ji », laissant les jeunes de son parti, le Congrès, rebaptiser le 17 septembre en « journée du chômage », « des paysans », « des prix élevés » et « des copains capitalistes ».

La campagne de célébration des 71 ans de Narendra Modi doit durer jusqu’au 7 octobre, date qui marque les 20 ans de son accession à la tête du Gujarat, son ancien fief de 2001 à 2014. Les militants du parti ont encore trois semaines pour tenir des séminaires et des conférences, célébrer les acquis de leur chef et faire oublier les images tragiques de la deuxième vague de Covid-19.

Sophie Landrin, Le Monde.fr le 18 septembre 2021