Blue Flower

Une résidente de Jammu en Inde, qui a perdu un parent mort du Covid-19, réagit en arrivant devant un crématorium, le 25 avril 2021.

 Une résidente de Jammu en Inde, qui a perdu un parent mort du Covid-19, réagit en arrivant devant un crématorium, le 25 avril 2021. AP - Channi Anand

 

Une étude établie par le Center for Global Development révèle que le nombre de morts en Inde lié au Covid-19 pourrait avoir été largement sous-estimé. En se basant sur la surmortalité, les chercheurs montrent que ce nombre pourrait être dix fois supérieur et atteindre les 4 millions de morts directement ou indirectement liés à la maladie.

Alors que le pays compte, ce mardi 20 juillet, 414482 morts et plus de 30 millions de contaminations dus au Covid-19, une étude du Center for Global Development, un groupe de réflexion à but non lucratif basé à Washington DC et à Londres, estime que le nombre de morts pourrait être largement supérieur. Ce rapport effectué sur une période allant du début de la pandémie jusqu'à juin, estime qu'entre 3,4 et 4,9 millions de morts serait imputable au coronavirus.

De nombreux experts avaient déjà averti des failles du système de santé local pouvant mener à ce genre d'écart entre le nombre de morts comptabilisés et le nombre réel de morts. D'ailleurs, les experts ne mettent pas la sous-évaluation du bilan officiel indien sur le compte d'une volonté délibérée de dissimulation. Ces dernières semaines, plusieurs États indiens ont même revu à la hausse leurs bilans.

Cette étude vise surtout à tirer la sonnette d'alarme par rapport au drame qui se joue dans le sous-continent indien : « Les décès réels sont susceptibles de se chiffrer en millions et non en centaines de milliers, ce qui en fait sans doute la pire tragédie humaine de l'Inde depuis son indépendance. [...] En tant que pays, l'Inde doit [...] en tirer des leçons et en graver le souvenir dans la conscience collective de la nation. »

L'Inde a été submergé par une vague de contagion très importante durant ce printemps 2021. Des centaines de milliers de cas étaient enregistrés par jour en Inde dans les pires journées de la deuxième vague. Elle est notamment due à l'apparition dans le pays du variant Delta beaucoup plus contagieux que la souche originale du virus et plus contagieux que le variant Alpha.

 

Une première vague aussi très meurtrière

Pourtant l'étude démontre qu'un grand nombre de morts durant la première vague n'aurait pas non plus été pris en compte. Selon leurs estimations, le nombre de morts durant la première vague pourrait être de 1,5 à 3,4 millions de morts.  « La première vague semble avoir été plus meurtrière qu'on ne le croit, indiquent les experts. Parce qu'elle était étalée dans le temps et dans l'espace, contrairement à la deuxième vague soudaine et concentrée. La mortalité de la première vague semblait modérée. »

En mai, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait estimé que la surmortalité causée par la pandémie dans le monde était deux à trois fois plus élevée que les décès officiellement attribués au Covid-19 depuis le début de la pandémie.

 

RFI.fr le 20 juillet 2021