Blue Flower

L'Inde crée un nouvel espoir pour les diabétiques du monde entier


 

Une équipe de scientifiques indiens vient d'annoncer, après deux ans de recherche, la création d'une nouvelle technique d'injection de l'insuline. Désormais, les personnes souffrant de diabète pourront prendre leur dose une fois par mois…

 

 
 

 

Passer à une piqûre d'insuline par mois? Une révolution quand on sait que certains diabétiques doivent se faire des injections d'insuline plusieurs fois dans la journée et contrôler régulièrement leur taux de glucose dans le sang pour éviter les hypoglycémies. Un véritable esclavage qui prend un nouveau tournant avec l'annonce de cette avancée par une équipe de chercheurs de l'Institut National d'Immunologie de New Delhi.

C'est la première fois qu'une telle innovation viendrait d'une équipe médicale indienne. Néanmoins, une telle découverte dans un pays comme l'Inde n'a rien de surprenant puisque, outre ses performances dans le domaine médical, à l'heure actuelle 40 millions d'Indiens vivent avec le diabète. Il existe donc un énorme « marché » en Inde et un intérêt réel pour la population locale.

Les expériences, réalisées sur des souris, des lapins et des rats ont montré qu'après une seule prise de ce médicament-appelé le SIA II-l'insuline se libérait progressivement dans le corps et y restait pendant une longue période pouvant aller de plusieurs jours à 4 mois. L'équipe du Docteur Vadesha Surolia, directeur de l'Institut à l'origine de la formule, s'est félicité de ce progrès mais a tenu à préciser qu'elle devait désormais être testée sur des humains pour s'assurer de sa compatibilité. La licence a d'ailleurs déjà été revendue à un laboratoire américain qui se chargera de l'adapter et de la commercialiser si les résultats sont aussi probants que sur les animaux. Il faudra néanmoins attendre six ans avant son apparition sur le marché.

L'arrivée de ce traitement est une véritable révolution : 220 millions de personnes dans le monde souffrent actuellement du diabète, et pas moins d'un million en meurent chaque année selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). La maladie se répand de plus en plus en Asie sous l'effet d'une alimentation moins équilibrée venue du monde occidental et de modes de vies sédentaires. Une tendance qui s'explique en Inde, comme dans d'autres pays émergents tels que la Chine et le Brésil, par le fait que les maladies dues à l'hygiène de vie, telles que le diabète, viennent peu à peu remplacer la malnutrition et les maladies infectieuses comme principales causes de mortalité. L'OMS évalue d'ailleurs à 237 milliards de dollars le coût pour l'Inde de maladies telles que le diabète et les autres maladies cardio-vasculaires.

Ce traitement se concentre sur le diabète 1 - le plus dangereux, qui attaque le mécanisme interne de création de l'insuline - mais serait aussi efficace pour le diabète 2, moins grave mais plus répandu, qui marque généralement le début de la maladie.

 

Lily Montagnier, Aujourd'hui l'Inde, le 15 juillet 2010.