Blue Flower

 Protesting farmers shout slogans as they clash with policemen while attempting to move towards Delhi, at the border between Delhi and Haryana state, Friday, Nov. 27, 2020. Thousands of agitating farmers in India faced tear gas and baton charge from police on Friday after they resumed their march to the capital against new farming laws that they fear will give more power to corporations and reduce their earnings. While trying to march towards New Delhi, the farmers, using their tractors, cleared concrete blockades, walls of shipping containers and horizontally parked trucks after police had set them up as barricades and dug trenches on highways to block roads leading to the capital. (AP Photo/Altaf Qadri)

Des milliers de paysans menacent de bloquer l’approvisionnement de la capitale pour protester contre la libéralisation des marchés imposée par le gouvernement.

Des milliers de paysans indiens en colère sont massés aux portes de Delhi, stoppés à deux postes frontières entre l’Etat de l’Haryana et la capitale indienne, avec la ferme intention de couper l’approvisionnement de la ville en bloquant les routes d’accès.

Leur cortège s’étend sur plusieurs kilomètres. Le gros des bataillons vient du Penjab, le grenier à riz et à blé de l’Inde, où la révolte gronde depuis près de trois mois. Les cheveux cintrés dans des turbans colorés, portant moustache et longue barbe, une armée de vieux paysans sikhs sont équipés pour tenir plusieurs mois.

 Manifestation de paysans indiens, contre la libéralisation des marchés, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre.

Manifestation de paysans indiens, contre la libéralisation des marchés, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre. ALTAF QADRI / AP

 

Derrière leurs tracteurs, les remorques sont remplies de chaudrons et de vivres, riz, oignons, lentilles, farine, et de paille pour y dormir. « Nous resterons ici tant que le gouvernement ne reviendra pas sur les lois qui vont tuer les paysans », crie un penjabi, propriétaire de deux hectares, qui a effectué 400 kilomètres sur son tracteur pour atteindre Delhi.

Ils se sont mis en branle jeudi 26 novembre, à l’appel des syndicats, pour une campagne baptisée « dilli chalo », « la marche vers Delhi ». Le cortège du Penjab a grossi, rejoint par des paysans de l’Haryana, de l’Uttarakhand, de l’Uttar Pradesh, mais, en chemin, ils ont été violemment arrêtés par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène et de canon à eau.

Celle-ci a même demandé au chef du gouvernement de Delhi de pouvoir utiliser les stades de cricket de la capitale, comme prisons temporaires pour y enfermer les manifestants. Arvind Kejriwal, un centriste, a refusé, prenant la défense des paysans. « Au lieu de retirer des lois anti-paysans, on empêche les agriculteurs d’organiser des manifestations pacifiques. On utilise contre eux des canons à eau. Manifester pacifiquement est un droit constitutionnel », a t-il assuré sur les réseaux sociaux.

 

Des heures d’affrontements

 Affrontements entre les paysans indiens et la police, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre.

Affrontements entre les paysans indiens et la police, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre.
ALTAF QADRI / AP

 

Vendredi, après des heures d’affrontements, le gouvernement a finalement proposé de leur allouer un terrain, Sant Nirankari Park, dans le nord de Delhi, mais seulement une centaine de paysans a accepté de s’y rendre, parfois contraints par la police. Dimanche, le camp, une immense friche terreuse était presque vide. Des tentes ont été montées, l’électricité amenée, des cuisines installées, où des hommes préparent chapatis (petit pain) et dhal de lentilles mais pour une poignée de convives.

Aux portes de Delhi, les paysans affirment qu’ils n’iront pas à Sant Nirankari. « Nous resterons là, nous n’irons pas dans cette prison ouverte », ont-ils prévenu lors d’une conférence de presse, conscients qu’ils imposent un rapport de force beaucoup plus important en bloquant les routes de la capitale. « Nous sommes des fermiers, pas des terroristes » annoncent des pancartes brandies par les hommes en colère.

 Manifestation de paysans indiens, contre la libéralisation des marchés, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre.

Manifestation de paysans indiens, contre la libéralisation des marchés, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre. ALTAF QADRI / AP

 

Le dialogue avec le gouvernement est au point mort. Une rencontre entre syndicats et agriculteurs à la mi-novembre n’a rien donné. Une autre est prévue le 3 décembre avec le ministre de l’agriculture.

Le gouvernement de Narendra Modi les a trop longtemps ignorés. Le 20 septembre, sans aucune concertation préalable avec le monde agricole, ni avec les responsables régionaux, il avait fait adopté au Parlement trois textes libéralisant la vente des produits agricoles. En vertu de la réforme, les paysans ont dorénavant la liberté de vendre leur production à un acheteur et au prix de leur choix et non plus seulement sur les marchés régulés par l’Etat (les « mandis ») avec des prix fixés, comme c’était le cas jusque-là. Ce système permettait au gouvernement de constituer des stocks stratégiques, en priorité de riz et de blé, qui sont ensuite redistribués à bas prix aux pauvres et assurent aux producteurs un revenu décent.

 

Ils redoutent d’être étranglés par les grosses entreprises

 Des paysans sont pourchassés par la police, alors qu’ils tentaient de passer les barricades, le 27 novembre.

Des paysans sont pourchassés par la police, alors qu’ils tentaient de passer les barricades, le 27 novembre.
MANISH SWARUP / AP

 

Depuis des mois, les paysans du Penjab manifestent, campent sur des routes et les rails pour dénoncer cette ouverture au privé. Ils redoutent d’être étranglés par les grosses entreprises de la distribution qui viendront directement leur acheter leur production et visent particulièrement Mukesh Ambani, le patron de Reliance, et Gautam Adani, deux milliardaires proches de Narendra Modi. Malgré leur mobilisation, le gouvernement s’est montré sourd à leur inquiétude continuant d’affirmer que la législation permettra de stimuler la production grâce à des investissements privés. Narendra Modi, qui s’exprimait, dimanche, à l’occasion de Maan Ki Baat, son allocution radiophonique mensuelle, a répété l’argumentaire.

La situation s’est tellement tendue que le ministre de l’intérieur Amit Shah, le plus proche de M. Modi a proposé ses services, en transmettant une lettre aux manifestants, leur proposant de discuter avec eux à la condition qu’ils rejoignent le camp de Sant Nirankari. La réponse des organisations agricoles a été cinglante : « Ce n’est pas de la compétence du ministre de l’intérieur ». Les syndicats demandent une « réunion au plus haut niveau » avec des ministres « compétents » et habilités à prendre des décisions.

Cette nouvelle révolte souligne à la fois la crise structurelle traversée par l’agriculture paysanne et le manque d’empathie et de dialogue du gouvernement Modi qui avait pourtant promis lors de son élection en 2014 de doubler leurs revenus d’ici à 2022.

 Les manifestants se restaurent, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre.

Les manifestants se restaurent, à la frontière entre Delhi et l’Etat de l’Haryana, le 27 novembre.
ALTAF QADRI / AP

 

Les agriculteurs représentent près de la moitié de la population, 650 millions d’Indiens mais seulement 14 % du produit intérieur brut (PIB). Ils détiennent des parcelles de plus en plus petites et sont de plus en plus endettés sous la pression d’un mode de production intensif issu de la révolution verte, des années 1970.

Les paysans réclament le retrait des trois lois adoptées le 20 septembre. Mais il est peu probable que le gouvernement recule. Depuis sa réélection, en mai 2019, Narendra Modi, joue une stratégie de tensions, exacerbe les antagonismes pour discréditer les opposants à ses réformes. En décembre 2019, la loi sur la nationalité avait suscité un mouvement de protestation d’une ampleur inédite dans tout le pays. Durant des mois, des Indiens étaient descendus dans la rue et la contestation n’avait pris fin qu’avec l’arrivée du Coronavirus et le confinement général ordonné par le premier ministre.

Sophie Landrin, Le Monde.fr le 30 novembre 2020