Blue Flower

 

 

Mark Esper, PHOTO ERIN SCOTT, REUTERS

 

(Washington) Le chef du Pentagone Mark Esper a annoncé mardi qu’il se rendrait la semaine prochaine en Inde avec le secrétaire d’État Mike Pompeo pour renforcer l’alliance américaine avec New Delhi face aux ambitions de la Chine dans la zone indo-Pacifique.

« L’Inde sera le partenaire le plus déterminant pour les États-Unis dans la région indo-Pacifique […] pendant ce siècle », a expliqué Mark Esper dans un discours devant le centre de réflexion Atlantic Council.

Cette visite fait partie d’une initiative américaine plus large pour renforcer les alliances historiques et en développer de nouvelles afin de contrer les efforts de la Russie et de la Chine qui étendent leurs réseaux d’influences dans le monde.

Selon la presse, le développement du partage de renseignements pourrait faire partie des discussions, qui doivent mettre l’accent sur le besoin d’une « collaboration beaucoup plus proche » entre les deux pays.

Cette visite intervient en pleine période de tensions militaires entre la Chine et l’Inde, qui ont chacun acheminé des dizaines de milliers de soldats dans une région frontalière disputée dans l’Himalaya.

En juin, un affrontement au corps-à-corps a fait 20 morts côté indien et un nombre inconnu de victimes dans les rangs chinois.  

L’Inde « est la plus grande démocratie du monde, un pays très compétent avec des gens talentueux qui font face, chaque jour, à l’agression chinoise dans l’Himalaya », a affirmé M. Esper.

Au cours des dernières décennies, la Chine a tenté d’accroître considérablement son influence sur la Birmanie, le Sri Lanka, le Pakistan et le Bangladesh, suscitant de vives inquiétudes de la part de New Delhi.

L’Australie, qui connaît des tensions diplomatiques avec Pékin, a de son côté annoncé mardi qu’elle participerait pour la première fois en novembre à d’importants exercices militaires navals avec l’Inde, le Japon et les États-Unis au large des côtes indiennes.

Ces manœuvres sont présentées comme un moyen de contrer l’influence chinoise et en particulier la Marine chinoise dans laquelle Pékin a beaucoup investi afin de la moderniser ces dernières décennies.

En juillet, le porte-avions américain Nimitz a effectué des exercices avec la marine indienne et en novembre 2019, les deux pays avaient organisé leurs premiers exercices interarmées en commun. Une collaboration dans la défense informatique a aussi débuté en septembre, selon M. Esper.

AFP, in La Presse.ca (Canada) le 20 octobre 2020