Blue Flower

 

Inde: vague d'attentats dans le Cachemire, un après la révocation de son autonomie

Après le premier anniversaire de la révocation de l’autonomie de l'État du Cachemire en Inde, les attaques contre les membres du parti BJP s'y multiplient. Un responsable local est mort de ses blessures par balles lundi 10 août et quatre membres du parti ont annoncé démissionner dans la foulée. 

Près d'un million de soldats indiens seraient déployés dans la région du Cachemire depuis la révocation de son autonomie. Pourtant, le calme peine à y revenir et un cinquième membre du parti hindou BJP au pouvoir a été attaqué dimanche.

Des terroristes ont ouvert le feu sur Abdul Hamid Najar, président de la branche basses castes BJP du district de Bugdam. Il est mort de ses blessures ce lundi 10 août.

Cette attaque s’ajoute à plusieurs autres intervenues ces dernières semaines. Le 4 août un chef de village a été grièvement blessé par balles, un autre en est décédé le 6 août. Le 9 juillet, un dirigeant local avait été tué avec son père et son frère.

 

Quatre démissions

Un an après la suppression de l’article 370 garantissant un statut spécial au Cachemire, ces attaques répétées effraient certains membres du BJP. Suite à la mort d’Abdul Hamid Najar, quatre militants locaux ont ainsi annoncé leur démission du parti.

La mort d'un soldat disparu le 2 août pourrait par ailleurs être confirmée par des enregistrements terroristes audio. Dernière attaque en date, survenue ce lundi soir : une grenade lancée vers la maison d'un parlementaire, dans la ville de Pulwama. L'explosion n'a causé aucune victime selon police.

RFI.fr, le 11 août 2020