Blue Flower

 

INSOLITE 

Les inscriptions retrouvées par les autorités indiennes sur les pattes de l’oiseau n’étaient pas des codes secrets échangés entre militants… mais simplement le numéro de téléphone de son propriétaire.

 

Inde : Soupçonné d’être un espion du Pakistan, un pigeon est finalement libéréUn pigeon. Illustration. — Superstock - Sipa

 

Les autorités indiennes ont annoncé avoir libéré ce jeudi le pigeon qui avait été soupçonné d’être un espion à la solde du Pakistan. L’oiseau appartenait en fait à un pêcheur pakistanais prénommé Habibullah, qui habite près de la frontière entre les deux pays et qui est un adepte des courses de pigeons, rapporte Reuters. L’animal avait été intercepté quelques jours auparavant après avoir traversé la région du Cachemire située entre l’Inde et le Pakistan.

Une série de chiffres trouvés sur les pattes du pigeon ont semé le doute au sein des officiers indiens présents à la frontière. Ces derniers ont envisagé la possibilité qu’il s’agisse de codes échangés entre des groupes de militants. « Nous avons placé l’oiseau en détention pour enquêter et vérifier qu’il n’était pas utilisé dans des activités d’espionnage », a déclaré un haut responsable à l’agence de presse.

 

Le Premier ministre a été sollicité

Les inscriptions étaient en fait le numéro de téléphone portable du propriétaire du volatile, nécessaires à sa restitution si ce dernier se perdait. Lors des courses de pigeons, il arrive en effet que ces derniers ne reviennent pas vers leur maître. « Le pigeon a été libéré » car aucun élément suspect n’a été découvert, selon Shailendra Mishra, officier dans la police du Cachemire.

Il n’a cependant pas précisé si l’animal a été remis à son propriétaire. Ce dernier avait expliqué qu’il ne s’agissait « que d’un oiseau innocent ». Habibullah était même allé jusqu’à s’adresser au Premier ministre indien Narendra Modi. « J’en appelle au Premier ministre afin de retrouver mon pigeon qui a franchi la frontière lors d’une séance d’entraînement en vue d’une compétition », avait plaidé le Pakistanais.

 

20 Minutes.fr le 3 juin 2020.