Blue Flower

 

 

Rajesh Kumar Singh/AP/SIPA

 

L’Inde est confrontée depuis quelques jours à une importante vague de chaleur. Cette canicule est également à l’origine d’autres calamités.

Les réserves d’eau sont bouillantes

Alors que le coronavirus a fait près de 5 000 morts en Inde, le pays fait également face à une canicule. Le nord-ouest du pays est frappé par une vague de chaleur étouffante depuis quelques jours. Cette semaine, le thermomètre affichait 47 °C à New Delhi. Dans la ville de Churu, dans le désert du Thar, au Rajasthan, la température a grimpé jusqu’à 50 °C, un record. En conséquence, toute la ville est à l’arrêt que même la climatisation n’arrive plus à atténuer la forte chaleur. "Les réserves d’eau sont bouillantes et de brûlantes tempêtes de sable parcourent la ville", a confié Pradeep Kaswan, un docteur travaille toujours malgré tout.

Une année torride

L’Inde connait une vague de chaleur particulièrement longue et élevée pour ce mois de mai. Ashok Tak, un habitant du Rajasthan depuis 58 ans, parle d’une année particulièrement torride avec 48 °C enregistrés, rapporte Ouest France. La situation est d’autant plus compliquée pour les personnes qui vivent sous des tentes ou en bidonville, car ils rencontrent plus de mal à s’approvisionner en eau et en nourriture. Le biologiste Anand Pendharkar, basé à Bombay, estime que cette canicule est devenue la norme avec le changement climatique sans ignorer qu’elle arrive de plus en plus tôt.

Cette canicule a également entraîné l’apparition d’autres calamités comme c’est le cas l’Ouest du pays. Les récoltes sont en effet ravagées par la pire invasion de criquets depuis 30 ans.

Linfo.re (La Réunion), le 30 mai 2020