Blue Flower

 

Trois grands États indiens ont demandé le report de l'ouverture de leurs aéroports, prévue lundi 25 mai alors que les nouveaux cas de COVID-19 ne cessent d'augmenter et ce après un confinement de deux mois.

 

 

À l'aéroport de Mumbai (Inde). Photo : AFP/VNA/CVN


L'Inde a signalé dimanche 24 mai 6.767 nouveaux cas de nouveau coronavirus, le plus grand pic en une seule journée, portant le total des infections à plus de 138.000. Les compagnies aériennes indiennes se préparent à reprendre environ un tiers de leurs vols intérieurs à partir de ce lundi 25 mai, avec des règles strictes qui devraient s'appliquer aux passagers.


L'État de Maharashtra (Ouest), le Tamil Nadu (Sud) et le Bengale occidental (Est), principaux centres d'affaires abritant les aéroports les plus achalandés du pays, ont déclaré qu'ils ne sont pas prêts à reprendre les vols au milieu des cas croissants du coronavirus.

Le Maharashtra qui abrite Mumbai, la capitale financière de l'Inde, a signalé près de 50.000 infections à ce jour, soit près d'un quatrième des cas signalés dans le pays. "Il est extrêmement mal avisé de rouvrir les aéroports dans une zone classée rouge", a déclaré dimanche 24 mai le ministre de l'Intérieur du Maharashtra, Anil Deshmukh.

Le Tamil Nadu a demandé au ministère indien de l'Aviation civile de différer l'exploitation des vols de l'aéroport de Chennai jusqu'à la fin du mois de mai en raison de l'augmentation des cas dans la ville. De même, le gouvernement local du Bengale occidental a exhorté le gouvernement central à reporter la reprise des vols de passagers à destination de Calcutta, car les efforts se concentrent actuellement sur les opérations de sauvetage après le passage du cyclone Amphan. Des compagnies aériennes, dont IndiGo, le plus grand transporteur indien, SpiceJet Ltd et Vistara se sont dit prêts à redémarrer certaines opérations à partir de lundi 25 mai.

APS/VNA/CVN, Le Courrier du Vietnam le 26 mai 2020