Blue Flower

 

Des avions d’Air India et des navires de guerre ont entamé l’évacuation d’une partie de la diaspora indienne.

Ils seraient entre 500 000 et 1 million à avoir demandé leur retour au pays. Jeudi 7 mai, l’Inde a commencé à rapatrier ses ressortissants bloqués à l’étranger à cause de la pandémie de coronavirus. Cette opération d’évacuation exceptionnelle, annoncée trois jours plus tôt par le gouvernement Modi, a démarré“avec l’arrivée en Inde de deux premiers vols en provenance des Émirats arabes unis”, rapporte The Wire. “Les autorités ont prévu d’affréter 64 vols Air India pour faire revenir 14 000 expatriés de 13 pays en une semaine”, après quoi les rapatriements s’effectueront à un rythme soutenu.

L’objectif est d’extirper 190 000 personnes de pays où les conditions de logement, de mise en quarantaine et d’hospitalisation ne sont pas satisfaisantes. En tête, les Émirats, l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweït, Oman et Bahrein. La diaspora indienne dans le monde est évaluée à 28 millions de personnes, dont 8 à 9 millions au Moyen-Orient. Parmi eux, “des voyageurs d’affaires et des touristes qui n’ont pas pu revenir” avant que les derniers vols soient autorisés à atterrir en Inde, le 22 mars, précise The Hindu. On trouve en outre parmi eux des étudiants et un grand nombre d’ouvriers du BTP et d’employés de maison “ayant perdu leur emploi en raison de l’arrêt de l’activité dans leur pays d’accueil”.

Priorité est donnée à ceux qui ont “des raisons impérieuses de revenir” : les expatriés dont le visa a expiré, ceux qui risquent l’expulsion, ceux dont les familles sont confrontées à une situation d’urgence, ceux qui ont perdu leur logement, ceux qui rencontrent des problèmes de santé… Tous doivent “prendre en charge le coût de leur voyage retour” et tous sont “placés en quarantaine obligatoire” à leur arrivée.

La logistique de l’opération est extrêmement complexe en raison de la fermeture de l’espace aérien, comme l’a été celle qui a permis à “60 000 étrangers” présents en Inde au moment du confinement de rentrer chez eux.

Les conséquences économiques de ce retour historique vont être énormes. Comme le rappelle Scroll, la diaspora indienne envoie chaque année en Inde l’équivalent de 69 milliards de dollars de revenus, “dont la moitié depuis le Moyen-Orient”. Le site d’information a interrogé plusieurs de ces expatriés.

Dans l’immédiat, ces derniers disent avoir besoin “d’une aide financière pour rester à flot, d’un assouplissement du paiement de leurs échéances de loyer et d’emprunts, et d’un accès aux soins bon marché”. Seul “un quart des personnes interrogées”, ceux qui ont perdu leur travail ou qui sont malades, souhaitent rentrer chez eux.

Courrier international.com, le 14 mai 2020°