Imprimer
Catégorie : Actualité du C.I.D.I.F

 

En 2010, Vijay Mallya, riche PDG d’une entreprise de BTP indienne, a lancé la construction d’une réplique de la Maison-Blanche sur le toit de la tour Kingfi­sher de Bangalore. Il aurait bien aimé en faire sa demeure, mais en 2016, il a fui l’Inde pour se soustraire aux poursuites judiciaires dont il faisait l’objet avant que le bâtiment ne soit achevé, raconte Livemint.

Vijay Mallya est un des plus gros promoteurs immobiliers d’Inde. En 2010, il a entrepris un projet fou : construire une réplique de la Maison-Blanche sur le toit du plus haut building de la ville. Le projet, estimé à 20 millions de dollars, est devenu réalité et les travaux ont été lancés. Le bâtiment s’étend sur une surface de 40 000 mètres carrés.

 

Il dispose notamment d’une cave à vin, d’une piscine intérieure chauffée, d’une piscine extérieure à débordement, d’une salle de sport, d’un spa et d’un héliport. Si d’extérieur les travaux semblent finis, un examen un plus approfondi permet de se rendre compte de l’ampleur de la tâche pour finir totalement les travaux qui ont été suspendus en 2016.

Cette année-là, Mallya a fait l’objet de poursuites par les autorités de son pays après que de nombreux créanciers ont porté plainte contre lui pour non-remboursement des sommes prêtées. Réfugié en Angleterre, l’Inde demande l’extradition de Vijay Mallya pour pouvoir le juger pour blanchiment d’argent. Une condamnation entraînerait la confiscation de ses biens, et donc de la fameuse Maison-Blanche.

Depuis, les travaux ont repris et les constructeurs assurent que le projet sera fini dans l’année. On ne sait pas qui pourra habiter dedans en revanche.

 

Nicolas Pujos, Ulyces.co , le 21 mars 2020.