Blue Flower

Attentats de Bombay: un Pakistanais accusé par l'Inde reste en liberté


 

La Cour suprême du Pakistan a ordonné mardi le maintien en liberté d'un leader islamiste accusé par l'Inde d'être impliqué dans les attaques sanglantes de Bombay en 2008 par un commando de Pakistanais.

 


Hafiz Mohammad Saeed est le fondateur du groupe responsable des attentats de Bombay ©AFP
 
 

Hafiz Mohammad Saeed est le fondateur du groupe intégriste pakistanais interdit Lashkar-e-Taiba (LeT) - que New Delhi et Washington accusent d'avoir organisé les attaques coordonnées de Bombay - et aujourd'hui leader d'une organisation caritative, la Jamaat-ud-Dawa, soupçonnée d'être le bras public du LeT. Malgré cela, la Cour suprême pakistanaise a ordonné hier son maintien en liberté, rejetant ainsi l'appel d'Islamabad pour le replacer en résidence surveillée.

Il avait été arrêté en décembre 2008 par la police pakistanaise et placé en résidence surveillée, mais un tribunal l'avait fait relâcher en juin 2009, estimant qu'il n'y avait aucune preuve de son implication dans les attaques coordonnées ayant fait 166 morts fin novembre 2008 dans la capitale économique de l'Inde.

La Cour suprême à Islamabad a rejeté mardi l'appel du gouvernement contre ce jugement en première instance, a indiqué à l'AFP un avocat de M. Saeed, A.K. Dogar. "Le parquet n'a pas réussi à faire la preuve de son implication", a-t-il commenté. Selon lui, les trois juges de la Cour suprême ont déclaré à l'audience: "Nous ne pouvons pas usurper le droit à la liberté d'une personne sur la foi d'une simple hypothèse".

Depuis les attaques de Bombay, la police pakistanaise a arrêté sept suspects, dont Zakiur Rehman Lakhvi, le cerveau présumé des attentats selon New Delhi, et un cadre présumé du LeT, Zarar Shah. Et une Cour antiterroriste les a mis formellement en accusation.

L'Inde reproche au Pakistan de ne pas arrêter tous les responsables des attaques de Bombay et lie ostensiblement un retour à la table des négociations de paix avec son voisin et éternel rival à des progrès sur ce dossier. Les deux pays, nés en 1947 de l'indépendance bâclée de l'empire britannique des Indes, se sont déjà affrontés dans trois guerres depuis et disposent tous deux de l'arme atomique. Un fragile processus de paix entamé en 2004 a été interrompu par l'Inde après les attaques de Bombay.

Le Pakistan, allié-clé des Etats-Unis dans leur "guerre contre le terrorisme" depuis fin 2001, en paye un des plus lourds tributs au monde: plus de 3.300 personnes ont été tuées dans tout le pays en près de trois ans par une vague d'attentats perpétrés pour la plupart par des kamikazes talibans pakistanais alliés à Al-Qaïda.

 

AFP, le 26 mai 2010.