Blue Flower

 

 

Vendredi, Emmanuel Lenain, ambassadeur de France en Inde, s'adresse aux médias au consulat de France à Pondichéry.  Le consul général de France Catherine Suard, est également vuVendredi, Emmanuel Lenain, ambassadeur de France en Inde, s'adresse aux médias au consulat de France à Pondichéry. À droite, le consul général de France, Catherine Suard.| Crédit photo: SS KUMAR

 

L'ambassadeur de France en Inde Emmanuel Lenain, ambassadeur de France en Inde, est conscient du débat interne en cours en Inde sur le projet de loi sur la citoyenneté (amendement) (CAB) et le registre national des citoyens (NRC). a déclaré ici vendredi.

Interagissant avec un groupe restreint de journalistes au Consulat de France, M. Lenain a déclaré: «Ce sont des questions évidemment discutées lors des délibérations officielles. Nous sommes conscients du débat en cours en Inde sur l'ACR et le CNRC. Je ne pense pas qu'un autre gouvernement devrait s'ingérer dans les affaires intérieures de l'Inde. Mais nous rappelons notre attachement à la liberté de religion. »

Concernant la suppression du statut spécial du Jammu-et-Cachemire et sa bifurcation, l'ambassadeur a déclaré que la France respecte le système démocratique de l'Inde. "Le pays est la plus grande démocratie du monde", a-t-il ajouté.

«Certaines questions sont d'ordre national et d'autres sont tranchées par un processus démocratique. Notre pays est également attaché à certaines valeurs et partage celles avec l'Inde », a-t-il déclaré.

 

«J&K un problème complexe»

Rappelant la déclaration du président français Emmanuel Macron sur l'article 370, il a déclaré que la question du Jammu-et-Cachemire était complexe. «Cela ne peut être résolu que par des discussions bilatérales. Il n'y a aucun avantage à internationaliser le problème. Toutes les parties devraient s'abstenir de toute action susceptible d'aggraver la situation. Nous suivons la situation très attentivement et souhaitons que la situation redevienne normale dès que possible. Les droits de la population civile et leurs préoccupations humanitaires doivent être respectés », a déclaré M. Lenain.

Exprimant sa confiance dans les perspectives de renforcement des relations entre l'Inde et la France, l'ambassadeur a déclaré qu'à partir de mai de cette année, les universités des deux pays avaient commencé à se reconnaître mutuellement leurs diplômes, diplômes et doctorats. La reconnaissance des diplômes aiderait les étudiants des deux pays à poursuivre des études supérieures.

Admission des étudiants

Au cours de l'année civile en cours, environ 10 000 étudiants indiens étudiaient dans des établissements d'enseignement en France. La France prévoit d'augmenter le nombre d'étudiants indiens à 25 000 au cours de la période 2020-2025, a-t-il déclaré.

Poursuivant la collaboration entre les deux pays, il a déclaré que les visas de tourisme aux Indiens éligibles avaient été délivrés dans les 48 heures. Environ 800.000 Indiens ont visité la France avec un visa Schengen cette année, a-t-il déclaré.

The Hindu, le 14 décembre 2019.

Lire l’article original