Blue Flower

 

Le diplomate américain Zalmay Khalilzad. Photo d'archives AFP /WAKIL KOHSARLe diplomate américain Zalmay Khalilzad. Photo d'archives AFP /WAKIL KOHSAR

 

Une délégation de talibans a rencontré jeudi à Islamabad l'émissaire spécial des Etats-Unis pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, ont déclaré deux sources à Reuters. Il s'agit du premier contact connu entre les talibans et les Etats-Unis depuis que le président américain Donald Trump a rompu le 7 septembre des négociations entre les deux parties.

Cette rencontre dans la capitale pakistanaise, qui a duré plus d'une heure, ne constitue toutefois pas une reprise officielle des négociations, ont dit les sources.

"Des responsables talibans ont eu une rencontre avec Zalmay Khalilzad (...) Tout ce que je peux vous dire, c'est que le Pakistan a joué un grand rôle pour les convaincre de l'importance que cela avait pour le processus de paix", a dit à Reuters un responsable gouvernemental pakistanais.

Ce responsable a précisé que ce contact, confirmé par une deuxième source, n'a pas impliqué de négociations officielles sur le processus de paix en Afghanistan mais qu'il s'inscrivait dans le cadre des efforts entrepris pour tenter de rétablir la confiance entre les deux camps.

Il a refusé d'en dire davantage sur le contenu des discussions.

L'ambassade américaine à Islamabad et le département d'État à Washington ont refusé de dire si une telle rencontre avait eu lieu. Un porte-parole du département d'État a dit que Zalmay Khalilzad avait passé "plusieurs jours" cette semaine à Islamabad et que ses entretiens dans la capitale afghane ne constituaient pas une relance du processus de paix afghan.

Un porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, n'a ni confirmé ni démenti cette rencontre. Il a dit que la délégation des taliban se trouvait toujours à Islamabad pour des entretiens prévus ce vendredi.

Donald Trump a suspendu début septembre les pourparlers avec les talibans destinés à parvenir à un accord sur un retrait des troupes américaines d'Afghanistan en échange de garanties sur le plan de la sécurité, après la mort d'un militaire américain et de 11 autres personnes dans un attentat à Kaboul revendiqué par le mouvement armé islamiste.

 

Reuters, in L’Orient le Jour.com le 4 octobre 2019.