Blue Flower

 

Un palais commandité à la fin des années 1920 par le jeune Maharajah d’Indore, et construit entre 1930 et 1933 par l’architecte allemand Eckart Muthesius. C’est cette incroyable histoire que le Musée des Arts Décoratifs de Paris nous raconte du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020, au gré de sa grande exposition de rentrée : Moderne Maharajah, un mécène des années 1930. Présentée dans la grande nef, elle est le témoignage grandiose et inédit d’une page méconnue des échanges entre l’Europe et l’Inde.

 

Man Ray, Le Maharajah et sa femme, vers 1927 © Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris, 2019Man Ray, Le Maharajah et sa femme, vers 1927 © Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris, 2019

 

Un Indien en Europe

Qui est Yeshwant Rao Holkar II, Maharajah d’Indore de la dynastie marathe des Holkar, mystérieux et fantasque commanditaire du palais Manik Bagh ? Photographies, tableaux, correspondances, dessins : au fil de nombreux documents d’archives, l’exposition revient sur l’histoire hors du commun de cette figure royale. Elle y dévoile une personnalité visionnaire et anticonformiste qui mêle aux traditions indiennes son goût pour la création artistique européenne de l’entre-deux-guerres. De ces voyages tant géographiques qu’artistiques émergeront les prémices de ce projet palatial et une collaboration étroite entre le maharajah et l’architecte allemand Eckart Muthesius.

Luxe, confort et modernité

Le palais Manik Bagh apparaît alors comme une véritable ode à la modernité, serti des œuvres des plus grandes figures de l’avant-garde artistique européenne. D’Eileen Gray à Le Corbusier, en passant par Puiforcat, Brancusi ou la Maison Desny... Au final, une collection extraordinaire de plus de 500 objets pour la première fois réunis ! Ce palais et son décor sont l’affirmation géniale d’un jeune prince à la personnalité aussi touchante qu’insaisissable, devenu l’un des plus importants mécènes des années 1930, passionné par l’avant-garde européenne.

Le Musée des Arts Décoratifs aux confins de la modernité

Après nous avoir plongés au cœur de L’Esprit du Bauhaus en 2016, puis de l’art de vivre italien de Gio Ponti en 2018, le Musée des Arts Décoratifs poursuit ici son exploration de la modernité et du design des années 1920-1930 en nous invitant à en découvrir l’une des facettes les plus méconnues et novatrices. Une exposition qui donne à connaître la personnalité complexe et passionnante du Maharajah d’Indore, offrant aux visiteurs un nouveau point de vue sur la modernité européenne.

Le Monde.fr le 17 septembre 2019.