Blue Flower

 

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper lors d'une conférence de presse au ministère français de la Défense à Paris, le 7 septembre 2019. / AFP / Zakaria ABDELKAFILe secrétaire américain à la Défense, Mark Esper lors d'une conférence de presse au ministère français de la Défense à Paris, le 7 septembre 2019. / AFP / Zakaria ABDELKAFI

 

Le gouvernement afghan s'est félicité samedi des remarques du chef du Pentagone Mark Esper sur la nécessité de parvenir à un "bon accord" avec les talibans, garantissant un "meilleur avenir" pour le peuple afghan.

Depuis Paris, le ministre américain a déclaré samedi que Washington voulait "un bon accord, un accord suffisamment bon pour qu'il garantisse au moins la sécurité de nos pays dans le futur et un meilleur avenir pour le peuple afghan que celui tracé actuellement".

Le ministre américain, qui se trouvait en France pour y rencontrer son homologue française Florence Parly, a ajouté que son administration n'était pas prête à "conclure n'importe quel accord" avec les talibans.

Le porte-parole du président Ashraf Ghani, Sediq Sediqqi, a aussitôt indiqué "accueillir favorablement" les propos de M. Esper.

"Nous nous faisons l'écho du besoin d'une paix durable, d'une fin de la violence et d'une paix ayant un sens, qui garantisse la sécurité de l'Afghanistan et de ses alliés", a-t-il ajouté sur Twitter.

Le gouvernement afghan s'était dit mercredi "préoccupé" par le projet d'accord négocié côté américain par l'émissaire américain pour l'Afghanistan Zalmay Khalilzad, auquel le gouvernement afghan n'a pas été associé. M. Khalilzad est reparti jeudi pour Doha pour reprendre les pourparlers avec les talibans.

Les États-Unis et les talibans négocient depuis des mois un accord sur le retrait des forces américaines du pays en échange de garanties sur la sécurité. Mais de nombreux responsables afghans redoutent que les talibans reviennent sur les libertés publiques et refusent tout partage du pouvoir.

Les talibans ont accentué leurs attaques récemment, avec notamment deux attentats meurtriers dans Kaboul et plusieurs offensives dans d'autres provinces au cours de la semaine écoulée.

Mardi, plusieurs anciens ambassadeurs des États-Unis en Afghanistan avaient mis en garde contre la possibilité d'un retrait trop hâtif des soldats américains, avant que la paix ne soit réellement revenue dans le pays: "Un retrait majeur des forces américaines devrait suivre et non pas précéder un vrai accord de paix".

AFP, in L’Orient le Jour.com le 7 septembre 2019.