Blue Flower

 

Un attentat contre un mariage à Kaboul a fait au moins 63 morts

L’attaque a également fait 182 blessés samedi soir dans l’ouest de la capitale afghane, ont indiqué les autorités et les hôpitaux de la ville.

 

https://img.lemde.fr/2019/08/18/0/0/3500/2467/688/0/60/0/b1539bf_Uy0Z-jOKVn4a_yiMBBWrPvbj.jpg

La salle des fêtes où était célébré un mariage lorsque l’explosion a eu lieu, à Kaboul, le 18 août.
MOHAMMAD ISMAIL / REUTERS

 

Un attentat contre une fête de mariage a fait au moins 63 morts et 182 blessés samedi 17 août au soir dans l’ouest de Kaboul, ont annoncé les autorités et les hôpitaux. « Parmi les victimes il y a des femmes et des enfants », a précisé le porte-parole du ministère de l’intérieur, Nasrat Rahimi. Les porte-parole talibans ont nié l’implication du groupe insurgé. Des images partagées par le ministère montrent plusieurs corps allongés au sol. Nasrat Rahimi, a expliqué qu’« à 22 h 40 une explosion est survenue dans la salle de mariage Shar Dubai dans l’ouest de Kaboul ».

« J’étais dans la partie réservée aux femmes quand j’ai entendu une énorme explosion dans la partie réservée aux hommes », a témoigné auprès de l’Agence France-Presse un participant au mariage, Mohammad Farhag. « Tout le monde est sorti en courant, en criant et en pleurant. La salle était pleine de fumée. Presque tous ceux dans la partie réservée aux hommes sont morts ou blessés. Deux heures après l’explosion, ils sortent toujours des corps », a dit ce témoin, joint par téléphone.

L’attentat n’a pas été immédiatement revendiqué. « Cette explosion est un signe clair que les terroristes ne peuvent pas voir les Afghans exprimer leur bonheur. Vous ne pourrez pas les forcer à s’incliner en les tuant », a tweeté un porte-parole du gouvernement, Feroz Bashari.

 

Une cible facile

Les mariages afghans, pour lesquels se rassemblent plusieurs centaines d’invités, sont une cible aisée pour des actes terroristes.

Le 12 juillet, au moins six personnes ont été tuées et quatorze blessées lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser lors d’une cérémonie dans la province de Nangarhar, dans l’est de l’Afghanistan. L’attaque a été revendiquée par l’organisation djihadiste Etat islamique, dont la présence va croissante dans la région.

L’attentat de samedi est survenu alors que la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, espère la conclusion d’un accord entre les Etats-Unis et les talibans qui ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé.

Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu’un accord pourrait être imminent, mais certains points restaient à régler.

 

 « Un accord… si possible ! », tweete Trump

Le président américain Donald Trump s’est, lui, félicité de la « très bonne réunion » sur l’Afghanistan qu’il a tenue vendredi avec ses plus proches conseillers et ministres. « Beaucoup dans le camp opposé de cette guerre vieille de dix-neuf ans, et nous-mêmes, envisagent de conclure un accord – si possible ! », a tweeté M. Trump.

L’envoyé spécial Zalmay Khalilzad, à la tête de l’équipe de négociation américaine, pourrait à nouveau se rendre dans la région dans les prochains jours afin de poursuivre, voire finaliser, les négociations.

Dans le cadre de l’accord envisagé, les Etats-Unis commenceraient à retirer d’Afghanistan les quelque 14 000 militaires américains qui y sont déployés. M. Trump dit depuis le début de sa présidence qu’il souhaite le départ des troupes américaines du pays, où Washington a dépensé depuis 2001 plus de 1 000 milliards de dollars pour les opérations militaires et la reconstruction.

En contrepartie du retrait américain, les talibans prendraient plusieurs engagements relatifs à la sécurité, en particulier celui que les miliciens islamistes, qui ont longtemps hébergé Al-Qaida, ne permettraient pas que l’Afghanistan redevienne un abri pour les djihadistes.

AFP, in Le Monde.fr le 18 août 2019.

 

=============================================

 

Quelques instants auparavant, le président Trump, tweetait son optimisme sur un accord avec les talibans qui permettrait aux États-Unis de retirer ses troupes d’Afghanistan …

 

Trump optimiste sur la paix en Afghanistan après une réunion gouvernementale

 

 

https://i2.wp.com/www.45enord.ca/wp-content/uploads/2019/08/190812-afghanistan-soldats-americains-province-helmand.jpg?w=1392Des soldats américains dans la province afghane d'Helmand, le 27 août 2017. (AFP)

 

Donald Trump s’est félicité vendredi d’une « très bonne réunion » sur l’Afghanistan avec ses plus proches conseillers et ministres, assurant envisager avec les talibans un accord de paix pour mettre fin au conflit commencé en 2001.

« Tout juste terminé une très bonne réunion sur l’Afghanistan. Beaucoup dans le camp opposé de cette guerre vieille de 19 ans, et nous-mêmes, envisagent de conclure un accord – si possible! », a tweeté le président américain.      

La Maison Blanche avait signalé quelques minutes auparavant des progrès en vue de préparer un accord de paix avec les talibans, affirmant également que les discussions entre Donald Trump et ses principaux conseillers et ministres s’étaient « très bien » passées.

Le président américain s’est entretenu depuis son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey, avec plusieurs hauts responsables, dont le ministre de la Défense Mark Esper, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et le chef d’état-major, le général Joseph Dunford.  

« Les discussions se sont focalisées sur les négociations en cours et un éventuel accord de paix et de réconciliation avec les talibans et le gouvernement d’Afghanistan. La réunion s’est très bien déroulée et les négociations se poursuivent », a précisé dans un communiqué Hogan Gidley, porte-parole adjoint de la Maison Blanche. 

« En coopération étroite et continue avec le gouvernement d’Afghanistan, nous restons engagés pour arriver à un accord de paix complet, comprenant une réduction de la violence et un cessez-le-feu », a également déclaré Mike Pompeo dans un communiqué.

Etaient également présents à la réunion, selon le chef de la diplomatie, le vice-président Mike Pence, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, l’émissaire américain pour l’Afghanistan Zalmay Khalilzad, ainsi que la directrice de la CIA, Gina Haspel.

Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu’un accord entre Washington et les talibans pourrait être imminent, mais certains points restaient à régler et Zalmay Khalilzad pourrait à nouveau se rendre dans la région dans les prochains jours afin de poursuivre, voire finaliser, les négociations. 

Il avait indiqué à la fin des derniers pourparlers que les équipes de négociations s’étaient concentrées « sur des détails techniques » et avaient été « productives ». 

Américains et talibans ont commencé des discussions directes il y a un an. 

Washington veut réduire la présence militaire américaine en Afghanistan, où 14.000 soldats américains sont déployés.

Les Etats-Unis cherchent surtout à mettre un terme à une guerre coûteuse entamée en 2001. Donald Trump a répété à maintes reprises son souhait de « ramener les gars à la maison ».

 

AFP, in 45eNord.ca (Canada) le 17 août 2019