Blue Flower

 

 

 

https://www.challenges.fr/assets/img/2019/07/18/cover-r4x3w1000-5d302e118697d-trump-raille-apres-ses-commentaires-sur-l-arrestation-d-un.jpg

Photo prise le 17 juillet 2019/REUTERS/Jonathan Drake Jonathan Drake

 

 

 

NEW DELHI (Reuters) - Donald Trump s'est attiré des railleries en affirmant que l'arrestation au Pakistan du cerveau présumé des attentats commis à Bombay en 2008 était le fruit de dix ans de recherches et des pressions américaines, alors qu'il y vivait au grand jour.

 

Hafiz Saeed, fondateur du Lashkar-e-Taiba (LeT), mouvement islamiste que l'Inde tient pour responsable des attentats, a été interpellé mercredi Gujranwala, dans le centre du Pakistan, pour financement du terrorisme.

 

"Après dix ans de recherches, le prétendu 'cerveau' des attentats terroristes de Bombay a été arrêté au Pakistan. De grandes pressions ont été exercées au cours des deux dernières années pour le retrouver!", s'est félicité sur Twitter le président des Etats-Unis, qui doit recevoir la semaine prochaine le Premier ministre pakistanais Imran Khan.

 

Le fondateur du LeT, qui nie toute implication dans les attentats de Bombay, avait déjà été arrêté huit fois depuis 2001 et prend régulièrement la parole en public.

 

"Pour votre gouverne, sachez que le Pakistan ne l'a pas recherché pendant dix ans. Il vivait librement", peut-on lire dans un tweet de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, adressé à Donald Trump.

 

Plus de 160 personnes ont trouvé la mort dans les attentats de Bombay qui se sont étalés sur quatre jours. Le nom d'Hafiz Saeed figure sur la liste américaine des suspects recherchés pour terrorisme et sur celle des Nations unies.

 

Pour Husain Haqqani, ancien ambassadeur pakistanais aux Etats-Unis, le président a été mal conseillé à son sujet.

 

"Le retrouver n'a jamais été un problème. Il vivait au grand jour. Il a été arrêté et relâché à plusieurs reprises. Le @POTUS (président des Etats-Unis, ndlr) devrait congédier immédiatement ceux qui lui ont fourni de fausses informations", écrit-il sur Twitter.

 

"Le @POTUS montre UNE FOIS DE PLUS qu'il est un parfait imbécile", juge quant à lui Christian Fair, spécialiste de l'Asie du Sud et professeur à l'université de Georgetown.

 

Reuters, in Challenges.fr le 18 juillet 2019.