Blue Flower

 

 

 

Le Pakistan et l'Inde ont eu des pourparlers "très positifs" à propos d'un projet de corridor destiné à faciliter un pèlerinage religieux, ont-ils indiqué jeudi, deux semaines après la crise aiguë qui les a opposés au sujet du Cachemire.

 

Des représentants des deux pays se sont rencontrés jeudi à Attari, en Inde, pour discuter d'un projet de couloir sécurisé permettant aux Sikhs d'Inde de venir se recueillir au mausolée du fondateur de leur religion, à Kartapur dans l'est du Pakistan.

 

"Les deux parties ont eu des discussions détaillées et constructives sur divers aspects et dispositions de l'accord envisagé et sont convenues de travailler à la mise en œuvre rapide du corridor de Kartarpur", selon un communiqué commun rendu public par le ministère pakistanais des Affaires étrangères. Les représentants des deux pays ont prévu de se rencontrer à nouveau dans les semaines à venir pour finaliser l'accord, selon le communiqué.
"Ils étaient très, très accueillants, toute la réunion s'est déroulée dans une atmosphère très positive", a déclaré le porte-parole de la diplomatie pakistanaise, Mohammad Faisal.

 

Le projet prévoit l'aménagement d'un couloir grillagé et d'un pont entre les deux pays pour mener directement au mausolée du gourou Baba Nanak, le fondateur de la religion sikhe, situé à Kartarpur, à 4 kilomètres à peine de la frontière indo-pakistanaise. Dès l'achèvement des travaux, prévu fin novembre prochain, les 21 millions de Sikhs indiens pourraient ainsi accéder au site sans devoir au préalable solliciter de visa pakistanais.

 

New Delhi demandait depuis longtemps à Islamabad qu'un tel couloir soit ouvert. Mais des années de froid diplomatique ont empêché la concrétisation d'un tel projet entre deux pays qui se sont livrés trois guerres depuis leur indépendance en 1947.

 

Une nouvelle crise a opposé fin février les deux puissances nucléaires après un sanglant attentat-suicide dans le Cachemire indien, revendiqué par Jaish-e-Mohammad (JeM), un groupe extrémiste basé au Pakistan. En représailles, l'aviation indienne avait déclaré avoir bombardé un camp du JeM le 26 février dans le nord du Pakistan, qui lui-même avait affirmé le lendemain avoir abattu deux avions indiens. La tension n'était retombée qu'avec la libération le 1er mars d'un pilote indien capturé.

 

AFP, in L’Orient le Jour (Liban) le 14 mars 2019.