Blue Flower

 

 

 

Frappé par une mousson dévastatrice, l’Etat du Kerala fait face aux pires crues et glissements de terrain depuis un siècle. Narendra Modi doit survoler la région samedi.

 

 

 

A Thrissur (Inde), le 17 août.

 

https://img.lemde.fr/2018/08/17/0/0/3600/2403/0/0/60/0/c1ef398_1UFyBcy-70WYyLr5eg5cuk8Y.jpg

 

Les secours s’organisent à l’hôtel des impôts du district de Kozhikode, à environ 385 km au nord de Trivandrum, la capitale du Kerala, le 17 août. MANJUNATH KIRAN / AFP

 

 

 

Le Kerala fait « face aux pires inondations depuis un siècle », selon le chef du gouvernement de la région, Pinarayi Vijayan. Alors que l’accalmie sur le front des pluies de la mousson est attendue, au mieux, pour dimanche 19 août, cette contrée du sud-ouest de l’Inde est en train de vivre un désastre comme elle n’en avait pas connu depuis 1924.

 

Des centaines de morts sont déjà recensées depuis le début de la mousson, qui a commencé en juin. Les précipitations ont été supérieures « de 37 % à la normale », indiquent les services de la météorologie nationale.

 

« On n’a jamais vu ça », explique Manju Sara Rajan, ancienne présidente de la Biennale de Cochin, jointe au téléphone à la faveur du retour momentané du réseau dans le district de Kottayam, célèbre pour ses back waters, un entrelacs de rivières et de canaux qui font la joie des touristes en hiver.

 

« Ma maison est au bord de l’eau, dans un village complètement isolé depuis plusieurs jours. Les seuls moyens d’information dont je dispose sont les réseaux sociaux, WhatsApp et Twitter pour l’essentiel, c’est comme ça que les autorités alertent la population et organisent les secours. »

 

L’Etat le plus densément peuplé

 

Vendredi 17 août, dans la matinée, les averses se sont arrêtées et le niveau de l’eau s’est stabilisé momentanément dans le jardin de Manju Sara Rajan. « J’ai encore les pieds à sec, mais si la pluie recommence, je suis fichue », dit-elle, avouant craindre « un effet cascade », entre les lâchers d’eau intervenus dans quatre-vingts barrages pour éviter qu’ils ne débordent et les centaines d’éboulements de terrain et coulées de boue qui se produisent dans toute la région.

 

La situation est d’autant plus difficile que le Kerala est l’Etat le plus densément peuplé du sous-continent, avec 860 habitants au kilomètre carré, contre une moyenne de 382 dans le pays. Il abrite un habitat dispersé et compte de très nombreux retraités venus jouir, pour leurs vieux jours, du climat tropical.

 

A une trentaine de kilomètres plus au nord, la ville de Cochin est complètement noyée et l’aéroport international, qui devait rouvrir au bout de quatre jours, a suspendu toutes ses opérations jusqu’au 26 août, sa piste étant inutilisable. « Ma sœur habite là-bas, dans un immeuble moderne où il n’y a plus ni gaz ni électricité », raconte Manju Sara Rajan, qui a appris la veille que ses enfants resteraient en congé forcé durant encore deux semaines.

 

Les écoles du Kerala ont été fermées jusqu’au 29 août, date à laquelle devait s’achever Onam, la fête de la moisson. Une fête dont il n’est plus question désormais, plus de 32 000 hectares de cultures ayant été ravagés, majoritairement des rizières. « La priorité du gouvernement régional est de sauver des vies », souligne notre interlocutrice, entre deux passages d’hélicoptères au-dessus de sa tête.

 

Selon le dernier bilan publié par les services du gouvernement marxiste de Pinarayi Vijayan, 174 morts sont à déplorer depuis le 8 août – et 324 depuis le début de la saison de la mousson, le 29 mai. Aussi, 314 000 personnes ont été mises à l’abri dans plus de 1 500 centres d’accueil, ouverts en urgence.

 

 

 

A Thrissur, dans la province indienne du Kerala,le 17 août.

 A Thrissur, dans la province indienne du Kerala,le 17 août. PRADEEP KUMAR THISSUR / AP

 

 

 

127 millimètres de pluie en quelques heures

 

 

Une bonne vingtaine de ponts se sont écroulés, environ 10 000 km de routes ont été partiellement ou entièrement détruits, et plus de 20 000 maisons ont été endommagées. Pour le moment, les dégâts sont évalués à 83,2 milliards de roupies (1 milliard d’euros). En regard de ce montant, l’aide de 1 milliard de roupies évoquée dans un premier temps par New Delhi apparaît « incongrue » vu l’ampleur de la catastrophe, souligne The Hindu, principal journal anglophone du sud de l’Inde.

 

Le premier ministre indien, Narendra Modi, est arrivé sur place vendredi soir et devait survoler les zones sinistrées samedi matin, mais son hélicoptère est resté cloué au sol par le déluge. L’armée de l’air est sur le pied de guerre, pour distribuer de la nourriture aux foyers isolés, tandis que les gardes-côtes interviennent jour et nuit. Ces derniers appellent les gens à monter sur le toit de leur habitation quand ils le peuvent ou à sortir à découvert dans des clairières, loin des arbres, afin d’être plus facilement repérés.

 

 

 

Des victimes des inondations au Kerala (Inde) sont évacuées, le 16 août. 

Des victimes des inondations au Kerala (Inde) sont évacuées, le 16 août. K. SHIJITH / AP

 

 

 

Camions, autobus et véhicules de grosse taille ont été réquisitionnés, de même que les nombreux bateaux empruntés habituellement par les Keralais vivant au bord des cours d’eau pour se déplacer. Certaines zones sont totalement isolées du monde, comme la région d’Idukki et ses célèbres montagnes de Munnar, où certaines plantations de thé ont été emportées par les eaux. Dans la soirée de jeudi, il y est tombé 127 mm de pluie en l’espace de quelques heures. Même chose pour les villes de Cheruthoni, Chalakudy et Pandalam, où la population est toujours piégée, et pour les stations balnéaires de Kozhikode et Kannur.

 

Le phénomène est-il lié au réchauffement de la planète, comme le laissent entendre des experts du climat ? Ces derniers remarquent depuis quelques années de rares inondations destructrices dans une région où la sécheresse devient peu à peu la norme. L’autorité nationale chargée des catastrophes naturelles, la NDMA, fait savoir que la mousson a tué cette année près d’un millier de personnes en Inde, dont 324 au Kerala, 190 en Uttar Pradesh, 183 au Bengale-Occidental et 139 au Maharashtra.

 

Guillaume Delacroix, Le Monde.fr le 18 août 2018