Blue Flower

 

 https://i.f1g.fr/media/figaro/1400x/2018/07/17/XVMa5fae798-89ed-11e8-8a52-1cd3712448a8.jpg

Une sœur de l'ordre des missionnaires de la Charité en compagnie d'enfants indiens défavorisés, en 2016. -
Crédits photo : DIBYANGSHU SARKAR/AFP

 

 

 

L'Inde a ordonné le contrôle de tous les centres gérés par la congrégation catholique de mère Teresa, après l'arrestation d'une de ses nonnes accusée d'avoir enlevé puis vendu quatre bébés.

 

Tous les foyers pour enfants gérés par Les Missionnaires de la Charité doivent être «inspectés immédiatement», a ordonné lundi soir Maneka Gandhi, ministre indienne des femmes et du développement de l'enfant. Depuis le début du mois, la congrégation catholique fondée par mère Teresa en 1950 fait l'objet de soupçons de trafic d'enfants après l'arrestation d'une de ses nonnes.

 

Le scandale a explosé la semaine dernière à Ranchi, capitale de l'état pauvre du Jharkand. Dans le foyer catholique Nirmal Hriday, qui accueille des femmes enceintes célibataires et des mères en détresse, un bébé disparaît. Le 5 juillet, une religieuse et un travailleur social sont arrêtés. 1500 euros, c'est la somme qu'aurait demandé sœur Konsalia Balsa à un couple de l'Uttar Pradesh pour l'adoption de l'enfant de deux mois. «Un prix légitime pour les frais hospitaliers», d'après la sœur. Dans une vidéo relayée par le journal Times of India, la religieuse reconnaît avoir enlevé et vendu trois enfants, moyennement des sommes entre 550 et 1500 euros. Un quatrième aurait été donné «gratuitement». «Trois des quatre enfants ont été récupérés, la nonne va rester en détention. Les investigations continuent» a indiqué le chef de la police de Ranchi au quotidien.

 

90 000 enfants disparaissent chaque année

 

Avec 90 000 enfants qui disparaissent chaque année, le trafic d'enfants est un trafic florissant en Inde. Les rapts ont lieu dans la rue, les hôpitaux ou les gares, et passent souvent inaperçus dans un pays où l'on estime le nombre d'orphelins à 30 millions. Long et complexe, le système légal d'adoption ne parvient à remplacer un marché souterrain et lucratif, malgré une liste d'attente de 15 000 parents en 2016 d'après The Guardian. Les autorités tentent toutefois de réguler la situation : la Cour Suprême d'Inde a ordonné en début d'année l'enregistrement de tous les foyers pour enfants et le contrôle des orphelinats par le système central d'adoption.

 

La supérieure générale de la congrégation catholique de mère Teresa, sœur Mary Prema, a appelé à faire la distinction entre les Missionnaires de la Charité et les actions d'un individu isolé : «Nos sommes absolument choqués par ce que qu'il s'est passé dans notre foyer à Ranchi, cela n'aurait jamais dû se produire», a indiqué la sœur dans un communiqué. «Nous coopérons avec les investigations.» En Inde, les centres de mère Teresa ne se font plus le relais d'adoption, depuis une loi de 2015 facilitant la procédure pour les parents célibataires ou divorcés.

 

Scandale politique

 

Dans un pays qui ne compterait que 2% de chrétiens, le scandale a pris un tournant politique alors que certains dénoncent une opération anticatholique menée par le gouvernement nationaliste hindou. L'évêque indien Théodore Mascarenhas a affirmé au Times of India que la vidéo aveux de la sœur Konsalia avait été tournée sous «pression et menaces», et a regretté que la police traite la congrégation comme «un gang de criminels». «Mère Teresa a elle-même mis en place les Missionnaires de la Charité. (…) Tentative malveillante de salir son nom», a twitté Mamata Banerjee, la ministre en chef du Bengale-Occidental.

 

De leur côté, des membres du parti nationaliste hindou au pouvoir, le Bharatiya Janata Party, ont appelé à retirer à mère Teresa la plus prestigieuse décoration civile d'Inde, la Bharat Ratna, si les soupçons se voyaient confirmés.

 

Fondés en 1950 à Calcutta par la mère Teresa, une religieuse albanaise canonisée en 2016 par l'Église catholique, les Missionnaires de la Charité sont devenus des icônes mondiales de la charité. Les centres humanitaires mobilisent près de 5000 sœurs dans plus de 130 pays.

 

Coline Renault Le Figaro.fr  le 17 juillet 2018