Blue Flower

 

 

 

Des visiteurs photographient un Taj Mahal embrumé, le 3 janvier 2018.
PHOTO DOMINIQUE FAGET/AFP

 

 

 

Le mausolée d’Agra subit les affres de la pollution et le marbre dont il est constitué est en train de perdre sa blancheur légendaire. Jusqu’ici, les archéologues n’ont rien pu faire.

 

Panique au Taj Mahal. Après son retrait par les nationalistes hindous de la liste des monuments indispensables à visiter, au motif qu’il s’agit d’une architecture musulmane, voilà que le mausolée d’Agra est en train de perdre la couleur ivoire qui fait son éclat. Le marbre dont il est composé subit les assauts de la pollution et se retrouve au cœur d’une profonde polémique.

 

Une “négligence criminelle”

 

Dans son éditorial du 11 mai, le quotidien DNA dénonce l’absence de mesures pour préserver le monument :

 

“Cela fait des années que le Taj Mahal perd peu à peu sa couleur ivoire mais ni les services archéologiques de l’État, ni les dirigeants de l’Uttar Pradesh [l’État où se trouve le monument], n’avaient jusqu’ici daigné prendre des mesures adéquates pour stopper le phénomène.”

 

Une “négligence criminelle” qui frappe de nombreux autres sites classés du pays, constate DNA. Beaucoup sont “dans un état de délabrement avancé, quand ils ne sont pas perdus pour toujours”.

 

La Cour suprême au secours du “joyau de l’Inde”

 

La décoloration du Taj Mahal a d’abord été attribuée aux particules en suspension dans l’air et au CO2 rejeté dans l’atmosphère, à la fois par l’incinération des déchets agricoles et ménagers, et par les automobiles.

 

Aujourd’hui, s’étonne DNA, “on invoque des algues volantes” provenant de la rivière Yamuna, qui baigne les pieds du mausolée. Face au manque de moyens et à l’incompétence des archéologues, ajoute le quotidien, la Cour suprême vient fort heureusement d’être saisie du problème. DNA se rassure : “On peut compter sur elle pour sauver le joyau de l’Inde.”

 

Courrier International.com  le 11 mai 2018.

 

Lire l'article original

 

 

 

Source :  Daily News & Analysis    Bombay      www.dnaindia.com/

 

Daily News & Analysis

Bombay

Quotidien

235 000 exemplaires

anglais

www.dnaindia.com/

 

Ce journal appartient à un grand groupe de presse qui possède également le quotidien hindiphone Dainik Bhaskar et la chaîne de divertissement Zee TV. Il s’adresse aux jeunes urbains et fait la part belle à l’actualité people.

Le site, très riche, consacre une large part à l’actualité cinématographique. Il propose aussi deux pages d’accueil, avec l’actualité de Bombay ou celle de Bangalore.