Blue Flower

 

Les Etats-Unis ont suggéré des "mesures concrètes" au Pakistan pour que l'aide sécuritaire américaine, suspendue la semaine dernière, puisse reprendre, a indiqué aujourd'hui le Pentagone.

"Nos attentes sont assez simples", a indiqué à la presse le colonel Rob Manning, porte-parole du ministère américain de la Défense. "Les Talibans, les dirigeants des Haqqanis et ceux qui planifient des attentats ne devraient plus pouvoir trouver refuge au Pakistan ou mener des opérations depuis le sol pakistanais". "Les Etats-Unis ont expliqué au Pakistan les mesures spécifiques et concrètes qu'il pourrait prendre à cet effet", a ajouté le colonel Manning, soulignant que l'aide américaine a été "suspendue et non annulée ou réaffectée" à d'autres projets.

"Nous sommes prêts à coopérer avec le Pakistan pour lutter contre les groupes terroristes sans distinction", a-t-il ajouté, notant que les discussions avec le gouvernement pakistanais se poursuivent "en privé". Le département d'Etat a gelé jeudi les paiements prévus dans le cadre du "fond de soutien de la coalition" (FSC) destiné à rembourser au Pakistan ses dépenses liées aux opérations antiterroristes.

L'armée américaine était autorisée à dépenser jusqu'à 900 millions de dollars en 2017 pour ce fond et 700 millions en 2018. "Jusqu'ici, pas un sou des fonds prévus pour 2017 n'a été versé au Pakistan", a noté le porte-parole du Pentagone. "La dernière fois que nous avons versé une partie du FSC au Pakistan, c'était 550 millions de dollars du budget 2016, et c'était fin février-début mars 2017".

Washington accuse les responsables pakistanais d'ignorer, voire même de collaborer avec des groupes jihadistes qui lancent des attaques en Afghanistan à partir de leur bases arrières le long de la frontière entre les deux pays, notamment le réseau des Haqqanis. Mené par Sirajuddin Haqqani, qui est aussi l'adjoint du chef des talibans afghans, le groupe insurgé des Haqqanis est soupçonné de longue date d'entretenir des liens avec les services secrets pakistanais.

Ces groupes menacent le gouvernement afghan soutenu par les Etats-Unis et ont attaqué et tué à de nombreuses reprises des soldats américains présents en Afghanistan depuis les attentats du 11 septembre 2001.

AFP, in Le Figaro.fr le 8 janvier 2018